Vendée

Agriculture

Le lait Juste et Vendéen veut essaimer sur tout le territoire

Par Jéromine Doux, le 14 mars 2019

50 producteurs vendéens se sont associés pour distribuer leur propre lait sous la marque « Juste et Vendéen ». Depuis juin dernier, 400 000 litres ont été vendus dans les magasins U du département. Les agriculteurs ciblent désormais les enseignes E. Leclerc, la restauration collective ainsi que les supérettes. 

Guillaume Voineau, producteur de lait, est à l'initiative de la marque "Juste et Vendéen" qui vise à mieux rémunérer les producteurs de lait.
Guillaume Voineau, producteur de lait, est à l'initiative de la marque "Juste et Vendéen" qui vise à mieux rémunérer les producteurs de lait. — Photo : Jéromine Doux - Le Journal des Entreprises

Du lait à moins d’1 € qui rémunère les producteurs à hauteur de 45 centimes, c’est ce qu’a imaginé un petit collectif d’agriculteurs vendéens en juin 2018. Aujourd’hui, ils sont 50 actionnaires « ambassadeurs » au sein de la SAS qui exploite la marque « Juste et Vendéen ». Leur rôle : démarcher les points de distribution (supermarchés, supérettes, hypermarchés) ou se lancer dans des animations commerciales afin de faire connaître la marque.

Les enseignes Leclerc en ligne de mire 

Parmi ces 50 associés, dix produisent du lait pour la marque. « Le producteur reçoit 35 centimes pour un litre, les dix centimes supplémentaires sont directement injectés dans la société puis reversés comme dividendes », explique Guillaume Voineau, producteur à Beaufou et à l’initiative de la démarche avec Patrice Remaud, gérant d’une exploitation laitière à Coëx. Aujourd’hui, le lait « Juste et Vendéen » est commercialisé dans les cinquante magasins de la marque U de Vendée, mais aussi dans huit supermarchés de la coopérative en Loire-Atlantique. « Nous devrions également travailler avec les magasins E. Leclerc d’ici peu », poursuit Guillaume Voineau. Les producteurs ciblent aussi la restauration collective ainsi que les supérettes et travaillent déjà avec six magasins de proximité dans le département. Depuis le mois de juin 400 000 litres de lait ont été écoulés. « Mais nous pouvons faire bien mieux que cela », assure l’agriculteur, en prenant l’exemple des « éleveurs vous disent merci », qui a commercialisé plus de 21 millions de litres en à peine un an. « Grâce à notre marque, nous espérons pouvoir reverser environ 8 000 € par exploitation chaque année », envisage Guillaume Voineau.

Du beurre et du fromage blanc « Juste et Vendéen »

Pour se développer, les producteurs lanceront bientôt du beurre et du fromage blanc sous la même marque. « L’objectif est aussi d’avoir un équilibre matière, parce qu’en produisant du lait, on produit de la matière grasse », précise Guillaume Voineau. Mais les agriculteurs veulent également commercialiser du miel et pourquoi pas de la viande ou du vin. « Certains viticulteurs nous ont dit qu’ils aimeraient travailler avec nous », confient les associés qui espèrent attirer le plus d’ambassadeurs possible.

Pour eux, l’idée est également d’être complètement transparents et de créer une blockchain. Grâce à des QR codes placés sur leurs produits, ils permettent aux consommateurs de suivre le trajet effectué par leur lait. Du champ, jusqu’au bol.

Guillaume Voineau, producteur de lait, est à l'initiative de la marque "Juste et Vendéen" qui vise à mieux rémunérer les producteurs de lait.
Guillaume Voineau, producteur de lait, est à l'initiative de la marque "Juste et Vendéen" qui vise à mieux rémunérer les producteurs de lait. — Photo : Jéromine Doux - Le Journal des Entreprises

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture