Vendée

Commerce

Happy Cash accélère sur le marché de la seconde main avec le lancement de l'enseigne Happy Troc

Par Caroline Scribe, le 12 novembre 2020

Après le rachat en 2019 du groupe de dépôt-vente Troc, Happy Cash, spécialisé dans l'achat-vente d'objets, lance Happy Troc, une enseigne à la croisée des deux univers. Le groupe vendéen espère ainsi accélérer son développement et renforcer sa position d'acteur majeur de la seconde vie des objets à l'échelle européenne.

Le premier magasin sous l'enseigne Happy Troc a ouvert ses portes en octobre à Blotzheim dans le Haut-Rhin.
Le premier magasin sous l'enseigne Happy Troc a ouvert ses portes en octobre à Blotzheim dans le Haut-Rhin. — Photo : Happy Cash

Après avoir étendu son activité au dépôt-vente avec le rachat du groupe Troc en 2019, le groupe vendéen Happy Cash (plus de 1 000 collaborateurs, 135 M€ de CA en 2019), spécialisé dans l’achat-vente, franchit une nouvelle étape de son développement. Il lance Happy Troc, une enseigne à la croisée de ces deux univers. « Notre métier, c’est de prolonger la vie des objets sous plusieurs formes dans une logique d’économie circulaire. Notre nouveau concept a pour objectif d’associer nos savoir-faire en matière d’achat-vente et de dépôt-vente pour proposer une offre élargie de produits d’occasion autour de la vie de la maison », explique Pascal Lebert, président du groupe Happy Cash. Les magasins Troc.com - La Trocante, qui jusqu’à présent vendaient essentiellement des meubles et de l’équipement de la maison, pourront désormais proposer à leurs clients des produits high-tech distribués par Happy Cash. « Cela leur permettra de diversifier leur offre et de moderniser leur image », précise le dirigeant. Après l’ouverture d’un premier magasin Happy Troc en Alsace, la nouvelle enseigne se développera par création et par migration de tous les points de vente Troc.com et La Trocante vers la nouvelle enseigne d’ici 2022. Le groupe mise sur 40 magasins Happy Troc supplémentaires dans les cinq années à venir, contribuant ainsi à créer environ 300 emplois. Les investissements sont portés par les franchisés, aidés par Happy Cash pour les fonctions supports.

Élargissement de l’offre de services

Parallèlement, le groupe de Sainte-Hermine poursuit le développement de son offre de services autour des produits d’occasion : location d’objets, réparation, livraison et installation de produits, vide-maison… « Nous évoluons vers une économie de l’usage plus que de la propriété. Acheter une obsolescence rapide a de moins en moins de sens au regard de la volonté des gens de consommer plus responsable, de ne pas gaspiller ou encore de faire des économies. Tout cela flèche notre développement vers la prolongation de la vie des objets et de leur circulation », analyse Pascal Lebert. Le groupe propose, par exemple, un système de location via un abonnement à une famille de produits pour faire évoluer régulièrement la décoration de son intérieur. La part de la location devrait ainsi être portée de 1 % actuellement à 10 % de l’activité des magasins dans les années à venir.

Pascal Lebert, président du groupe vendéen Happy Cash.
Pascal Lebert, président du groupe vendéen Happy Cash. - Photo : Happy Cash

Développement en Europe

En capitalisant sur ses différentes enseignes, le groupe entend poursuivre le maillage du territoire français où il a ouvert 11 magasins en 2020, mais aussi le marché européen. « Nous possédons 190 magasins dont une quarantaine en Europe. Intensifier notre présence dans les pays voisins est une priorité. Nous ciblons particulièrement l’Allemagne qui a le potentiel pour une cinquantaine de magasins. Les Néerlandais sont également très friands de seconde main et nous envisageons d’implanter une dizaine de points de vente en Espagne », détaille le dirigeant. Toutes les configurations sont possibles en fonction du profil des franchisés et de la taille des magasins. L’enseigne Happy Cash Services est dédiée aux surfaces de moins de 100 m², Happy Cash aux magasins de taille intermédiaire (100 à 600 m²) et Happy Troc aux points de vente dépassant 1 000 m². Grâce à cette force de frappe, le groupe vendéen se positionne comme le leader européen du marché, en plein essor, de la seconde main, devant ses concurrents Easy Cash, Cash Express et Cash Converter.

Vente en ligne et formation

Le groupe, qui a réalisé une croissance de plus de 5 % ces dernières années, tablait sur un chiffre d’affaires de 150 millions d’euros en 2020 et une progression de 15 % en 2021 avec le lancement d’Happy Troc. Ces ambitions devront être révisées à la baisse si la crise sanitaire se prolonge encore. « Au printemps, nos magasins ont été fermés pendant deux mois. Nous avons ensuite connu une très belle reprise, de l’ordre de 15 à 20 % par mois, jusqu’au 29 octobre. Nous allons terminer l’année sur une baisse de 15 à 20 % de notre activité, même si la rentabilité recule dans une moindre proportion », rapporte Pascal Lebert. Pour contrer les effets négatifs des confinements, le groupe compte monter en puissance sur le web. « Nous avons fortement investi dans les systèmes informatiques pour pallier la fermeture des magasins. La vente en ligne, qui représente 1 à 2 % de nos ventes, devrait atteindre 10 à 15 % à terme. Nous avons également formé encore davantage les équipes. C’est la clé de l’amélioration de la performance commerciale des magasins. Notre Université Happy Cash délivre 400 à 500 jours de formation par an. Nous voulons faire deux fois plus », conclut le président.

Le premier magasin sous l'enseigne Happy Troc a ouvert ses portes en octobre à Blotzheim dans le Haut-Rhin.
Le premier magasin sous l'enseigne Happy Troc a ouvert ses portes en octobre à Blotzheim dans le Haut-Rhin. — Photo : Happy Cash

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail