Commerce

L'enseigne de boulangeries Maison Bécam s’installe à Nantes

Par Amandine Dubiez, le 15 décembre 2020

Le boulanger angevin Maison Bécam ouvre ses deux premières boutiques en licence de marque à Nantes. Deux autres devraient ouvrir en centre-ville de Nantes en 2021. Objectif : tester un modèle de croissance que la PME angevine aimerait dupliquer ensuite à Rennes, Le Mans, Laval et Orléans. 

Au centre Nicolas Bécam, fondateur et PDG de Maison Bécam accompagnés des dirigeants des établissements nantais Lucie Modicom et Quentin Goudet.
Au centre Nicolas Bécam, fondateur et PDG de Maison Bécam accompagnés des dirigeants des établissements nantais Lucie Modicom et Quentin Goudet. — Photo : Maison Becam

Le boulanger-pâtissier angevin Maison Bécam (8 M€ de CA en 2019, 125 salariés) se développe à Nantes. L'enseigne reprend ainsi quatre boutiques Boulangeries d’Antan, fondées par les dirigeants nantais Florence et Pascal Simon : la première a ouvert le 10 décembre au centre-ville (24 rue Racine), une deuxième va ouvrir dans les prochains jours rue des Carmes. Ce sont les toutes premières boutiques en licence de marque de Maison Bécam. En 2021, l'enseigne reprendra aussi les deux Boulangeries d’Antan des quartiers de la cathédrale et de Talensac.

Maison Bécam, qui compte huit boutiques à Angers, veut répéter à Nantes la recette qui a fait son succès depuis sa création il y a quinze ans. Du pain et des viennoiseries pétris et faits maison en boutique, des pâtisseries et une offre de snacking avec des places assises. Le boulanger propose aussi sa propre gamme d’épicerie fine baptisée Choc’O Roi.

Quatre boulangeries à Nantes en 2021

Les fondateurs de Maison Bécam, Nicolas et Cécile Bécam, ont confié les rênes des points de vente nantais à un couple d’entrepreneurs : Lucie Modicom, qui travaillait jusqu’ici au sein du pôle marketing du groupe breton Le Duff puis du vendéen Sodebo, et son conjoint Quentin Goudet, cadre dirigeant dans le second œuvre. Ils ont repris les 50 salariés des deux boulangeries reprises à ce jour. « Nous allons recruter 20 personnes supplémentaires », explique la dirigeante. Objectif : augmenter le chiffre d'affaires de 10 % par rapport au bilan actuel à la reprise et réaliser 4 millions d'euros de chiffre d'affaires avec ces quatre boutiques nantaises. Les dirigeants ont pour cela réaménagé chaque boutique avec une entrée et une sortie distincte pour faciliter le flux.

Développement prévu aussi en périphérie

Les repreneurs sont aussi à la recherche de boulangeries à reprendre en périphérie de Nantes. Là aussi, ils espèrent dupliquer la stratégie de Maison Bécam qui, à Angers, a la particularité d’être à la fois présent en centre-ville comme dans les périphéries et les centre commerciaux. « C’est cela qui nous a permis de tenir pendant le confinement », confie Nicolas Bécam.

Le PDG estimait cet été à 500 000 euros la perte générée pendant les deux mois du premier confinement. « Mais nous sommes très bien repartis, assure-t-il. Dans nos boutiques en périphérie d’Angers, nous sommes en augmentation de 25 %. En centre-ville, la baisse est encore d’environ 15 % mais elle se réduit de jour en jour. Dans les centres commerciaux, la situation est quasiment revenue à la normale », confiait-il alors. Il aimerait dupliquer cette stratégie dite du déploiement "en escargot" à Orléans, Tours, Rennes, Le Mans et Laval.

Au centre Nicolas Bécam, fondateur et PDG de Maison Bécam accompagnés des dirigeants des établissements nantais Lucie Modicom et Quentin Goudet.
Au centre Nicolas Bécam, fondateur et PDG de Maison Bécam accompagnés des dirigeants des établissements nantais Lucie Modicom et Quentin Goudet. — Photo : Maison Becam

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail