Loire-Atlantique

Métallurgie

Le fondateur de Direct Optic crée un groupe de métallurgie

Par Cyril Raineau, le 07 juillet 2021

S’inspirant du modèle de sa famille ayant fondé et développé l’entreprise vendéenne Piveteaubois, l’entrepreneur Emmanuel Gréau a jeté les bases d’un groupe dédié à la métallurgie. Le co-créateur de la chaîne d’optique Direct Optic en a posé les premières briques en reprenant deux entreprises de Loire-Atlantique, l’atelier Grelier et Metal44.

Après avoir cédé Optic Direct, l’entrepreneur nantais Emmanuel Gréau veut aujourd’hui développer un groupe familial industriel.
Après avoir cédé Optic Direct, l’entrepreneur nantais Emmanuel Gréau veut aujourd’hui développer un groupe familial industriel. — Photo : Olivier Guitard

De la création d’une start-up à celle d’un groupe industriel, la trajectoire d’Emmanuel Gréau n’a rien de linéaire. Mais elle suit une pente ascendante dont le premier sommet pourrait se matérialiser par un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros d’ici dix ans. Ce groupe industriel, Vima Industrie, affiche deux ans d’existence et atteint 15 millions d’euros de chiffres d’affaires pour 70 collaborateurs en CDI. Il s’articule autour de deux branches, la métallerie et la mécano-soudure, suite au rachat en juin 2020 de l’atelier Grelier (une dizaine de salariés) à Treillières, et de Metal44 (une soixantaine d’employés) en mai 2021 à Saint-Mars-la-Jaille, deux entreprises de Loire-Atlantique.

Aujourd’hui âgé de 39 ans, Emmanuel Gréau a cofondé à Orvault en 2008 la start-up Direct Optic, un opticien d’abord en ligne puis devenu multicanal suite à l’ouverture de boutiques physiques. La jeune pousse grandit jusqu’à employer une soixantaine de salariés pour un chiffre d’affaires avoisinant les 15 millions d’euros. Dix ans plus tard, il cède l’entreprise au groupe familial Abittan (fondateur de Générale d'Optique, Grand Optical, Grand Audition…). Germe alors dans son esprit le souhait de réinvestir dans des PME pour donner naissance, avec son épouse Ervina Gani, à un groupe familial.

Le négoce d’acier comme point de départ

Dès sa prime jeunesse, Emmanuel Gréau a baigné dans un environnement qui aujourd’hui l’inspire. "Mon grand-père a fondé la scierie Piveteaubois en Vendée (plus de 1 000 collaborateurs), se souvient-il. J’ai pu voir au fil du temps comment une PME est devenue une ETI familiale." Parallèlement, la famille de son épouse, originaire d’Indonésie, étant investie dans le négoce d’acier, "nous avons identifié qu’il s’agissait d’une activité solide et pérenne".

Premier pas dans sa nouvelle aventure entrepreneuriale : en 2019, Emmanuel Gréau s’associe à Sylvain Gaulué, chaudronnier-soudeur et chef d’atelier de métier, pour reprendre le petit atelier de métallerie Formax, à la Haie-Fouassière au sud de Nantes, après le départ en retraite du dirigeant.

Entreprise artisanale et sous-traitant industriel

Constatant alors que le "papy-boom" conduisait nombre d’entrepreneurs à la retraite sans qu’ils trouvent forcément un repreneur, Emmanuel Gréau sonde le territoire et recherche des opportunités. À Trellières, Yvon et Chantal Grelier souhaitent céder l’atelier qu’ils ont fondé il y a 34 ans. En juin 2020, Emmanuel Gréau et son associé acquièrent cette entreprise artisanale spécialisée dans la métallerie-ferronnerie et réalisant des éléments comme des escaliers ou garde-corps.

La deuxième entreprise reprise par le groupe Vima Industrie, Metal44, est installée à Saint-Mars-la-Jaille.
La deuxième entreprise reprise par le groupe Vima Industrie, Metal44, est installée à Saint-Mars-la-Jaille. - Photo : Metal44

Une autre opportunité se présentera quelques mois plus tard à Saint-Mars-la-Jaille. Les dirigeants de Metal44, Jean-Luc Malhaire et Béatrice Talon, envisagent leur départ en retraite. Et sont en quête d’un repreneur. Leur PME créée 37 ans auparavant est spécialisée dans la découpe de métal (laser, plasma, oxycoupage…), l’usinage, le soudage, allant jusqu’à la peinture des pièces et au montage et la livraison. En mesure de produire des petites pièces jusqu’à des châssis complets, ce sous-traitant comprend dans sa clientèle des start-up comme des leaders mondiaux dans leur domaine. Son savoir-faire intéresse Emmanuel Gréau. La vente est finalisée en mai 2021.

D’autres reprises pour se développer

Emmanuel Gréau et son épouse sont majoritaires dans le pôle Vima industrie dans lequel ils sont accompagnés par Sylvain Gaulué et un entrepreneur-investisseur. De 15 millions de chiffre d’affaires à ce jour, l’objectif est d’atteindre les 100 millions dans dix ans. "Nous recherchons toujours des entreprises dans le domaine du métal pour accélérer notre développement", confie Emmanuel Gréau. Des acquisitions d’entreprises "saines et pérennes, notre logique n’étant pas de grossir pour grossir", auprès de dirigeants sur le point de partir à la retraite. L’ambition se porte sur le grand Ouest et même au-delà, l’entrepreneur ayant actuellement des contacts avec des sociétés du Nord de la France. "Je veux vraiment créer mon groupe familial", souligne-t-il. Avec, ancré à son esprit, le modèle de réussite de son grand-père et de ses oncles avec Piveteaubois.

Après avoir cédé Optic Direct, l’entrepreneur nantais Emmanuel Gréau veut aujourd’hui développer un groupe familial industriel.
Après avoir cédé Optic Direct, l’entrepreneur nantais Emmanuel Gréau veut aujourd’hui développer un groupe familial industriel. — Photo : Olivier Guitard

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail