Vendée

Transport

DB Schenker France change de mains et continue de grossir

Par Jéromine Doux, le 10 décembre 2018

DB Schenker France, le spécialiste du transport qui emploie 6 200 salariés et réalise 1,5 milliard d’euros de chiffre d'affaires en France, poursuit ses ambitions avec son nouveau président, Frédéric Vallet. Il vise 2 milliards d’euros d’ici à cinq ans et mise sur une croissance interne.

Frédéric Vallet, président de DB Schenker France
Frédéric Vallet vient d'être nommé à la tête de DB Schenker France. — Photo : Jéromine Doux

Après quatre ans à piloter le pôle route français du groupe de transport et logistique DB Schenker, Frédéric Vallet vient d’être nommé président de la filiale française du groupe allemand, basée à Montaigu. Il remplace Cyrille Bonjean, à qui il avait déjà succédé au poste de directeur du pôle route. Un parcours (presque) tracé, qui n’étonne pas tout à fait le nouveau président. « J’ai toujours travaillé dans le transport routier. Mes parents étaient également dans ce domaine. Mon père était chauffeur, ma mère dans les bureaux. Je crois que je n’étais pas au courant qu’il existait d’autres métiers », plaisante-t-il.

Le numéro 2 mondial pour le transport routier

La route, c’est 68 % du CA de DB Schenker France, qui emploie aujourd’hui 6 200 salariés et réalise 1,5 Md€ de CA. Une activité historique pour le site vendéen, né sous l’enseigne Joyau. La société de transport routier a été rachetée en 2003, par DB Schenker. Et elle a depuis multiplié par trois l’activité « route ». Elle pèse aujourd’hui 950 M€ contre 300 M€ quinze ans auparavant. L’aérien représente, quant à lui, 18% des activités de la filiale française, le maritime 11 % et la logistique 3%. « DB Schenker est le numéro 2 dans le monde pour le transport routier », se réjouit Frédéric Vallet. Et l’entreprise française continue de grossir. Son CA a augmenté de 57 M€ depuis 2016, essentiellement en croissance interne. « Nous avons réussi à croître sur un marché qui stagne », assure le dirigeant.

200 M€ d’investissement dans l’immobilier

La recette de ce succès ? « Mettre sur le même plan nos salariés et nos clients. » Pour assurer de bonnes conditions de travail, l’entreprise mise sur l’immobilier avec cinq à six projets par an. « On ne fabrique rien, notre valeur ajoutée, c’est notre personnel », insiste le chef d’entreprise. Le groupe, qui compte une centaine d’unités sur le territoire, investit 200 M€ à l’horizon 2020 pour ouvrir de nouvelles agences ou agrandir des locaux existants. Le site de Boufféré, en Vendée, sera d’ailleurs concerné par un agrandissement de 2 050 m² en 2019 pour un investissement de 2,6 M€. Pour choyer ses salariés, DB Schenker France mise aussi sur la formation. « On multiplie par deux le budget légal pour former, notamment, les commerciaux tous les ans », précise Frédéric Vallet. D’ici à cinq ans, le chef d’entreprise vise « a minima » 1,9 à 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires. « L’objectif est de garder la même courbe de croissance et de miser sur l’international. » Aujourd’hui, 26% du CA est réalisé à l’export. La filiale française souhaite doubler cette part. En parallèle, le dirigeant veut développer l’activité logistique et se positionne sur la livraison urbaine. « Les modes de transport écologiques, comme les vélo triporteurs, ont le vent en poupe pour livrer des marchandises dans les centres-villes. » Une tendance que le transporteur veut saisir en proposant aux collectivités des solutions concrètes. Avec, évidemment, l’idée de prendre un peu d’avance.

Frédéric Vallet, président de DB Schenker France
Frédéric Vallet vient d'être nommé à la tête de DB Schenker France. — Photo : Jéromine Doux

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail