Les chantiers navals, modèle du dialogue social selon Emmanuel Macron

Par A.D., le 07 juillet 2017

SOCIAL Pour le président, les chantiers navals sont un exemple à suivre en terme de dialogue social. Tout un symbole à l'heure où il réforme le code du travail.

Le Journal des Entreprises, l'économie en régions — Photo : Le Journal des Entreprises

Il a choisi Saint-Nazaire pour son premier déplacement en France en tant que président. Tout un symbole pour celui qui s'apprête à aborder la réforme du code du travail et qui va devoir négocier avec les syndicats. Pour Emmanuel Macron, les chantiers navals sont un exemple à suivre en terme de dialogue social. « On a dit que j'avais sauvé STX, c'est faux : vous avez sauvé STX France, a déclaré le président de la République le 31 mai lors de sa visite sur les chantiers navals de Saint-Nazaire à l'occasion du baptême du paquebot MSC Meraviglia. Lorsque j'étais en poste au ministère de l'Économie, vous avez conclu un accord difficile, vous avez accepté des mois d'attente, de vous remettre en question pour que l'entreprise tienne. Avec un accord d'entreprise inédit, vous avez sauvé l'entreprise, alors je vous le dis : merci. Vous avez montré le visage que je veux de l'industrie », a poursuivi Emmanuel Macron.

Un accord signé après des mois d'opposition

Le chef de l'État fait référence à un accord de compétitivité conclu il y a trois ans dans la douleur. À l'époque, sans avoir reçu aucune commande en un an, les chantiers STX craignaient de devoir remercier les quelque 2.600 salariés et 5.000 sous-traitants nazairiens. La direction de l'entreprise et l'État, toujours actionnaire à hauteur de 33 % demandent aux salariés de travailler plus sans être payés plus. Impossible pour la CGT et FO qui refusent toute négociation. Après des mois d'opposition, en mars 2014, quelques syndicats (CFDT et CFE-CGC) finissent par signer l'accord qui entérine le gel de la moitié des jours de RTT pendant trois ans ainsi qu'une baisse de la masse salariale de 5 %. Depuis, grâce à cet accord mais aussi aux investissements faits par STX sur son immense portique, le carnet de commandes des chantiers navals s'est rempli jusqu'en 2026.

« Négocier des accords intelligents »

« Vous avez conclu ici un accord qui était difficile, vous avez accepté des mois de chômage technique, vous avez accepté de vous remettre en question pour que l'entreprise tienne », a commenté Emmanuel Macron. « C'est exactement l'esprit de la réforme que le gouvernement est en train de mener : plus de dialogue social, plus de démocratie sociale au contact du terrain, une capacité à négocier des accords intelligents ? parfois difficiles, d'autres fois plus généreux », a ajouté le chef de l'État. « C'est sur le terrain que les accords, qui ne peuvent pas parfois être trouvés au niveau national où les antagonismes sont plus forts, peuvent être construits », a-t-il martelé.

A.D.

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture