Nantes

Agroalimentaire

La Biscuiterie Handi-Gaspi parie sur l'inclusion et l'anti-gaspillage

Par Cyril Raineau, le 21 juillet 2021

Se définissant comme une jeune pousse de l’économie sociale et solidaire, la Biscuiterie Handi-Gaspi, tout juste née à Nantes, commercialisera ses premiers sablés bio en octobre. Avec en toile de fond deux enjeux : lutter contre le gaspillage alimentaire et favoriser l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap.

Louise Douillet, Alix Guyot et Katia Tardy, fondatrices de La Biscuiterie Handi-Gapsi
Louise Douillet, Alix Guyot et Katia Tardy, fondatrices de La Biscuiterie Handi-Gapsi — Photo : Isabelle Souriment

Les créatrices

Trois femmes sont à l’initiative de la Biscuiterie Handi-Gaspi : Katia Tardy, Louise Doulliet et Alix Guyot. À l’origine ingénieures dans l’agroalimentaire en poste dans différents groupes de ce secteur, elles ont fait connaissance au sein de l’association nantaise Handicap travail solidarité, qui œuvre à l’insertion professionnelle et sociale des personnes affectées par un handicap.

"Nous avons alors vu la réalité du manque d’emploi pour ces personnes ou bien que leur emploi était souvent répétitif et peu épanouissant", se souvient Katia Tardy. Parallèlement, toutes trois souhaitaient "donner du sens à ce qu'(elles) fais (aient)", tournant le dos aux schémas des grands groupes de l’agroalimentaire qu’elles avaient connus. "Nous voulions porter haut les couleurs du bien manger, être fières de ce que l’on met dans l’assiette du consommateur." Le 31 décembre 2020, leur mission au sein de l’association s’achève. Le lendemain, elles décident de se lancer dans une nouvelle aventure : en mai 2021, la Biscuiterie Handi-Gaspi naissait.

Le concept

La jeune entreprise de l’économie sociale et solidaire va produire, à partir de septembre, des biscuits bio. La farine, ou plus précisément une matière qui se rapproche de la chapelure, sera produite à partir d’un pain bio invendu. La collecte s’effectuera auprès de la boulangerie bio La Panetière des Hameaux qui dispose de deux fournils, l’un à Nantes, l’autre à Pornic. Vingt tonnes de pains invendus seront transformées chaque année, puis trente tonnes quand le projet sera plus avancé, permettant de produire 10 millions de biscuits par an. "L’idée est d’intégrer à nos recettes un maximum d’ingrédients invendus valorisables", observe Katia Tardy. Six gammes de sablés sont en cours de test.

La fabrication et le conditionnement des biscuits seront effectués par une vingtaine de travailleurs provenant d’un établissement et service d’aide par le travail (Esat). À ce jour, la Biscuiterie Handi-Gaspi est à la recherche d’un établissement de Loire-Atlantique adapté à cette activité. Une ligne de production, nécessitant environ 100 000 euros d’investissement, y sera installée. "Nous espérons que nous aurons trouvé l’Esat adéquat mi-2022", précise Katia Tardy. En attendant, les travailleurs se déplaceront au local, temporaire, de la biscuiterie.

Les perspectives

La commercialisation de sablés sucrés est envisagée pour octobre dans les Pays de la Loire via les réseaux de magasins bio, notamment ceux de l’enseigne Biocoop. Le déploiement national est programmé pour le printemps 2022, en même temps que le lancement de recettes salées.

Les trois entrepreneures ne souhaitent pas que leur premier site de Loire-Atlantique grossisse outre mesure. "Notre idée est de déployer le schéma nantais dans d’autres métropoles de France", explique Katia Tardy. La Biscuiterie Handi-Gaspi s’adosserait à des Esat, travaillerait avec différents partenaires pour récolter des produits alimentaires invendus (en premier lieu le pain) et s’appuierait sur des enseignes telles que Biocoop pour la distribution. "Notre souhait est de créer des petites unités sur le territoire français avec un fonctionnement en circuit court, c’est-à-dire un approvisionnement local en invendus et matières premières et une commercialisation locale", résume Katia Tardy.

Louise Douillet, Alix Guyot et Katia Tardy, fondatrices de La Biscuiterie Handi-Gapsi
Louise Douillet, Alix Guyot et Katia Tardy, fondatrices de La Biscuiterie Handi-Gapsi — Photo : Isabelle Souriment

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail