Nantes

Commerce

Fairly joue la carte du design responsable

Par David Pouilloux, le 08 novembre 2021

Fairly est un studio nantais de design d’espace spécialisé dans la création de concepts responsables pour les professionnels de la vente au détail. Il a été choisi par l’enseigne de mode Faguo pour "designer" les 30 nouvelles boutiques du groupe et "rafraîchir" les anciennes.

Gwenaëlle Lebouc et Adeline Paty, cofondatrices du studio de design nantais Fairly, créatrices du concept de nouvelles boutiques pour Faguo, utilisent des matériaux récyclés pour leurs créations.
Gwenaëlle Lebouc et Adeline Paty, cofondatrices du studio de design nantais Fairly, créatrices du concept de nouvelles boutiques pour Faguo, utilisent des matériaux récyclés pour leurs créations. — Photo : David Pouilloux

D’ici à 2024, la marque de mode Faguo s’est fixée comme objectif de doubler son nombre de boutiques. Ce projet a été l’occasion de revoir le concept de ses boutiques. L’enseigne nantaise est toujours à la recherche de moyens de réduire son empreinte carbone, via notamment l’utilisation de matières recyclées aussi bien pour ses baskets, ses vêtements que pour ses sacs. L’idée de faire la même chose pour ses boutiques apparaissait comme une évidence.

"Cela faisait longtemps que l’on avait Faguo en ligne de mire, souligne Adeline Paty, cofondatrice du studio Fairly, choisi pour repenser le concept des boutiques et rafraichir les anciennes. Nous avons des valeurs communes autour du recyclage et une vision engagée, responsable, pour faire mieux sur le plan de l’environnement."

Dans l'univers de la mode, il faut susciter le désir

Le design responsable est encore une rareté. "L'éventail de matériaux du design responsable se limite souvent aux palettes en bois que l'on retrouve dans de nombreuses enseignes bios, estime Gwenaëlle Lebouc, qui forme un duo de dirigeantes avec Adeline Paty au sein de cette entreprise qui réalise 200 000 euros de chiffres d'affaire pour 2021. Nous sommes dans l’univers de la mode, il faut susciter le désir." Résultat : le studio nantais réalisera pour Faguo un nouveau concept store, le premier concept retail responsable : 60 % biosourcé, 40 % recyclé, 75 % recyclable, 100 % durable.

La recette n’était pas simple à trouver. "Il fallait inventer un style, explique Adeline Paty. Un style qui transpire l’esprit de Faguo, c’est-à-dire que les clients voient que l’on utilise des matières recyclées, et en même temps proposer une esthétique. Ne pas donner l’impression que la déco intérieure était faite de bric et de broc." "Dans notre métier, il y a une part de rêve", rappelle Gwenaëlle Lebouc. Autre élément à prendre en compte : l’arbre, l’emblème de la marque.

Des tapisseries à base de foin, de bleuets, de lin...

Pari réussi. Le plafond vert des boutiques est en peinture à base d'algues et évoque le feuillage des arbres d'une forêt. Cela fait écho à une composition végétale au dessus du comptoir de caisse, mêlant vrais végétaux stabilisés et végétaux artificiels en tissus recyclés et recyclables ! D’énormes tubes de cartons rappellent les troncs d'arbres, mais aussi les rouleaux sur lesquels est enroulée la matière première qui compose les vêtements Faguo. Les peintures et le vernis sont à base d’algues. Les paillassons proviennent d’anciens filets de pêche. Les tables sont conçues avec un panneau de plastique recyclé et des pieds en acier recyclé. Sur les murs ? Du textile recyclé. Dans les cabines d’essayage : des tapisseries à base de foin, de fleurs de bleuet, de lin et tout ça collé à la farine !

"Il y a énormément de nouvelles matières très intéressantes, poursuit Gwenaëlle Lebouc. Nos partenaires sont locaux, engagés et innovent, à la manière de SAS Minimum qui nous apporte les panneaux de plastique recyclé, ou de Bio Création Bois, notre agenceur éco-responsable, basé à Saint-Nicolas-de-Redon en Loire-Atlantique. Si on fait travailler des partenaires qui vont dans le même sens, ils pourront se développer, améliorer leur outil industriel et proposer des produits à des prix encore plus compétitifs. C’est un cercle vertueux."

Côté coût, la bonne nouvelle, c’est que Fairly propose des prix au mètre carré comparables à ceux des autres studios qui travaillent avec des matériaux non recyclés. "Aujourd’hui, installer du design responsable, c’est rare et ça se remarque, lance Adeline Paty. Dans les années à venir, l’idéal, ce serait que cela ne se voit plus, que ce soit devenu banal. Pour l’instant, nous sommes à la naissance de quelque chose."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition