Nantes

Industrie

Le spécialiste de l'hygiène JVD se diversifie et lance une gamme de purificateurs d'air

Par Cyril Raineau, le 19 mars 2021

La PME JVD a investi plus d’un million d’euros pour concevoir sur son site de Rezé (44) une gamme de purificateurs d’air. Le spécialiste de l’hygiène commercialise ses premiers produits le 2 avril et ouvre son offre pour la première fois au grand public.

Thierry Launois, directeur général de JVD, a eu l’idée du purificateur d’air après ses voyages à Singapour où se situe une filiale du groupe nantais spécialisé dans l'hygiène.
Thierry Launois, directeur général de JVD, a eu l’idée du purificateur d’air après ses voyages à Singapour où se situe une filiale du groupe nantais spécialisé dans l'hygiène. — Photo : Cyril Raineau

La qualité de l’air, un enjeu de société majeur pour les décennies qui arrivent. C’est en se basant sur cette prédiction et sa propre expérience que Thierry Launois a eu l’idée et a endurci sa conviction que l’entreprise dont il est le directeur général, JVD, devait créer un purificateur d’air. Les premiers seront commercialisés le 2 avril.

La PME de Rezé (60 salariés) conçoit et fabrique historiquement des produits d’hygiène. JVD est sorti renforcé de la crise, notamment grâce à ses distributeurs de gel hydroalcoolique, son chiffre d’affaires progressant de 30 M€ en 2019 à 40 M€ en 2020. Disposant de sites au Mexique, en Espagne et à Singapour (130 collaborateurs au total pour le groupe), c’est au cours de visites dans la filiale asiatique que le dirigeant a bâti et mûri sa réflexion. "J’ai constaté au fil de mes voyages que ce type de produit était de plus en plus répandu dans des hôtels et les administrations locales, mais avec une qualité douteuse".

Première fabrication en série fin mars

Après trois années de travail (études de marché, R & D.…), JVD lance sa première gamme de purificateurs d’air. Le premier permet de traiter l’air sur une surface de 60 m2. La fabrication en série est lancée sur le site de Rezé le 29 mars pour une commercialisation le 2 avril. Son "petit frère", couvrant une surface de 20 m2, sera sur lui sur le marché fin mai. Ces purificateurs ne renferment aucun consommable à changer mais une seule pièce à modifier tous les trois ans. Ayant fait l’objet du dépôt de deux brevets, ils traitent les polluants (physiques, chimiques, organiques) jusqu’à un micron, "digèrent" les allergènes, les odeurs, les micro-organismes que sont les virus et les bactéries, etc.

"Notre purificateur diminue la charge microbienne dans l’air et réduit drastiquement les risques d’infection, mais on ne peut garantir que 100 % du virus est détruit dans l’atmosphère puisque cela dépend de plusieurs paramètres dont le comportement des individus entre eux", précise Thierry Launois pour éviter tout malentendu autour du coronavirus.

Ces purificateurs sont en premier lieu destinés aux professionnels : hôtels, bureaux, professions médicales et paramédicales, salles de sport, restaurants… Pour la première fois de son histoire, JVD commercialisera des produits auprès du grand public via son site internet, en l’occurrence ces purificateurs d’air.

Sur le podium européen

La production s’effectuera dans un bâtiment voisin du site principal de JVD, acquis par l’entreprise l’an dernier. Entre les travaux de développement et l’achat de l’outillage industriel, la PME a investi 1,1 million d’euros pour cette diversification. Dix à vingt salariés (fabrication et logistique) pourraient être recrutés d’ici les 18 prochains mois si les ventes sont conformes aux attentes.

S’il n’avance pas d’objectifs chiffrés sur cette nouvelle activité, Thierry Launois affiche toutefois des ambitions : que JVD se hisse dans les trois premières entreprises en Europe de ce marché.

Thierry Launois, directeur général de JVD, a eu l’idée du purificateur d’air après ses voyages à Singapour où se situe une filiale du groupe nantais spécialisé dans l'hygiène.
Thierry Launois, directeur général de JVD, a eu l’idée du purificateur d’air après ses voyages à Singapour où se situe une filiale du groupe nantais spécialisé dans l'hygiène. — Photo : Cyril Raineau

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail