Vendée

Industrie

La direction de Daan Technologies se déchire 

Par Cyril Raineau, le 20 juin 2022

Alors que la PME vendéenne Daan Technologies, fabricante d'un mini lave-vaisselle, envisage d’investir 10 millions d’euros pour développer un petit four multifonction, le président de l’entreprise pourrait être débarqué par son conseil d’administration le 24 juin. Damian Py dénonce un "putsch" sur fond de stratégie divergente. Faux, rétorque le deuxième cofondateur de la PME, Antoine Fichet, qui parle de "problème de gouvernance".

Antoine Fichet et Damian Py, aux débuts de l’aventure de Bob le mini lave-vaisselle.
Antoine Fichet et Damian Py, aux débuts de l’aventure de Bob le mini lave-vaisselle. — Photo : Daan Tech

Les couteaux sont de sortie à Daan Technologies, PME d’une cinquantaine de salariés située à Cugand, en Vendée, qui fabrique un lave-vaisselle miniature pour les petits espaces. Le président et cofondateur Damian Py sent le vent du boulet et assure qu'il va être évincé, le 24 juin, lors de l’assemblée générale de la société. L'entrepreneur parle de "divergences stratégiques", notamment avec le cofondateur en 2016 et directeur général de la société, Antoine Fichet, qui, lui, fait part d’une situation sensiblement différente en invoquant des "problèmes de gouvernance". Et de souligner que la réunion du 24 juin portera certes sur "la possible révocation de Damian Py, mais aussi sur la stratégie de l’entreprise."

Une chose est sûre, on est loin de l’époque où les deux associés apparaissaient tout sourire aux côtés d’Emmanuel Macron à l’Élysée avec le produit phare de la PME, le mini lave-vaisselle Bob. C’était il y a un an seulement.

Damian Py à gauche et Antoine Fichet entourant Emmanuel Macron lors du salon "Fabriqué en France" en 2021.
Damian Py à gauche et Antoine Fichet entourant Emmanuel Macron lors du salon "Fabriqué en France" en 2021. - Photo : Daan Technologies

Il y a quelques mois, Daan Technologies a annoncé le développement d'un nouveau produit, un mini-four multifonction. L'ambition affichée par Damian Py était alors de vendre 200 000 unités par an à compter de 2023, et de faire construire une nouvelle usine près de Montaigu pour le produire. Le lancement du four doit s'accompagner de la création d'une centaine d'emplois en trois ans et faire évoluer le chiffre d'affaires de 10 millions d'euros en 2021 à 50 millions dans les cinq ans.

Pour l'actuel président de la PME, c'est cette diversification qui serait la principale source du conflit avec les actionnaires, qui lui auraient signifié préférer se concentrer sur le lave-vaisselle Bob. Un autre projet lui serait également reproché : lancer une cryptomonnaie permettant d'investir de façon décentralisée pour proposer aux PME des moyens de financement innovants et alternatifs à l'introduction en Bourse.

"Problèmes de gouvernance"

"Tout ceci est de la désinformation, s'insurge de son côté Antoine Fichet. Le mini-four multifonction, le déménagement à Montaigu, tout est toujours d'actualité. La stratégie industrielle, partagée depuis le début, n'est pas remise en cause." Le cofondateur de Daan Technologies a une autre version de l'origine du conflit : "Depuis un an, nous devons faire face à des problèmes de gouvernance. Des décisions sont prises en comité stratégique qui ne sont pas suivies d'effets, par exemple le recrutement d'un directeur commercial ou d'un directeur administratif et financier pour structurer l'entreprise. Nous sommes bloqués par une personne (Damian Py, NDLR) qui veut gouverner seule alors qu'elle est minoritaire." Antoine Fichet poursuit : "Une levée de fonds avec des investisseurs potentiels a été évoquée lors d'une réunion le 9 juin. Damian Py l'a refusée unilatéralement alors que la majorité des actionnaires l'avait votée (...)"

Damian Py, propriétaire de 40 % des parts, est en minorité puisque "seulement 8 % de petits actionnaires me soutiennent", assure-t-il. Ne souhaitant pas tirer sa révérence alors que se profile sa destitution, il communique tous azimuts sur les réseaux sociaux pour défendre cher sa peau. Avec la volonté que ses actionnaires fassent machine arrière le 24 juin.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition