Pays de la Loire

Accompagnement

Le plan de relance salué par les dirigeants des Pays de la Loire

Par c.raineau, a.dubiez; c.scribe, le 07 septembre 2020

Un plan qui va « dans le bon sens », même si quelques interrogations demeurent. Ainsi pourrait se résumer le sentiment de chefs d’entreprises et de réseaux de la région.

Une enveloppe de 7,2 milliards d'euros sera consacrée à développer la filière hydrogène. — Photo : Ondulia

Baisse des impôts de production, investissements stratégiques, soutien à l’emploi… Très attendu, le plan de relance de 100 milliards d’euros a été présenté jeudi 2 septembre par le gouvernement. Ses mesures sont accueillies positivement par des dirigeants et décideurs de la région.

« Ce plan est positif, car il s’attache à maintenir la compétitivité des entreprises »

Yann Trichard, président de la CCI Nantes - Saint-Nazaire : « Je trouve ce plan positif, car il privilégie l’offre et s’attache à maintenir la compétitivité des entreprises en préservant les capacités de production et l’emploi. Il permet également de maintenir le pouvoir d’achat. Je salue particulièrement les 3 milliards d’euros dédiés aux jeunes. Il est important de ne pas exclure cette génération du marché du travail et j’invite les chefs d’entreprise à accueillir des alternants. Pour moi, nous ne sommes pas dans une crise économique, mais dans une crise sanitaire à impact économique. Si nous faisons ce qu’il faut, nous pourrons en sortir vite. Plusieurs mesures du plan vont dans le bon sens : la baisse considérable des impôts de production, les 3 milliards d’euros dédiés aux fonds propres des entreprises, ainsi que les 500 000 € pour les start-up, la rénovation énergétique des bâtiments qui a un double impact sur les entreprises et la relance de la consommation…

Par ailleurs, la CCI est en train de monter une cellule d’accompagnement pour flécher ces moyens vers les entreprises et aider les dirigeants à monter leurs dossiers. »

« Consacrer 7 milliards d’euros à la filière hydrogène va dans le bon sens »

Matthieu Guesné, fondateur de Lhyfe, entreprise vendéenne de 15 salariés développant des sites industriels de production d’hydrogène vert et dont une usine doit être créée avant 2021 à Bouin (85) : « Que le plan consacre 7 milliards d’euros à la filière hydrogène va dans le bon sens. Ce qui peut faire décoller la filière - ce que j’appelle de mes vœux - c’est le déploiement d’une infrastructure de stations de recharge d’hydrogène. Il suffit de 400 millions d’euros pour implanter 400 stations à hydrogène sur l’ensemble du réseau autoroutier français. Il faut aussi que l’on aide les entreprises à acheter des voitures à hydrogène (ndlr, dont le coût approche les 40 000 - 50 000 euros). Il est nécessaire d’être vigilant à ne pas financer l’hydrogène bas carbone produit à partir de l’énergie nucléaire, j’aimerais que l’on investisse dans l’hydrogène bas carbone issu d’énergies renouvelables. »

« Attention à ne pas tomber dans le gaspillage d’argent public »

Olivier Morin, président régional de la CPME : « Le sujet de l’engagement dans la transition environnementale (le plan de relance y consacre 30 milliards d’euros, NDLR) intéresse tout particulièrement les PME qui sont de nature plus agiles pour faire évoluer leur production plus rapidement. Je salue l’investissement dans ce domaine, mais attention à ce qu’on ne tombe pas dans le gaspillage d’argent public, écoutons bien les entreprises et les filières pour que le dispositif produise ses effets. En ce qui concerne la baisse des impôts de production (de 20 milliards d’euros, NDLR), cela fait un moment que l’on parle de ce sujet. Bien sûr, diminuer la fiscalité est une bonne nouvelle, mais il faut prendre garde à ce que l’État donne d’un côté et ne le reprenne pas de l’autre par d’autres types d’imposition ou taxes. Ne crions pas victoire trop vite, attendons de voir. Enfin, l’idée de la relocalisation de la production, c’est très bien. Toutefois n’oublions pas que cela implique au final pour le consommateur des prix plus élevés et une baisse de pouvoir d’achat, le coût de production (main-d’œuvre, fiscalité…) n’est pas le même en France que dans certains pays, notamment d’Asie. »

« Avec ce plan, le gouvernement fait confiance aux PME et TPE »

Sophie Georger-Ménereau, présidente du Medef 85 et dirigeante de la PME Pramac à Challans (30 salariés, 5 millions d’euros de CA) : « Que le gouvernement débloque 100 milliards d’euros sur 2 ans est positif, j’espère simplement qu’une bonne partie sera débloquée dès 2021 pour réamorcer rapidement la pompe de l’activité. Relancer l’économie par l’investissement, c’est très bien, mais la relancer aussi par la consommation multiplierait les effets sur l’activité par deux. Les Français ont épargné l’équivalent du plan de relance, soit 100 milliards d’euros : il faut que les citoyens retrouvent confiance en l’avenir, il faut faire passer des messages positifs en ce sens. Enfin, avec ce plan, le gouvernement fait confiance aux PME et TPE, c’est un très bon signe puisque ce sont elles qui sont agiles et réactives. »

Une enveloppe de 7,2 milliards d'euros sera consacrée à développer la filière hydrogène. — Photo : Ondulia

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail