Loire-Atlantique

Industrie

Le fabricant de vannes Definox investit pour gagner en productivité

Par Cyril Raineau, le 15 septembre 2022

Definox, implanté à Clisson (Loire-Atlantique) a officialisé, jeudi 15 septembre, l’acquisition d’un nouveau centre d’usinage. Pour le fabricant de vannes pour l’industrie, l’investissement de 500 000 euros est synonyme d’une productivité accrue et d’une dépendance moindre à l’égard de sous-traitants.

Magalie Chouin-Theriot, directrice générale de Definox : "Notre croissance est constante et régulière."
Magalie Chouin-Theriot, directrice générale de Definox : "Notre croissance est constante et régulière." — Photo : Cyril Raineau

Definox se dote de nouveaux moyens de production. La PME concevant, fabricant et commercialisant des vannes process pour l’industrie agroalimentaire, cosmétique, pharmaceutique ou encore dédié à l’alimentation animale investit 500 000 euros dans un nouveau centre d’usinage, qui sera livré dans huit mois, dans son site de Clisson. C’est dans cette commune du vignoble nantais que sont regroupés 135 de ses 155 collaborateurs, les 20 autres étant basés dans ses antennes près de Pékin (Chine) et de Chicago (États-Unis).

Outre des gains de productivité, ce nouvel équipement stratégique répond à d’autres ambitions, détaillées par la directrice générale de Definox Magalie Chouin-Theriot : "Améliorer nos délais pour nos clients et internaliser davantage la production de pièces complexes". Definox travaille en lien avec 24 sous-traitants, "et nous souhaitons réduire notre dépendance" à leur endroit.

La moitié de l’activité à l’export

Le chiffre est fluctuant suivant la demande, mais chaque année, Definox produit et commercialise des dizaines de milliers de vannes. Son activité, unique en France dixit sa directrice, révèle une vraie complexité puisqu’il existe plus de 50 000 configurations différentes de ses produits. À titre d’exemple, un client américain n’aura pas les mêmes exigences, notamment en termes de normes, qu’un français. La moitié de l’activité est tournée vers l’international. Les États-Unis, la Chine et l’Espagne, combinés au marché français, représentent 70 % du chiffre d’affaires.

Lequel avoisine les 35 millions d’euros, en progression de 13 % par rapport à l’exercice précédent. "Notre croissance est constante et régulière", résume Magali Chouin-Theriot. Elle est en premier lieu portée par celle, linéaire, du secteur de l’agroalimentaire qui représente 65 % de ses marchés. Definox a pour donneurs d’ordres des grands noms tels que Danone, Lactalis ou Procter & Gamble (et Royal Canin pour la petfood).

Autres facteurs qui portent la croissance de la PME clissonnaise, la hausse du prix d’achat de matières premières répercutée sur ses prix de vente et "le fait que nous pénétrons mieux certains de nos nouveaux clients." Enfin, Definox est porté par son ambition d’acquérir de nouvelles parts de marché, avec, précise sa directrice, "un objectif, en général, de 3 % de notre chiffre d’affaires."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition