Vendée

BTP

Cougnaud annonce plus de 40 millions d'euros d’investissements

Par Florent Godard, le 01 juillet 2016

Agrandissement de 4500 m² de son siège de La Roche-sur-Yon agglomération, création de nouvelles agences de location de bâtiments modulaires dans le Nord et l’Est, nouveaux services de promotion et gestion immobilière… Constructeur de bâtiments temporaires ou pérennes (bureaux, habitations etc.), le groupe Cougnaud va investir plus de 40 millions d’euros sur cinq ans.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Après avoir surmonté la crise de 2009 puis connu un tassement d’activité (250 M€ de CA en 2015-16 contre 264 M€ de CA en 2011-12), le groupe Yves Cougnaud repart à l’attaque. « Notre plan de développement vise les 300 millions d’euros de chiffre d’affaires d’ici 2022», annonce Christophe Cougnaud, directeur général, en charge des ventes, au sein de cette entreprise 100% familiale. Autour de lui ses frères Patrice, Jean-Yves et Eric (président) complètent la direction.

Revendiquant une place de leader français de la construction de bâtiments modulaires (1.000 m² de bâtiments produits par jours, 220.000 m² par an), « devant Algeco », ils gèrent par ailleurs un parc locatif près de 55.000 modules.

Depuis leur fief situé dans l’agglomération de La Roche-sur-Yon, ces industriels qui emploient 1.300 salariés (dont 950 en Vendée) comptent bien mettre les moyens pour réaliser leur plan stratégique : « plus de 40 millions d’euros vont être investis d’ici cinq ans », indique Christophe Cougnaud.

Doubler la taille du siège

Premier chantier : refaire sa vitrine. Saturé depuis longtemps, son siège va quasiment doubler de taille courant 2017, grâce à une extension de 4 500 m² de bureaux. Visibles, les terrassements ont déjà débuté. Ce projet coûtera à lui seul 8 millions d’euros.

Nouvelle vitrine, et nouvelle image. Les quatre fils du fondateur Yves Cougnaud en profiteront pour simplifier leur communication à la rentrée, via trois grandes marques : Cougnaud construction pour la vente de bâtiments modulaires temporaires (préfabriqués sur les chantiers...) ou pérennes (bureaux etc.) pour le BTP, l’industrie, le tertiaire et les collectivités, Cougnaud Services (location de modulaires) Citeden Cougnaud (livraison de logements). Exit au passage le slogan « bâtisseur de solutions modulaires », qui accompagne l’actuel logo du groupe.

Une précision sémantique qui n’a rien de cosmétique, martèlent les Vendéens, dont le métier dépasse depuis longtemps la fabrication de la simple baraque de chantier. « Ce n’est pas le procédé de fabrication qui importe… Il faut être perçu comme une entreprise de construction à part entière, explique Christophe Cougnaud. On ne veut plus être comparé à Algeco, aujourd’hui 70% des volumes qui sortent de nos usines servent à construire des bâtiments pérennes, c’est l’essentiel de notre activité depuis les années 2000. »

En témoigne son ambition dans la construction pour l’habitat - des réalisations à base de modules 3D agglomérés les uns les autres - activité lancée en 2014. Des exemples ? Ces deux dernières années, des petits lotissements pour Vendée Habitat ont été livrés, tout comme des résidences universitaires, avec 200 logements (7.000 m²) implantés à Villetaneuse (93), sur le site de l’Université Paris XIII, ou encore 40 studios entourés d’une cafétéria, et d’une salle de fitness, posés en deux mois à La Roche-sur-Yon.

Après un premier exercice clôturé à 1,7 millions d’euros de chiffre d’affaires sur ce créneau cette année, Cougnaud ambitionne d'atteindre la barre des 50 millions d’euros facturés d’ici cinq ans.

Des bâtiments à énergie positive

Ses arguments? Etre capable de pré-fabriquer un T3 pu T4 en une semaine et de le poser en trois jours, ainsi qu'un prix "inférieur à une construction traditionnelle". Dans ses quelques 80.000 m² d’usines yonnaises, les modules qu'il assemble respectent par ailleurs la réglementation thermique 2012, condition sine qua non pour entrer sur le marché. Prochaine étape, un bâtiment à énergie positive (ou Bepos) et connecté (suivi des consommation d’énergie, pilotage du chauffage etc., à distance via sa tablette) doit bientôt être dévoilé, à la rentrée 2016.

Au sein de ses ateliers, regroupant tous les métiers du second œuvre (plaquiste, carreleur, peintre, installateur d’éléments thermiques et sanitaires...), les constructions mixtes « acier, bois, béton » commencent aussi à fleurir. Comprendre : des modules 3D composés d’un plancher béton, d’une ossature acier sur laquelle l'entreprise vient depuis peu greffer des murs en bois.

Une dernière nouveauté suite à la reprise de Guillet Production fin 2015, PME de 15 salariés (3 M€ de CA) située près de Montaigu, en Vendée, spécialistesdes charpentes et murs en bois. « D’un côté on conserve notre structure acier, avec ses éléments fin et résistants, donc moins volumineux par rapport à d’autres matériaux, ce qui facilite le transport, de l’autre le bois apporte une meilleure étanchéité à l’air, et répond à une demande actuelle », commente le président du groupe Cougnaud.

Cougnaud promoteur ?

Conception avec un bureau d’étude de 90 personnes, préfabrication à 90% en usine, pose sur chantier, vente, location…Et pourquoi pas demain la promotion ? L’idée figure aussi au programme.

« Aujourd’hui, notre mission s’arrête à la remise des clefs, mais certains clients réclament des services connexes, constate Eric Cougnaud. Cela peut être une collectivité ou une entreprise avec des besoins en termes de promotion en amont, pour lesquelles Cougnaud pourrait acquérir le foncier par exemple, puis assurer en aval la gestion, avec la maintenance, la modification des bâtiments, jusqu’aux services de gardiennage et de sécurité… »

Ouvertures d’agences dans le Nord et l’Est

Qui dit augmenter les services dit aussi améliorer la couverture de son activité location (43% de son CA). Déjà implanté à Paris, Nantes, Toulouse, Lyon et Marseille, le groupe compte ainsi étoffer son maillage territorial. « De nouvelles agences de location de modulaires verront le jour, dans le Nord probablement autour de Lille dès 2017, puis dans l’Est en 2018, peut-être à Strasbourg ou à Metz, la décision n’a pas été arrêtée, expose Eric Cougnaud. Avec, à la clef, une cinquantaine de créations d’emplois à chaque fois. »

Là encore, l’investissement s’élève à environ 7 à 8 millions d’euros par agence, pour l’acquisition du foncier et des outils de production. Sans compter les investissements destinés augmenter et renouveler son parc global de modules (entre 25 et 30 M€ par an).

Extrêmement variée, la durée de la mise à disposition peut s’étendre d’une semaine à trois mois pour de grands événements notamment (250 modules vont par exemple être livrés pour le village et le PC course du prochain Vendée Globe fin 2016), ou bien sur des périodes plus longues pour des chantiers bien sûr (lignes LGV Sud Ouest et LGV Le Mans-Rennes, nouveau stade de l'Olympique Lyonnais), et parfois jusqu’à trois, cinq, voire sept ans.

Airbus a ainsi fait appel à ce type de location de longue durée, avec 3.500 m² d'espaces qui lui seront livrés à Montoir de Bretagne à partir de septembre. « Du restaurant d’entreprise de DCNS à Brest jusqu'au au camp des loges où s’entraînait Zlatan et les joueurs de foot du Paris Saint-Germain, il y a tellement d’exemples de locations… s'amuse Patrice Cougnaud. De nombreux groupes n’ont pas envie de s’engager dans des investissements immobiliers, on leur apporte une solution.»

Carnet de commandes en hausse

En pariant sur l’essor des services et de sa branche habitat, où il se frotte à BH, Bouygues (Ossabois), des groupes comme Vinci ou encore Eiffage, Cougnaud compte bien croître à nouveau (après +3,7% de CA cette année). Mais aussi maintenir son niveau de rentabilité (environ 3% de résultat net estimé sur 2015-16), impacté par la contraction des marges liée à la  mauvaise conjoncture du bâtiment.

Même si le secteur bénéficie depuis peu d'une éclaircie. « Notre carnet de commande a dépassé de 15 à 20% le volume habituel, entre fin 2015 et le début de l’été 2016, confie Eric Cougnaud. Reste qu’il faut encore que cette reprise se confirme sur la durée. Pour l’instant, notre visibilité dépasse à peine plus de trois mois... »

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.