Vendée

Cosmétique

Les consommateurs plébiscitent les cosmétiques bio

Par Caroline Scribe, le 30 octobre 2019

Il existe un véritable engouement de la part des consommateurs pour les cosmétiques bio. Parce qu’il y a une prise de conscience environnementale mais également parce que les consommateurs font de plus en plus attention à ce qu’ils consomment.

Olivier et Sébastien Royer, éleveurs d’escargots, ont fondé Royer Cosmétiques en 2014.
Olivier et Sébastien Royer, éleveurs d’escargots, ont fondé Royer Cosmétiques en 2014. — Photo : Jéromine Doux - Le Journal des Entreprises

Pour Marine Pentecote, de l’association Cosmébio, il existe un véritable engouement de la part des consommateurs pour les cosmétiques bio, dont la production se développe en Pays de la Loire. « D’abord parce qu’il y a une prise de conscience environnementale mais aussi parce que les consommateurs, et notamment les 25-35 ans, font de plus en plus attention aux produits et aux ingrédients qu’ils consomment. »

Gare aux tromperies, dans le bio aussi

Selon Laurence Coiffard, professeur en cosmétologie à l’université de Nantes et co-auteur d’un blog sur les cosmétiques, cette tendance s’explique également par la défiance des consommateurs envers les cosmétiques classiques. « Les marques bio ont émergé à la suite des débats autour des paraben ou des perturbateurs endocriniens », explique-t-elle. Mais selon elle, certaines marques ne respectent pas les réglementations. « Elles assurent que leurs produits ont des vertus médicinales, qu’elles luttent contre l’acné ou certains problèmes de peau. Or, elles n’ont pas le droit de le faire. »

Une marque ne peut en effet par dire que ses cosmétiques vont guérir un problème de peau. En revanche, elle peut dire que son produit contribue à améliorer l’aspect de la peau après une poussée d’acné, par exemple. Et si l’association Cosmébio assure que les produits bio ne peuvent pas être moins bons que les produits classiques, Laurence Coiffard, également connue pour ses positions anti-bio, estime que, par manque d’expérience, certains acteurs font des erreurs. « Certains produits bio trompent le consommateur, regrette-t-elle. On trouve par exemple des déodorants - dans lesquels il n’y a normalement pas d’aluminium - qui contiennent de la pierre d’alun et sont donc des anti-transpirants, contenant cette substance. »

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition