Loire-Atlantique

Réseaux

Face à l’urgence climatique et sociale, les Dirigeants responsables de l’ouest lancent 11 chantiers

Par Amandine Dubiez, le 05 décembre 2019

Réduction de l’usage du plastique, production de sa propre électricité, aide aux personnes en situation d'exclusion… Le réseau des Dirigeants responsables de l’Ouest lance 11 chantiers sur le territoire pour répondre à « l’urgence environnementale et sociale ». Ils mobilisent pour cela 250 salariés, dirigeants, collectivités et associations. Objectif : aller plus vite ensemble pour réduire les émissions de CO2 de 50% d'ici 2030 et construire « un futur désirable ».

Plus de 250 dirigeants, salariés, collectivités et associations se sont réunis pendant ce jeudi 5 décembre au parc des expositions de Nantes pour travailler ensemble sur 11 chantiers locaux.
Plus de 250 dirigeants, salariés, collectivités et associations se sont réunis pendant ce jeudi 5 décembre au parc des expositions de Nantes pour travailler ensemble sur 11 chantiers locaux. — Photo : DRO

Patrons et salariés ont débattu ensemble toute l’après-midi. Dans une salle du Parc des expositions de Nantes ce jeudi 5 décembre se côtoient des dirigeants de groupes emblématiques locaux tels que Maurice Bourrigaud (Banque Populaire Grand Ouest), Philippe Oleron (Sigma), Bruno Hug de Larauze (groupe Idéa), Yves Gillet (Keran), François Guérin (Cétih), Jean-Pascal Chupin (La Florentaise), et des salariés de Lacroix, Semitan, Harmonie Mutuelle etc ; sans oublier des membres des collectivités locales (Nantes Métropole, Conseil régional, CCI, Ademe) et des associations. Ces 250 personnes échangent par groupe de 15 à 20 sur les actions à lancer immédiatement pour construire un « futur désirable ».

Passer de think tank à "do tank"

Leur but : élaborer des actions communes pour réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030. Mais pas que. En tout, le réseau des DRO a identifié 11 chantiers sur lesquels travailler. « Le réseau des DRO existe depuis 9 ans. On s’est dit qu’il fallait désormais mobiliser plus largement et agir collectivement », explique Philippe Oleron, vice président des DRO et PDG du groupe Sigma. « Cela correspond à un moment où l’on sent monter la tension sociale en même temps que l’urgence environnementale. Il faut agir ensemble pour décupler notre capacité d’impact », ajoute Lionel Fournier, président du réseau. Finie la période « think tank » du réseau qui réunit 110 entreprises locales. Les DRO se voient comme un « do tank », explique Lionel Fournier.

"On sent monter la tension sociale en même temps que l’urgence environnementale"

Premier chantier abordé : « l’école de la transition » ou comment accueillir dans les entreprises de personnes en situation d’exclusion. « l’État vient de présenter un projet pour une école inclusive, on se positionne pour que cela soit initié ici à Nantes », détaille Lionel Fournier. Parmi les autres chantiers lancés : produire sa propre électricité, renaturaliser la ville, mesurer son bilan carbone, créer des plateformes logistiques pour fluidifier la circulation en ville, réduire l’usage de plastique, créer des espaces de coworking à l’entrée des villes pour la mobilité des salariés etc.

Un point tous les mois jusqu'en juin

Les groupes de réflexion ainsi constitués vont se réunir tous les mois pour faire le point sur les actions menées, sous la responsabilité d’un pilote, désigné parce qu’il connaît le sujet. Rendez-vous en juin, à l’Université d’été du réseau, pour faire le point sur les actions déjà menées. Fondé en 2010 par des chefs d'entreprise nantais convaincus que la RSE améliore la performance économique de l'entreprise, le réseau des DRO est aussi présent à Rennes, Angers, et bientôt Brest et La Rochelle.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail