Saint-Nazaire

Réseaux économiques

Interview "Le Club d'Affaires Atlantique est un réseau de convivialité et de business"

Entretien avec Séverine Devoize, présidente du Club d’Affaires Atlantique

Propos recueillis par Cyril Raineau - 11 mars 2022

L’avocate Séverine Devoize vient d’accéder à la présidence du Club d’Affaires Atlantique, un réseau de 85 entreprises représentant 5 200 salariés essentiellement à Saint-Nazaire et dans la presqu’île guérandaise. Recrutement, business, politique RSE : en plus d'être un lieu d'échanges sur le quotidien des entrepreneurs, l’association agit sur des enjeux d’avenir.

Séverine Devoize, présidente du Club d’Affaires Atlantique à Saint-Nazaire.
Séverine Devoize, présidente du Club d’Affaires Atlantique à Saint-Nazaire. — Photo : S.V

Séverine Devoize, vous êtes la nouvelle présidente du Club d’Affaires Atlantique. Pour quelles raisons avez-vous souhaité prendre la présidence de l’association ?

Ce n’était pas un choix spontané puisque j’ai été incitée à me présenter par le conseil d’administration dans lequel je siège depuis six ans. Disons que c’était dans la continuité, cela s’est fait naturellement.

Quel est votre parcours professionnel ?

Cela fait vingt ans que j’exerce comme avocate en droit du travail. J’ai débuté ma carrière à Paris chez PwC, puis j’ai poursuivi à Nantes avant d’arriver à Saint-Nazaire où se situe le cabinet que j’ai fondé, Altis Avocats, où nous sommes deux. J’ai intégré le Club d'Affaires Atlantique en 2008-2009.

Que représente le Club d’Affaires Atlantique ?

Il regroupe 85 entreprises adhérentes représentant 5 200 salariés. Elles proviennent de tous les secteurs d’activité et sont des TPE comme des PME. Pour en être membre, le seul critère est d’avoir au minimum deux ans d’existence légale. La plupart des entreprises sont basées sur le bassin nazairien et la presqu’île guérandaise. La CCI Nantes Saint-Nazaire nous héberge et met à notre disposition une salariée à temps partiel.

"Il est important de se connaître pour travailler ensemble"

Quel est le rôle du club ?

Essentiellement de rompre l’isolement du chef d’entreprise. Nous considérons qu’il est important de pouvoir échanger avec d’autres dirigeants sur des problématiques qui touchent tous les domaines de l’entreprise. Ce peut être sur des questions RH, d’approvisionnement pour les industriels, de positionnement de marchés… Et il ne faut pas se le cacher, l’idée est aussi de faire des affaires entre nous. Aujourd’hui, c’est une volonté affichée de se dire que nous ne sommes pas là que pour des moments de convivialité mais aussi pour faire du business. Nous partons du principe qu’il est important de se connaître pour travailler ensemble, de mieux appréhender ce que chacun fait.

Y a-t-il des sujets abordés propres à Saint-Nazaire et sa région ?

Depuis deux ans, nous sommes en partenariat avec la Carene, la communauté d’agglomération de Saint-Nazaire, et la Sonadev, la société d’aménagement du territoire. Nous bénéficions ainsi de la primeur de l’information sur les projets et les grands enjeux du territoire. Nos entreprises ont ainsi la possibilité d’éventuellement se positionner sur des marchés, et de faire de la prospective et de la veille sur le développement du secteur.

"Nos adhérents accompagneront, s’ils le souhaitent, un demandeur d’emploi dans ses recherches"

Quelle problématique est la plus prégnante sur ce territoire ?

Celle du recrutement pour les industriels. Nous avons à cet égard un partenariat avec l’IUT de Saint-Nazaire pour fluidifier le marché du travail. Par ailleurs, nous aimerions mettre en avant notre démarche RSE, nos membres sont demandeurs.

Avez-vous des projets à ce sujet ?

Nous avons mis en place voici deux ans la possibilité que chacun puisse se délester de son vieux matériel informatique et de bureautique. Une opération engagée avec l’association de la zone de Brais Pédras à Saint-Nazaire, en collaboration avec l’Ademe. Nous avons récupéré une dizaine de tonnes de déchets électroniques à destination de la filière du recyclage. Nous allons renouveler l’opération sous la forme d’un vide-bureau (matériel, mobilier, informatique…).

Par ailleurs, nous allons débuter en 2022 un partenariat avec l’association nationale "1 Parrain 1 emploi", qui dispose d’une antenne à Nantes. L’idée est que nos adhérents accompagnent un demandeur d’emploi dans ses recherches et dans sa posture face à l’emploi : comment il se présente, la manière dont il aborde un entretien d’embauche et réalise son CV… Cette démarche nous tient à cœur. Et alors que nous manquons de bras, il y a en face des personnes en recherche d’emploi. Essayons de faire coïncider les besoins pour que ce soit profitable à tous.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition