Vendée

Tourisme

Le Puy du Fou veut conquérir les visiteurs européens

Par Adrien Borga, le 01 février 2018

Toujours dans une dynamique d'investissement et de croissance soutenue, le parc à thème vendéen du Puy du Fou entend profiter de la décision de maintenir l'aéroport Nantes-Atlantique, et sa proximité du parc, pour faire encore grimper la fréquentation par les visiteurs des pays voisins.

Nicolas de Villiers, président du Puy du Fou et Laurent Albert, directeur général, présentent la nouvelle attraction du parc : Le Mystère de La Pérouse. — Photo : Puy du Fou

Le parc vendéen du Puy du Fou cherche à conquérir de nouveaux visiteurs dans les pays européens frontaliers du Benelux, de Grande-Bretagne, d'Allemagne, d'Espagne ou d'Italie. « Nous menons des campagnes de communication et nous sommes présents sur les salons professionnels locaux, indique Nicolas de Villiers, le président du parc. Aujourd'hui, seuls 1 à 2% des visiteurs arrivent chez nous via l'aéroport de Nantes-Atlantique, mais nous  espérons qu'ils seront entre 5 et 10% dans les 10 ans à venir. » La clientèle étrangère du parc représente déjà 14% de la clientèle totale (2260000 visiteurs en 2017). « Nous effectuons déjà trois rotations en bus entre le parc et la gare d'Angers, et à la demande nous le faisons vers l'aéroport de Nantes », souligne Laurent Albert, directeur général du parc.

Des investissements annuels toujours soutenus

Nicolas de Villiers avait annoncé cet automne une enveloppe d'investissement moins importante en 2018 qu'en 2017. Il avait raison à 5 millions d'euros près… le président du parc du Puy du Fou a annoncé un montant qui s'élève à 25 millions pour 2018 contre 30 millions en 2017. Les investissements de 2018 concernent deux nouvelles attractions : Le Mystère de La Pérouse et Le Café de la Madelon mobilisant respectivement des budgets de 10 et 4 M€. « Le reste des investissements correspond à des investissements pour structurels du parc, notamment pour la sécurité des visiteurs, mais aussi pour faire évoluer les spectacles existant », complète le directeur général du parc.

Une saison 2018 plus longue

Le Puy du Fou continue sur sa lancée. Après avoir fêté ses 40 ans en juin 2017, le parc à thème vendéen a bouclé son exercice 2017 le 30 septembre dernier avec un chiffre d'affaires de 107,6 millions d'euros contre 100,8 en 2016. « 65% de nos visiteurs reviennent dans les trois ans », affirme Nicolas de Villiers, le président du Parc. Par ailleurs, comme prévu, la direction du parc va étendre l'amplitude de son ouverture. Celle-ci démarrera le 7 avril et s'achèvera le 4 novembre « pour suivre les vacances de la Toussaint, où toute la France est en vacances », ajoute Nicolas de Villiers qui entend profiter de la manne de ces jours supplémentaires d'ouverture, qui si la météo s'annonce clémente peuvent doper l'activité du parc. « Notre développement se joue beaucoup sur les ailes de saison », confirme Laurent Albert. En contrepartie, et pour préparer les nouveautés de la saison 2019, le parc sera fermé au public durant la période de Noël 2018. En 2017, 100000 visiteurs ont fréquenté le parc sur la dizaine de jours d'ouverture.

Des partenariats avec l'industrie aéronautique et automobile

Lors de la présentation du Mystère de La Pérouse, le président du parc a évoqué « des partenariats avec l'industrie locale aéronautique et automobile » et un « haut niveau d'ingénierie mécanique et électronique sur cette nouvelle attraction mouvante qui doit plonger les participants dans un bateau du XVIIIe siècle. « Il est indispensable de faire appel à ces industries pour la sécurité des visiteurs, mais aussi pour la fiabilité des équipements qui tournent jusqu'à une dizaine d'heures par jour », complète Nicolas de Villiers sans toutefois donner le nom de ses partenaires.

Nicolas de Villiers, président du Puy du Fou et Laurent Albert, directeur général, présentent la nouvelle attraction du parc : Le Mystère de La Pérouse. — Photo : Puy du Fou

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture