Nantes

Numérique

Guest Suite lève deux millions d'euros pour attaquer de nouveaux marchés

Par Caroline Scribe, le 10 juillet 2018

Guest Suite (ex Guest App), créée en 2013 par François Michel Estival et Thomas Mathieu, a levé deux millions d'euros. Cette opération doit permettre à la start-up nantaise, spécialisée dans la gestion de la réputation en ligne des hébergements touristiques, de dupliquer son modèle vers d'autres secteurs d'activité et à l'international.

François-Michel Estival (à gauche) et Thomas Mathieu, fondateurs de Guest Suite, veulent déployer leur solution de gestion de l'e-réputation, sur de nouveaux marchés. — Photo : Guest Suite

Fondée à Nantes en 2013 par François Michel Estival et Thomas Mathieu, la start-up nantaise Guest Suite (ex Guest App) a levé 2 millions d'euros auprès des fonds West Web Valley et Swen Capital Partners. Début 2015, Guest Suite avait déjà bouclé une augmentation de capital auprès du réseau de business angels régional Abab. « La valorisation de notre société commence à être conséquente. Nous sommes donc obligés de solliciter des investisseurs ayant une plus grande capacité financière », commente François Michel Estival. La levée de fonds doit permettre à Guest Suite de déployer sa solution de gestion de l'e-réputation sur de nouveaux marchés.

Une société rentable

À l'heure où les avis des consommateurs ont de plus en plus d'influence sur l'activité des entreprises, Guest Suite a mis au point une solution informatique permettant aux hébergements touristiques de collecter et diffuser les avis de leurs clients sur des sites spécialisés dans leur domaine, comme Trivago ou Tripadvisor. Vendue sous forme d'abonnements, cette offre comprend également des outils servant à analyser, gérer et améliorer leur e-réputation. « Notre promesse est de générer de meilleurs avis pour générer plus de business », explique le dirigeant.

S'adressant à l'origine aux établissements de camping, Guest Suite a fait l'acquisition en 2016 de la société mauricienne Vinivi, ayant un positionnement fort sur les hôtels, complémentaire du sien. Aujourd'hui, Guest Suite revendique 6 millions d'avis de clients traités et 2 000 clients. « Nous employons 30 salariés, avons réalisé un CA de 1,5 M€ en 2017. Cette même année, nous avons atteint notre seuil de rentabilité », indique François Michel Estival. Il était donc l'heure pour Guest Suite de passer à la vitesse supérieure.

Dupliquer le modèle

Jusqu'à présent, en direct ou via des distributeurs, Guest Suite ne commercialisait sa solution que sur le marché français. Cette situation va évoluer à l'automne prochain. « En octobre, nous allons ouvrir les marchés italiens et espagnols sur notre solution appliquée au tourisme », annonce le dirigeant de Guest Suite. Parallèlement à ce développement à l'étranger, l'entreprise va utiliser les ressources issues de la levée de fonds pour dupliquer son modèle. « Nous pensons que notre offre visant à améliorer l'e-réputation des entreprises pouvait fonctionner sur d'autres secteurs que le tourisme. Nous ciblons 4 domaines prioritaires : l'immobilier, l'automobile, la santé-beauté et les professions réglementées que notre certification Afnor nous autorise à adresser », précise François Michel Estival.

Ces développements attendus vont nécessiter un renforcement des équipes. 25 postes sont ouverts jusqu'à fin 2018 pour porter les effectifs de la start-up à plus d'une cinquantaine de salariés. « Et beaucoup plus sur 2019 si le succès est au rendez-vous », conclut le dirigeant qui s'est donné pour objectif de multiplier par six sa clientèle d'ici à trois ans et de devenir le leader européen des outils de gestion d'avis clients.

François-Michel Estival (à gauche) et Thomas Mathieu, fondateurs de Guest Suite, veulent déployer leur solution de gestion de l'e-réputation, sur de nouveaux marchés. — Photo : Guest Suite

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture