Vendée

Numérique

L'application de Veritise aide les entreprises à lutter contre la contrefaçon

Par Cyril Raineau, le 08 octobre 2021

En s’appuyant sur la technologie de la blockchain, la start-up Veritise, installée au pôle Numerimer des Sables d’Olonne, en Vendée, développe une solution pour lutter contre la contrefaçon. La version commerciale de son application devrait être opérationnelle fin 2021 ou début 2022.

Cormac Lucking, fondateur et à la tête de la start-up Veritise.
Cormac Lucking, fondateur et à la tête de la start-up Veritise. — Photo : Veritise

Le créateur

Né en Écosse où il a passé une partie de son enfance avant de s'installer en Angleterre, Cormac Lucking, 39 ans aujourd’hui, pose ses bagages en France en 2004. Dès 2013, il s’intéresse à une technologie qui n’en était qu’à ses balbutiements : la blockchain. Une innovation qui permet de stocker et de transmettre, de manière sécurisée et sans intermédiaire, des informations sur le web. Cormac Lucking investit alors avec succès dans les cryptomonnaies, des monnaies virtuelles s’appuyant sur la blockchain. Le partage de ses expériences sur les forums d’entrepreneurs lui procure dans le milieu une certaine notoriété. En 2020, il crée à Paris l'entreprise Veritise, puis l'installe en 2021 à Numerimer, le pôle numérique des Sables d’Olonne.

Le concept

La start-up de quinze collaborateurs (dont un aux États-Unis pour ouvrir un futur bureau et des développeurs en Lituanie et Estonie) fournit des services de vérification, d'identification, de collecte de données et d'analyse pour les entreprises et les particuliers. Avec pour objectif de lutter contre la contrefaçon et de protéger les marques. L'application développée par Veritise s’appuie sur la blockchain. "C’est l’outil parfait, vante Cormac Lucking, permettant de bénéficier d’une base de données publique assurant de faire des contrôles sur des informations qui sont immuables."

Les entreprises s’enregistrent auprès de Veritise puis lui communiquent les informations sur leurs produits (dans l'agroalimentaire, le vin, l'habillement etc). Lesquelles informations peuvent être scannées avec un smartphone par le client via des autocollants ou des étiquettes apposés sur les produits ou leur emballage. Dès que le scan est effectué, par l’intermédiaire de Veritise et donc la blockchain, le lien est fait entre le fabricant et ce produit.

La start-up déploiera également son innovation auprès d’agences d’intérim et entreprises employeuses. Car cette technologie est aussi un moyen de vérifier les parcours de candidats à l’emploi grâce au CV numérique.

Les perspectives

Le développement de l’application a débuté en janvier 2021. Une première version de démonstration est active. La version commerciale devrait être déployée en décembre 2021 ou janvier 2022. À court terme, Veritise "recherche le volume car les fonctionnalités de base seront gratuites, confie Cormac Lucking. Ce seront les options qui seront payantes, comme la collecte des données."

L’entrepreneur ne s’avance pas à pronostiquer un nombre d’utilisateurs ni ne dévoile de chiffre d’affaires envisagé pour ces prochaines années. Il précise cependant souhaiter que l’application soit utilisée dans le monde entier en ouvrant d’autres bureaux, à l’instar de celui qui sera créé en Arizona, aux États-Unis, lorsque l’application sera commercialisée. Cormac Lucking assure que la start-up a levé à ce jour 3,5 millions d’euros de fonds privés, notamment auprès du vice-président du Groupe Atlantic Yves Lepelletier, du directeur général d'Atom Food Tugdual Rabreau, ou de Sébastien Dubreuil (groupe Dubreuil).

Cormac Lucking, fondateur et à la tête de la start-up Veritise.
Cormac Lucking, fondateur et à la tête de la start-up Veritise. — Photo : Veritise

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail