Vendée

Conjoncture

La hausse du coût de l’énergie inquiète fortement les dirigeants vendéens

Par Cyril Raineau, le 22 juillet 2022

La dernière enquête de la CCI Vendée pointe pour la première fois la préoccupation des chefs d’entreprise du département à propos de la hausse des coûts de l’énergie. Menée entre fin juin et début juillet, elle révèle également la "résilience" de l’économie du département.

Arnaud Ringeard, président de la CCI Vendée : "L’impact de la hausse des prix de l’énergie sur les entreprises est dantesque"
Arnaud Ringeard, président de la CCI Vendée : "L’impact de la hausse des prix de l’énergie sur les entreprises est dantesque" — Photo : Cyril Raineau

De l’aveu de Yohann Verdon, responsable des études à la CCI de Vendée, il s’agit d’une première. L’enquête sur l’activité des entreprises, menée entre le 22 juin et le 5 juillet 2022 par la chambre consulaire, pointe la hausse des coûts de l’énergie comme la deuxième principale difficulté signalée par les dirigeants. 41 % des 1 105 patrons ayant répondu estiment qu’il s’agit d’une source d’inquiétude.

"Personne ne peut y échapper, remarque fort justement le président de la CCI de Vendée Arnaud Ringeard. Nous sommes un département industriel et l’impact est dantesque. Il s’agit là d’un problème insidieux, puisque le coût monte progressivement." Et de constater que le "doublement du prix est fréquent". Avec pour corollaire un impact immédiat sur les marges : plus d’un tiers des dirigeants ayant répondu à l’étude estime être confronté à leur recul. Quand s’y ajoutent l’enrichissement des matières premières (difficulté soulevée par 62 % des répondants), les difficultés d’approvisionnement (30 %), celles à recruter (29 %) et la baisse du carnet de commandes (24 %), la situation pourrait sembler bien noire dans un contexte de nouvelle vague de Covid, d’inflation galopante et de conflit en Ukraine.

À cette aune, le chiffre de 19 % des répondants qui déclarent un risque de cessation d’activité (+2 points par rapport à l’enquête de janvier), n’est guère surprenant. Le commerce, les cafés-hôtels-restaurants et le BTP ressortent comme les secteurs les plus pessimistes sur leur avenir. Reste qu’il s’agit là plus d’un sentiment que d’une réalité, "un indice de la peur", comme le résume Arnaud Ringeard.

Le commerce souffre

Car d’autres chiffres, et c’est là tout l’intérêt de l’enquête, démontrent "une résilience" de l’économie vendéenne, pour reprendre le terme de Yohann Verdon. Avec 40 % des entreprises enregistrant une hausse d’activité sur le premier semestre comparé à la même période en 2021, le climat des affaires observe une "relative stabilité." En outre, 40 % des entreprises vendéennes constatent une progression de leur chiffre d’affaires (33 % une stabilité, 27 % une baisse). 

Les cafés-hôtels-restaurants ont bénéficié de cette envolée en 2022 comparativement aux six premiers mois de 2021. A contrario, ce premier semestre 2022, le commerce a souffert en termes d’activité. Toutes ces données se traduisent sur l’emploi avec, tous secteurs confondus, un accroissement des effectifs salariés pour 23 % des répondants, une stabilité pour 62 %, un dévissage pour 15 %.

Des investissements maintenus

Plusieurs autres éléments qui ressortent de l’étude font dire au président de la CCI Vendée que "l’activité dans le département est chahutée, mais elle est bien là". D’abord, le fait que 82 % des entreprises dans l’industrie et 91 % dans le BTP utilisent pleinement leur capacité de production, des chiffres "records", selon Yohann Verdon. Ensuite, sur les trois derniers mois de l’année, 69 % des dirigeants ont maintenu les investissements prévus (en moyen de production, R & D, transition énergétique, …). Enfin, 75 % des entreprises disposent d’un carnet de commandes actuel équivalent ou supérieur à celui d’il y a un an.

Toutes ces données se résument en un chiffre, l’indice de confiance des dirigeants dans leur entreprise : situé à 6,4 pour juin 2022, il est certes en recul par rapport à janvier 2022 (6,8) mais en progression si l’on se réfère à celui de janvier 2021 (6,1).

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition