Nantes

Commerce

Le réseau nantais Au Vide Grenier envisage 25 ouvertures par an

Par Cyril Raineau, le 16 juin 2022

Le premier réseau français de vide grenier permanent, dont le nom renvoie au concept -Au Vide Grenier- s’est structuré pour être en capacité d’ouvrir 25 nouvelles franchises par an. Depuis son lancement effectif en 2019, 47 magasins ont ouvert en France alors que le siège social vient d’être inauguré à Saint-Herblain (Loire-Atlantique).

Romain Chassagne, fondateur de Au Vide Grenier.
Romain Chassagne, fondateur de Au Vide Grenier. — Photo : Cyril Raineau

De son voyage en Finlande en 2015, l’ancien commercial dans l’immobilier passionné de brocante, Romain Chassagne, a ramené dans ses bagages l’idée du vide grenier permanent. Autrement dit, une offre à destination des particuliers pour louer un espace de vente, situé dans un magasin, d’objets de seconde main. Ce concept qui, dans ce pays scandinave est davantage associatif que commercial, il l’a repensé pour créer le réseau de franchise Au Vide Grenier.

"Nous nous sommes structurés"

Alors que jusqu’à l’année dernière, l’entreprise était en mesure d’ouvrir 15 nouveaux magasins par an, Au Vide Grenier, qui vient d’inaugurer son siège social à Saint-Herblain en périphérie de Nantes, a passé un cap. "Nous nous sommes structurés, avons étoffé nos équipes - nous sommes huit- pour être en capacité de créer 25 entrepôts chaque année", expose le jeune entrepreneur de 36 ans.

Le concept : un particulier loue un box dans un entrepôt pour y vendre ses objets de seconde main. C’est l’enseigne qui gère la vente.
Le concept : un particulier loue un box dans un entrepôt pour y vendre ses objets de seconde main. C’est l’enseigne qui gère la vente. - Photo : Cyril Raineau

Aujourd’hui, 47 sont répartis dans toute la France. Lui-même en gère trois en direct, le reste étant en franchise. 180 personnes travaillent sur l’ensemble du réseau. Lequel "rapporte en caisse, une notion que nous privilégions à celle de chiffre d’affaires, 1, 5 millions d’euros par mois, comme ce fut le cas en mai", dit-il, tout en précisant que "la croissance est exponentielle."

Le magasin pilote en Ille-et-Vilaine cartonne dès le départ

Le Nantais a ouvert son site pilote à Fougères en Ille-et-Vilaine en 2016, là où l’opportunité d’un local s’est présentée. Plutôt que de vendre ses biens sur une brocante ou sur le net, le particulier est invité par Au Vide Grenier à louer un box de 2 à 3 m² pour une à trois semaines. "Nous gérons les transactions, il récupère les gains à la fin de la location". L’entreprise prélève 35 % de commission sur les ventes. Le particulier peut gérer comme il l’entend "son petit commerce", en le réarrangeant à sa guise, modifiant les prix, ajoutant des articles… Le concept a très vite séduit : "Nous avions disposé 110 stands, au bout de quatre mois une liste d’attente s’est créée, alors nous sommes montés à 140."

Fruit de trois ans de réflexion et de travail, "nous avons créé le premier réseau français de vide-grenier en 2019". C’est cette année-là que naît réellement Au Vide Grenier avec des entrepôts comprenant de 110 à 350 stands selon leur localisation. En parallèle, une activité complémentaire est lancée : débarrasser les maisons lorsqu’elles n’ont plus d’occupant puis revendre les objets qui le méritent.

Dès la première année, "nous avons reçu plus de 850 demandes de franchise", se souvient Romain Chassagne. Un reportage sur M6 avait aidé au décollage. Les caméras de la chaîne sont décidément attirées par Au Vide Grenier puisque l’émission Capital mettra en avant, dimanche 26 juin 2022, l’ascension fulgurante de la jeune entreprise nantaise. Un coup de projecteur qui devrait de nouveau mettre le feu aux demandes dans un marché où des indépendants se sont engouffrés : "Mais nous ne voulons pas ouvrir pour ouvrir, souligne Romain Chassagne, nous ne souhaitons pas d’investisseur mais des gens qui exploitent vraiment leur commerce pour des projets viables."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition