Nantes

Réseaux

Le mouvement Les Autres veut protéger le commerce de centre-ville des manifestations

Par Amandine Dubiez, le 04 février 2020

Un nouveau mouvement, baptisé "Les Autres", lance une charte pour appeler les syndicats à ne plus manifester en centre-ville de Nantes et les politiques à légiférer pour protéger les commerces du centre-ville de la casse.

L'entrepreneur nantais Christian Cerdan, par ailleurs administrateur de la CPME Loire-Atlantique, est à l'initiative du mouvement "Les Autres".
Christian Cerdan, à l'initiative du mouvement "Les Autres", compte envoyer sa charte aux syndicats et politiques. — Photo : Christian Cerdan

C'est d'abord une idée lancée par Jean-Luc Cadio, le président de la CPME Loire-Atlantique, lors des vœux au monde économique le 21 janvier. Une idée largement applaudie par les chefs d'entreprise présents. L’entrepreneur nantais et ancien commerçant Christian Cerdan, administrateur du syndicat patronal, s'en empare et crée le mouvement « Les Autres ». Un mouvement apolitique de soutien aux nombreux commerçants nantais qui disent subir depuis un an les conséquences des manifestations en centre-ville, contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes d’abord, suivi des protestations des Gilets Jaunes et des défilés contre la réforme des retraites.

« Nous vivons dans une société de plus en plus individualiste où chacun se bat pour lui sans penser aux autres », défend Christian Cerdan. Il veut représenter « les usagers, entrepreneurs et commerçants qui supportent dans leur vie quotidienne les conséquences des manifestations ». Ils avaient déjà perdu 30 % de leur chiffre d’affaires il y a un an. Et les résultats pourraient être encore pires cette année.

Interdire les manifestations en centre-ville

L’initiative fait suite à l’appel à la solidarité qu'il avait lancé quelques semaines avant Noël. Cette fois-ci, le mouvement va plus loin. « Les Autres » demande aux partenaires sociaux de signe une charte où ils s’interdiraient de perturber l’activité économique en centre-ville. Le mouvement demande aussi aux politiques de légiférer pour sanctuariser les centres-villes et les zones d’activités industrielles et commerciales en créant des « centres d’activités protégés ».

Christian Cerdan espère que ce mouvement, pour lequel il a choisi le symbole de la tulipe rouge « symbole de l’amour », rassemble le plus possible dans la région nantaise mais aussi au niveau national. « Les causes de ces manifestations peuvent être légitimes et nous respectons le droit de grève », insiste-t-il. Il a d’ores et déjà le soutien de quelques membres de la CPME et de quelques commerçants.

Pour lui, c’est une question de morale : « En manifestant en ville, ils font souffrir des gens qui ne sont pas à l’origine de leurs problèmes et les prennent en otage, c’est inacceptable, ils doivent trouver d’autres moyens de se faire entendre que de casser des vitres », plaide-t-il.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail