Nantes

Services

La start-up nantaise Urban Services développe une application pour trouver les toilettes les plus proches

Par Cyril Raineau, le 25 octobre 2021

Le nom de la solution conçue par la start-up nantaise Urban Services est évocateur : Ici Toilettes. À la fois une application pour guider les usagers vers les toilettes les plus proches et outil de gestion de leurs lieux d’aisances publics pour les municipalités, elle est en phase de test à Nantes. En ligne de mire, Paris et ses JO 2024.

Les cofondateurs d’Urban Services (de g.à d.) : Thomas Herquin, Chloé Bergerat et Damien Naour.
Les cofondateurs d’Urban Services (de g.à d.) : Thomas Herquin, Chloé Bergerat et Damien Naour. — Photo : Urban Services

Qui n’a jamais exprimé un besoin pressant et peiné pour trouver dans la foulée des toilettes dans un périmètre proche ? C’est pour répondre à ce type de situation inconfortable et pourtant si communément partagée qu’Urban Services développe, exploite et commercialise la solution Ici Toilettes. Fondée à Nantes en mai 2019 par Thomas Herquin, Damien Naour et Chloé Bergerat, la start-up du monde de l’ESS (économie sociale et solidaire) l’expérimente depuis le 10 juin 2021 dans la ville préfecture de Loire-Atlantique. Avec deux volets distincts.

"La solution à l’envie pressante"

Le premier est d’aspect pratique à destination de ses utilisateurs. Avec cette promesse : "La solution à l’envie pressante". "L’application mobile permet à l’usager de localiser les toilettes de nos partenaires, pour l’instant une quinzaine de bars, cafés et brasseries de la ville", explique Thomas Herquin. Les toilettes publiques ouvertes sont aussi référencées en temps réel. L'utilisation de l'application gratuite, et "il n’y a ni compte utilisateur, ni donnée personnelle enregistrée", précise-t-il. Ici Toilettes revendique 4 000 utilisateurs actifs à ce jour, "c’est-à-dire qui se connectent et reconnectent", pour un peu plus de "6 000 connexions en 4 mois." La courbe s’est envolée dans le courant de l’été, les agents de l’office de tourisme ayant été formés à sensibiliser les touristes à l’outil. Côté patron de bar ou café, l’intérêt est double. D’une part, ils sont rémunérés par la start-up entre 150 et 200 euros par mois, d’autre part tout utilisateur de leurs WC est un potentiel client.

Le deuxième volet de la solution est à destination du client de la start-up, celui qui paie pour l’usage d’Ici Toilettes, à savoir la Ville de Nantes. "Nous avons équipé de QR Code les 40 toilettes publiques et les 8 uritrottoirs (ndlr, urinoirs publics) de Nantes, expose Thomas Herquin. Les utilisateurs remontent ainsi les problèmes constatés, que ce soit d’hygiène, de toilettes fermées ou bouchées…". Ces informations en temps réel couplées aux données en direct sur la fréquentation transforment la solution de la start-up en un outil de gestion des toilettes publiques par la collectivité.

Le Havre, Toulon et Paris

L’expérimentation est programmée pour prendre fin le 11 novembre. "Mais nous sommes en discussion avancée avec la Ville pour proroger le service", précise le cofondateur d’Urban Services. Si la vitrine expérimentale nantaise se conclut positivement, d’autres marchés pourraient s’ouvrir. Les municipalités du Havre et de Toulon se montrent intéressées pour utiliser la solution en 2022. La rentabilité de la start-up est envisagée d’ici deux ans et demi (le chiffre d’affaires sera de 50 000 euros cette année pour 250 000 € envisagés en 2022). Surtout, trotte dans l’esprit des trois cofondateurs la volonté de convaincre Paris qui accueillera les Jeux Olympiques en 2024. "Nous n’avons pour l’instant que de petites touches", glisse Thomas Herquin.

Le modèle pour la start-up a été inspiré d’Outre-Rhin. Une entreprise allemande, avec laquelle la jeune entreprise nantaise est en relation pour échanger les idées et bonnes pratiques, déploie depuis plus de 10 ans dans son pays, ainsi qu’en Suisse et en Autriche sa solution Nette Toilette ("gentilles toilettes" en français). Dans ces trois pays, la conquête des toilettes fait flores puisque plus de 200 villes et 2 200 commerçants en sont partenaires.

Les cofondateurs d’Urban Services (de g.à d.) : Thomas Herquin, Chloé Bergerat et Damien Naour.
Les cofondateurs d’Urban Services (de g.à d.) : Thomas Herquin, Chloé Bergerat et Damien Naour. — Photo : Urban Services

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail