Nantes

Distribution

Le distributeur Desevedavy pianos joue la partition du succès avec une croissance à deux chiffres

Par David Pouilloux, le 28 janvier 2022

Alors que l’entreprise spécialiste de la distribution de pianos a battu des records de vente en 2021 (+35 % de chiffre d’affaires), Desevedavy collabore à la relance d’une marque française de légende. On trouve ses pianos à la Folle journée de Nantes, dans la gare de Nantes ou dans le tramway…

Vincent Morin-Desevedavy, dirigeant de Desevedavy Pianos.
Vincent Morin-Desevedavy, dirigeant de Desevedavy Pianos. — Photo : David Pouilloux

Le clavier d'un piano compte 88 touches, dont 52 blanches et 36 noires. Chaque touche permet d'actionner un marteau qui frappe une corde, ce qui produira un fa, un do, un ré ou toute autre note. Il semblerait que de plus en plus de Français, au moins dans l’ouest de la France, s’adonnent à la déambulation digitale sur clavier de piano. "L’année 2020, avec le premier confinement, a vu nos ventes augmenter de 15 %, mais en 2021, c’est 35 % de hausse, explique Vincent Morin-Desevedavy, le dirigeant de la marque Desevedavy, plus grand distributeur de pianos du grand ouest, et situé à Orvault en Loire-Atlantique. En 2021, nous avons vendu 3 300 pianos, 3 000 pianos numériques et 300 pianos acoustiques. C’est notre record." Il ajoute : "Les anciens de la profession comparent l’attractivité de notre marché aujourd’hui à celle que l’on avait il y a 40 ans."

Une marque au diapason des attentes

Ainsi, après de longues années de stagnation de ce marché, un vent nouveau souffle sur le monde de la musique depuis deux ans. "Notre chiffre d’affaires est monté à 4,5 millions d’euros en 2021, précise le chef d’entreprise qui compte 12 salariés. Soit une augmentation de plus d’un million d’euros sur un an. Et notre mois de janvier 2022 est exceptionnel." La clé de ce succès ? "Le Covid, le confinement, le télétravail, estime le petit-fils de Jules Desevedavy, créateur de cette entreprise née en 1942 et qui fête ses 80 ans avec la sortie d’un livre. Les gens sont restés chez eux, ont moins de temps de trajet et se sont aperçus qu’ils avaient du temps pour eux."

La marque s’était mise au diapason des attentes des consommateurs en développant son offre sur un site web. "Les ventes en ligne ont monté en flèche, dit le mélomane. Elles représentent 30 % de nos ventes aujourd’hui."

Mais la vente en ligne n’est pas la partition professionnelle préférée du dirigeant qui aime voir les musiciens et les artistes venir choisir leur compagnon de musique sur place. "Nous avons un showroom de 1 350 m2, explique-t-il. Au rez-de-chaussée se trouvent les pianos numériques et à l’étage les pianos acoustiques. Lorsque l’on achète un piano, on prend le temps de l’essayer, en particulier un piano acoustique." Pour les musiciens d’église, le distributeur orvaltais vend également des orgues liturgiques.

Réveiller les envies, susciter des vocations

Même si la vente représente l’essentiel de son business, la marque propose aussi un système de location à 25 euros par mois. "Notre objectif est de lever les freins, réveiller les envies, susciter des vocations", explique le dirigeant.

L’actualité de la marque est riche en ce début d’année. "Nous fournissons les pianos de la Folle Journée, depuis la première année de ce festival nantais. Cinq de nos accordeurs sont sur place en permanence. Nous avons aussi installé un piano dans le tramway. C’est une idée de René Martin, directeur artistique de l'événement. Le buzz a été incroyable."

Parmi les activités de Desevedavy Pianos, la restauration en atelier opérée par un facteur de piano, métier du technicien.
Parmi les activités de Desevedavy Pianos, la restauration en atelier opérée par un facteur de piano, métier du technicien. - Photo : David Pouilloux

Une entreprise ancrée dans son territoire

Ancré dans son territoire, Desevedavy fournit les pianos pour les Rendez-vous de l’Erdre et pour d’autres concerts au Lieu Unique ou à Angers Nantes Opéra, par exemple. Une activité annexe qui représente 5 % de son chiffre d’affaires, mais qui l’installe comme un acteur majeur du paysage culturel des Pays de la Loire. Par ailleurs, cette activité apporte de la crédibilité vis-à-vis de la clientèle de particuliers. Desevedavy a également installé un piano dans quatre gares, dont celle de Nantes et d’Angers. Pour l’équipe, tous ces à-côtés de la vente et du travail au magasin ou en atelier ont un intérêt : "C’est un laboratoire d’expériences incroyables pour nos salariés et un outil de management. Mes techniciens sentent qu’ils ont un rôle dans la réussite du concert. Il y a l’œuvre, l’artiste qui va l’interpréter et l’instrument qui va être soigneusement préparé par un technicien."

Collaborer à relancer une marque prestigieuse

Du côté des projets, toute l’équipe de Desevedavy adhère à l'un de ceux de Gérard Garnier, patron d’Algam, fabricant et distributeur de matériel de musique à Thouaré-sur-Loire (160 millions d'euros de CA et 250 salariés), et plus gros importateur français d'instruments de musique. Il veut relancer l’une des plus célèbres marques de piano française, Pleyel, le "piano de Chopin". "C’est une belle idée, s'enthousiasme le dirigeant. Mon équipe apporte ses compétences pour tester la qualité de ses pianos  (fabriqués en Indonésie, car il n’y a plus d’industrie française dans ce domaine, NDLR). La décision sera collective. Si la qualité est au rendez-vous, qu'elle est digne de figurer dans nos références, que nous sommes tous d'accord au sein de l'équipe, alors l'entreprise Desevedavy sera fière de vendre les premiers nouveaux pianos Pleyel. Peut-être dès le mois de mars..." Dans l’atelier de restauration, un piano Pleyel est à nouveau opérationnel. "Il date de 1896." Un pont est dressé entre le passé et l’avenir.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition