Loire-Atlantique

Réseaux

Le Medef 44 assigné aux prud'hommes par son délégué général

Par Caroline Scribe, le 18 juillet 2019

Situation incongrue au Medef de Loire-Atlantique. Vincent Combeuil, délégué général de l'organisation patronale depuis 2013, attaque son employeur aux prud'hommes après avoir été mis à pied.

Patrick Cheppe est reconduit pour un second mandat à la tête du Medef de Loire-Atlantique.
Patrick Cheppe, président du Medef 44. — Photo : MEDEF Loire-Atlantique

Cela fait des mois que la crise couvait. Vincent Combeuil, délégué général du Medef de Loire-Atlantique depuis 2013, a été mis à pied le 12 juillet par son employeur. Licenciement que le délégué général, ancien journaliste âgé de 60 ans et proche de la retraite, entend contester devant les prud’hommes. « Depuis neuf mois, j’ai été progressivement placardisé. On m’a tenu à l’écart de réunions importantes, on ne m’informait plus de ce qui se passait… On me reproche des faits que je réfute. J’ai tenté de négocier une rupture conventionnelle, sans succès. J’ai donc pris un avocat pour me défendre », confie-t-il.

Relations conflictuelles

Les raisons du divorce entre l’organisation patronale et son délégué général remontent sans doute à l’élection de Patrick Cheppe, dirigeant du groupe Europe Technologies, à la tête du Medef 44 en 2016. Si ce dernier n’a pas souhaité s’exprimer, des membres du Medef confirment que les relations entre le président et son délégué général n’étaient pas aussi cordiales qu’elles l’étaient sous la précédente mandature, avec Vincent Charpin. Le tandem entre l’industriel et l’ancien journaliste ne fonctionne pas. La nomination d’Anne-Stéphanie Bardet au poste de secrétaire générale il y a un an n’a sans doute pas arrangé pas les choses, en introduisant une tierce personne dans le duo.

« Image brouillée pour le Medef »

Quelles conséquences pour le Medef ? « Je déplore que cela se termine comme cela pour Vincent Combeuil, avec lequel nous formions un bon binôme. Notre excellente relation nous a permis de mener beaucoup d’actions avec succès. Je déplore également que l’on ne soit pas parvenu avec un accord. Aller aux prud’hommes, cela brouille l’image du Medef », avance Vincent Charpin, précédent président du Medef 44 et actuellement président du Medef Pays de la Loire. Au-delà de l’image, la situation pourrait également avoir des conséquences financières pour le Medef 44 s’il perd aux  prud’hommes. Une situation pas complètement inédite pour le syndicat patronal qui en avait fait l’expérience en 2011 après avoir licencié Évelyne Bocquenet, sa déléguée générale de l’époque. Le Medef 44 n’a, par ailleurs, pas communiqué le nom du successeur de Vincent Combeuil.

Patrick Cheppe est reconduit pour un second mandat à la tête du Medef de Loire-Atlantique.
Patrick Cheppe, président du Medef 44. — Photo : MEDEF Loire-Atlantique

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.