Vendée

Industrie

Face à l’envolée des prix de l’énergie, la PME vendéenne Snoci parie sur le solaire

Par Cyril Raineau, le 09 novembre 2022

En misant sur le solaire, la PME vendéenne Snoci parvient à se protéger en partie de la hausse des prix de l’énergie. Le fabricant de charpentes vise désormais l’autonomie complète pour la fourniture d’électricité.

Thierry Jarrion Snoci Vendée
Thierry Jarrion Snoci Vendée — Photo : Cyril Raineau

Alors que les prix de l’énergie flambent, Thierry Jarrion est serein. Le dirigeant de la PME vendéenne Snoci (8,5 M€ de CA en 2022) a fait depuis des années le pari du solaire. Un tiers environ de la consommation en électricité de ce fabricant de charpentes et de murs à ossature bois est produite par les panneaux qu’il a fait installer sur le toit de l’entreprise à Saint-Vincent-sur-Graon. Dans quelques années, le site de trois hectares sera en grande partie autonome : "Les panneaux que j’ai fait installer couvriront l’ensemble des besoins en énergie pour la production, dit-il alors qu’il n’a fait face à aucune contrainte particulière pour l’installation des cellules photovoltaïques. Aujourd’hui, je me réjouis d’avoir fait ce choix".

Trois investissements successifs dans le solaire

En 2012, Thierry Jarrion fait poser sur le toit d’un bâtiment de stockage de Snoci 500 m² de panneaux photovoltaïques, moyennant un investissement de 200 000 euros. "À l’époque, ils étaient destinés à la revente d’électricité. Un contrat a été signé pour 20 ans avec l’État et EDF. Depuis, ils ont été largement amortis."

Trois ans plus tard, alors qu’il fait construire une extension de ce site de stockage et installe de nouveaux panneaux solaires. Un budget de 80 000 euros est consacré à revêtir la toiture de cellules photovoltaïques sur une surface de 300 m². Là encore, l’électricité est revendue avec un contrat s’étirant sur 20 ans.

Snoci est spécialiste de la charpente bois et des murs à ossature bois. Depuis 2012, l’entreprise s’est tournée vers le photovoltaïque.
Snoci est spécialiste de la charpente bois et des murs à ossature bois. Depuis 2012, l’entreprise s’est tournée vers le photovoltaïque. - Photo : Cyril Raineau

Puis, Snoci érige un nouveau bâtiment dédié à la production. 80 000 euros sont investis pour y poser 800 m² de panneaux solaires. Cette fois, ils sont destinés à la consommation énergétique de la PME.

Lorsque les contrats avec EDF et l’État pour les deux premières installations arriveront terme, c’est-à-dire dans 10 ans pour le premier, 15 ans pour le deuxième "nous atteindrons l’autonomie presque totale. Nous nous fournirons juste de manière résiduelle auprès d’EDF par exemple en hiver lorsque la luminosité sera plus faible." Et de conclure : "Je ne savais pas que l’électricité allait augmenter à ce point, mais je me doutais qu’un jour ou l’autre, son tarif serait en hausse. Cela fait un moment qu’on entend dire que l’ancienneté des centrales nucléaires allait poser problème."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition