Saint-Nazaire

Services

Le groupe Seris veut maintenant sécuriser l'Europe de l’Est et l'Afrique

Par Amandine Dubiez, le 13 juin 2019

Seris, le groupe de sécurité basé à Saint-Nazaire, a repris son concurrent polonais Konsalnet, mettant ainsi un pied en Europe Centrale et entrant dans le top 10 mondial des entreprises de sécurité. L'entreprise familiale, qui est passé de 4 000 à 40 000 salariés en moins de 10 ans, envisage d'autres rachats en Europe et en Afrique.

Le groupe Seris est passé de 4 000 à 40 000 salariés en moins de 10 ans.
Le groupe Seris est passé de 4 000 à 40 000 salariés en moins de 10 ans. — Photo : Seris

« Nous avons quelques dossiers en cours, en Europe Centrale et en Afrique, c’est dans la continuité de notre croissance », confie Arnaud Jamet, président du pôle international du groupe de sécurité basé à Saint-Nazaire. Le groupe Seris (700 M€ de CA en 2018) qui travaille autant dans la surveillance, la sécurité incendie que la sécurité mobile est passé, en 10 ans, avec les rachats d’Amarante, d’Europ Sécurité Industrie et plus récemment de Brink’s Airport France en 2018, de 4 200 à 40 000 salariés atteignant le top 10 mondial de la sécurité. Et le groupe nazairien ne veut pas s’arrêter en si bon chemin. Déjà présent dans 20 pays dans le monde, il cherche constamment des entreprises à reprendre. « Nos critères sont simples, nous sommes un groupe assez pragmatique, nous cherchons à reprendre des groupes qui sont leader dans leur pays », explique Arnaud Jamet.

Rachat du numéro 1 en Pologne

Seris vise principalement l’Afrique et l’Europe Centrale. Le nazairien ne se donne pas de calendrier, mais le cap est clairement fixé par le PDG, le Guérandais Guy Tempereau, qui après 43 à la tête de l’entreprise, a cédé une partie du capital à ses filles Céline et Audrey. C’est lui qui avait initié, il y a 10 ans, les premiers pas du groupe Seris à l’international. À chaque fois le process de rachat est le même. « Nous le maîtrisons, nous sommes équipés en interne pour cela », explique Arnaud Jamet. Une fois reprises, les entreprises restent autonomes dans leur fonctionnement et Seris garde l’équipe en place. « La chance, c’est que nous sommes dans un métier, la sécurité, qui est le même partout », explique le responsable du pôle international. La reprise peut prendre quelques mois, comme un an et demi avec le rachat en juin 2019 de son concurrent, le numéro 1 en Pologne Konsalnet (200 M€ de CA, 18 500 salariés).

Avec cette acquisition, le groupe Seris, qui vient de fêter ses 60 ans, met un pied en Europe de l’Est. « Konsalnet représente un porte-avions très fort. C’est une très belle société, très bien dirigée qui a une bonne stratégie, avec des bons managers », se félicite Arnaud Jamet. « C’est une base idéale dans un pays très dynamique. Il y a encore beaucoup de choses à faire, notamment développer l’activité nettoyage que le groupe avait commencée », poursuit-il.

Pallier la faible rentabilité

Si le groupe de sécurité cherche autant à se développer à l’étranger, c’est aussi pour pallier un tassement de l’activité en France, après une période continue de croissance de 3,8 % en moyenne par an depuis 2010. Si les attentats en France en 2015 ou l’Euro 2016 ont eu un impact immédiat sur le secteur, l’effet aura en fait très peu duré. « Cela a duré deux ou trois mois puis cela s’est effondré », constate le dirigeant de Seris. En posant des bases à l’international, le but du groupe est aussi de chercher un autre relais de croissance alors que le taux de rentabilité sur le marché de la sécurité a toujours été historiquement faible en France. Il était, selon une étude de l’Insee datant de novembre 2018, de 3,6 % en moyenne.

Le groupe Seris est passé de 4 000 à 40 000 salariés en moins de 10 ans.
Le groupe Seris est passé de 4 000 à 40 000 salariés en moins de 10 ans. — Photo : Seris

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.