Vendée

Industrie

Groupe Briand : L'industriel mise sur sa marque employeur pour continuer à recruter

Par Adrien Borga, le 07 juillet 2017

L'entreprise qui fabrique et installe des charpentes métalliques, bois et béton aux Herbiers, profite de la reprise du BTP pour poursuivre sa croissance. Elle s'est récemment agrandie de 10.000 m² et mise sur son image pour continuer d'attirer les jeunes recrues.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Le groupe Briand, 1.000 salariés pour plus de 200 millions d'euros de chiffre d'affaires, poursuit sereinement son développement. « Nous sommes dans la continuité de notre programme de croissance, précise Gil Briand, P-DG du groupe qui représente la troisième génération de patron de ce groupe familial. Nous achevons un plan d'investissement de 20 millions d'euros sur trois ans. » Le groupe Briand conçoit et fabrique des charpentes métalliques, bois et béton pour des bâtiments industriels ou tertiaires, des ouvrages d'art, des gares ou des salles de type " Arena ".

« Se différencier de la concurrence »

L'entreprise a récemment augmenté de 10.000 m² l'une de ses usines Europ'a aux Herbiers dans la zone de la Souchais. « Nous avons doublé la surface de l'unité de production existante, confirme le dirigeant. Nous augmentons nos capacités de production mais nous réalisons aussi des investissements de productivité. Nous parvenons à garder de la compétitivité grâce à ces investissements. Le groupe est assez solide pour développer ses propres outils. Cela nous permet de nous différencier de nos concurrents. » S'il reste très discret sur l'organisation de la production, le dirigeant concède tout de même « être à la pointe de la technologie sur certains sites. L'industrie 4.0 est une réalité chez nous. » En outre, le groupe Briand est membre actif du pôle régional d'innovation Proxinnov de La Roche-sur-Yon.

Recherche et développement

L'entreprise investit 1,5 % de son chiffre d'affaires en recherche et développement. « La technicité est dans notre ADN. Je suis ce secteur directement. Plus de 200 personnes travaillent au sein du bureau d'études. C'est un véritable capital immatériel », annonce Gil Briand. Une manière d'insister sur l'importance stratégique de ce poste dans la constitution de la valeur ajoutée de l'entreprise. Celle-ci a par exemple développé et breveté, après deux ans de travail, un modèle de parking 50 places démontable qui se construit en trois jours.

Recrutement 2.0

Pour conserver son avance, l'entreprise mise sur un recrutement haut de gamme : « Nous embauchons 25 ingénieurs par an sur nos différents sites. » Le dirigeant balaie rapidement les difficultés : « Nous avons refondu notre politique de recrutement en donnant une plus grande importance aux réseaux sociaux (Facebook et LinkedIn notamment). Nous n'avons aucun problème de recrutement. Notre marque employeur est forte, nous travaillons beaucoup avec les écoles d'ingénieur pour donner de la visibilité à l'entreprise. Nous essayons également de trouver les conditions adéquates pour attirer et conserver les jeunes au sein de notre entreprise. Grâce à ce travail d'image entamé il y a déjà des années, nous appréhendons mieux les nouvelles attentes des jeunes sans renoncer à nos exigences. »

Implantation d'une agence à Avignon

Le groupe va par ailleurs implanter des bureaux à Avignon (Vaucluse) début juillet 2017. « Entre 10 et 15 personnes » travailleront dans cette entité qui fournira des prestations de bureau d'étude, suivi de chantier et prospection commerciale. « Cette implantation est faite sur le modèle de celle que nous avions eue en région lyonnaise en 2012, explique Gil Briand. La région Paca est la quatrième pour nous en terme d'activité. »

Reprise dans le BTP

« On constate une reprise et une accélération des commandes depuis six mois, analyse le patron. Les clients sont pressés et ce n'était plus vraiment le cas. Mais on sent que c'est précaire. La croissance mondiale est à 3,6 %. C'est énorme. Les besoins en infrastructures sont là et on bénéficie, à l'échelle du groupe, de cette situation. » Le groupe qui réalise 5 % de son activité à l'export entend augmenter ce chiffre dans les années à venir sur les marchés européens et africains « grâce à la confiance des donneurs d'ordres français qui se développent aussi dans ces zones.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition