Nantes

Commerce

La marque nantaise Mamik met les savons en boîte

Par  David Pouilloux, le 15 avril 2022

Créée par Marie Lassara, la marque Mamik propose des boîtes à savon aux couleurs tendance pour les amateurs d’accessoires de beauté durables et écoresponsables. Soutenue par la Région Pays de la Loire, fabriquant en France, la dirigeante souhaite innover et lancer de nouveaux contenants pour les produits ménagers et les produits alimentaires.

Marie Lassara, fondatrice de Mamik, à Nantes.
Marie Lassara, fondatrice de Mamik, à Nantes. — Photo : David Pouilloux

La créatrice

Diplômée d’une école de commerce, Marie Lassara a effectué l’essentiel de sa carrière chez un géant : Total énergies. Durant 15 ans, elle a occupé des postes à haute responsabilité. "J’ai commencé par la finance, le marketing, le développement commercial, puis la stratégie ressources humaines." Avant de créer Mamik, sa nouvelle société, Marie Lassara s’était lancée dans l’entrepreneuriat à l’étranger. "J’ai pu créer une première entreprise aux États-Unis, Crêpe de Marie, en Georgie." Un nouveau départ à l’étranger la conduit ensuite en Italie, à Milan, capitale économique du pays. "J’ai travaillé 4 ans là-bas chez un grand industriel italien des cosmétiques, Intercos Group, où je faisais du développement de produits pour des marques françaises." Après un retour chez Total énergies, à Paris, puis à Nantes, elle a quitté l’univers du pétrolier en janvier 2021 pour fonder Mamik.

Le concept

Boîte à savon Mamik, fondé par Marie Lassara.
Boîte à savon Mamik, fondé par Marie Lassara. - Photo : David Pouilloux

"La boîte à savon est le produit de lancement, l’objectif d’après est de proposer de manière plus large des contenants durables, écoresponsables et élégants", précise Marie Lassara qui vient de passer le cap de la quarantaine. "Pour limiter l’usage des contenants en plastique à usage unique, on a tendance à utiliser des solutions alternatives, des boîtes en verre, des boîtes en plastique style tupperware, voire du carton ou du papier d’aluminium." Les boîtes de Mamik apportent une esthétique qui peut faire la différence. "S’offrir de jolis contenants quand on est passé à l’étape cosmétiques solides ou à des produits en vrac a son sens aujourd’hui, note la dirigeante. Par exemple, la boîte à savon avait un côté vieillot qu’il fallait rafraîchir avec de jolies couleurs, la revisiter, casser les codes, et en faire un bel accessoire de beauté." Par ailleurs, le frein à l’usage des produits cosmétiques solides, c’est le côté gluant du savon qui reste humide. Là, il disparaît. "J’ai également misé sur le made in France et les matières à portée de main, explique Marie Lassara. La base est en liège français et le couvercle est à 100 % en plastique recyclé. L’injecteur de plastique et le fournisseur de moule métallique est vendéen.

Les perspectives

Pour financer ces innovations futures, Marie Lassara va lancer une campagne de financement sur la plateforme Ulule le 10 mai. Mais avant cela, le site de vente en ligne sera opérationnel à la mi-avril, avec la possibilité d’acheter une boîte personnalisée. Elle a eu le soutien financier de la Région Pays de la Loire. Déjà trois marques ont souhaité collaborer avec Mamik pour avoir des boîtes à savon à leur effigie : le savonnier Joya (Calvados), le fabricant de produits de soin Kerzon (Paris), Bachca qui propose des accessoires de beauté, le parfumeur Alexis Biette 1882 (Loire-Atlantique). Ses boîtes sont également distribuées dans la région nantaise auprès des enseignes de vente en vrac O’Bocal, Les Jolis bocaux et Mademoiselle vrac. Avec 15 000 euros de chiffre d’affaires en trois mois, Marie Lassara vise les 75 000 euros pour la fin de l’année 2022. "En septembre, je sortirais une boîte de forme ovale, pour les shampoings solides, dit-elle. La suite, c’est d’innover en proposant des contenants pour les produits ménagers et les produits alimentaires." Pour l’heure, elle bénéficie des locaux de Réseau entreprendre, avec l’espoir d’être lauréate d’ici à quelques mois.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition