Vendée

Nautisme

Le chantier naval Privilège Marine double son chiffre d'affaires en deux ans

Par Cyril Raineau, le 10 juin 2021

L’horizon est dégagé pour le spécialiste du catamaran haut de gamme basé aux Sables d’Olonne (Vendée), Privilège Marine. Mais alors que son chiffre d’affaires devrait plus que doubler en deux années, la PME peine à recruter de la main-d’œuvre qualifiée.

Privilège Marine, aux Sables d’Olonne, conçoit des catamarans haut de gamme.
Privilège Marine, aux Sables d’Olonne, conçoit des catamarans haut de gamme. — Photo : Olivier Blanchet

Privilège Marine navigue sur une vague vertueuse, menant le chantier naval des Sables d’Olonne vers un horizon plein de promesses. Le fabricant de catamarans haut de gamme a terminé l’exercice 2019-2020 (clôturé en juin) sur un chiffre d’affaires s’élevant à 8 millions d’euros. Fin juin 2021, il atteindra 14,5 millions d’euros. Un an plus tard, il devrait avoisiner les 20 millions d’euros. "Notre ambition est d’atteindre les 28 millions d’euros en 2023", fait savoir Gilles Wagner, PDG et actionnaire minoritaire de la PME. Une chose est d’ores et déjà certaine, 40 millions d’euros de commande assurent pour les deux prochaines années une forte activité, tournée vers le marché européen à 70 %, américain pour les 30 % restants.

Gilles Wagner, PDG de Privilège Marine : "Le carnet de commandes de 40 millions d’euros nous assure du travail sur deux ans".
Gilles Wagner, PDG de Privilège Marine : "Le carnet de commandes de 40 millions d’euros nous assure du travail sur deux ans". - Photo : Privilège Marine

L’évolution des effectifs est à l’avenant de la croissance. De 145 salariés l’an passé, Privilège Marine en comptabilise aujourd’hui 200. Fin 2021, ce devrait être 240 collaborateurs qui travailleront au sein du chantier naval. Comment expliquer une telle évolution alors que la crise du Covid a terrassé nombre de secteurs et que, sans aller chercher très loin, le voisin vendéen de la PME qu’est le leader mondial de la plaisance Beneteau, a dû réduire la voilure en termes d’activité et d’effectifs ?

Le marché de la vente plutôt que celui de la location

"Le marché du catamaran était déjà porteur avant la crise, décrypte Gilles Wagner. Mais le Covid l’a bousculé : la part du marché du locatif a baissé au profit du marché des bateaux de propriétaires. C’est ce qui nous a profité car nous ne faisons pas de location pour nous consacrer exclusivement à la vente auprès de particuliers. Lesquels ont accéléré leur décision d’achat avec le Covid". Les catamarans de Privilège Marine, mesurant de 15 à 24 m de longueur, affichent des prix oscillants entre 1, 5 millions d’euros 6 millions d’euros hors taxe.

Autre explication à la bonne santé du chantier naval des Sables d’Olonne, l’appui du groupe allemand Hanse Yachts, dans le trio de tête mondial des constructeurs de bateau (1 900 salariés), actionnaire majoritaire depuis 2017 de Privilège Marine. Les synergies financières et industrielles entre les deux entités ont abouti à la conception et la fabrication de deux nouveaux bateaux porteurs d’innovation et qui ont trouvé leur public.

Former les compétences sur place

Privilège Marine est en mesure de produire, dans le même temps dans ses ateliers, un peu plus d’une quinzaine de catamarans. "L’accélération du chiffre d’affaires se traduira par celle de la cadence", résume Gilles Wagner. Pour répondre au carnet de commandes, "les investissements ne seront pas lourds car nous sommes dans du fait main." La principale préoccupation du dirigeant est le recrutement de main-d’œuvre qualifiée. "Une vraie difficulté", euphémise le PDG.

Pour y remédier, Privilège Marine a initié dès 2016 des programmes de formation, en partenariat avec Pôle emploi et le Campus des métiers du nautisme des Sables d’Olonne piloté par le lycée local Tabarly. "Nous avons mis en place des modules d’apprentissage à nos métiers pour les demandeurs d’emploi, avec la formation pratique qui se fait chez nous", précise Gilles Wagner. Qui souligne que le personnel se trouve parfois là où on l’attend le moins : par le biais d’une association, trois réfugiés ont été récemment recrutés.

Privilège Marine, aux Sables d’Olonne, conçoit des catamarans haut de gamme.
Privilège Marine, aux Sables d’Olonne, conçoit des catamarans haut de gamme. — Photo : Olivier Blanchet

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail