Nantes

Mécanique

Comment Chronoflex a utilisé l'intelligence artificielle pour diversifier ses activités

Par Caroline Scribe, le 21 septembre 2017

Société historique du groupe Inov-On, la société nantaise Chronoflex a lancé une nouvelle offre dans le dépannage de hayons pour camions et véhicules utilitaires légers. Cette diversification est le fruit du recours à l'intelligence artificielle. Explications.

Alexandre Gérard, dirigeant de Chronoflex
Alexandre Gérard, dirigeant de Chronoflex — Photo : Caroline Scribe

Revendiquant le titre de leader français du dépannage de flexibles hydrauliques sur site, Chronoflex, société historique du groupe nantais Inov-On dirigé par Alexandre Gérard, se lance aujourd'hui dans une activité complémentaire : le dépannage de hayons pour camions et véhicules utilitaires légers.

Cette diversification est le fruit d'une démarche qui a fait intervenir l'intelligence artificielle. « Nous avions depuis plusieurs années la volonté de fortifier Chronoflex en développant son chiffre d'affaires qui est actuellement de 30 millions d'euros pour un réseau national de 300 techniciens. Dans le contexte d'entreprise libérée qui est le nôtre, nous avions déjà réfléchi en interne à des pistes de diversification de nos métiers fondées sur nos savoir-faire et notre maillage du territoire. Mais pour aller plus loin, nous avions besoin d'un regard extérieur. C'est pourquoi nous sommes aller chercher Laurent Guérin et sa société Imbrikation, basée à Angers », explique Vanessa Comont, en charge chez Chronoflex des relations avec Imbrikation sur la partie études.

Des data passés « à la moulinette » d'un algorithme 

Laurent Guérin avait précédemment fondé Aiseco en Vendée, dont la vocation était déjà d'aider les entreprises à se diversifier en recourant à un moteur de recherche utilisant des algorithmes qui ont été repris par Google.

C'est le même procédé qui a été repris chez Chronoflex. « Après avoir identifié et analysé nos savoir-faire, nos compétences, nos moyens et contraintes de production, nos circuits fournisseurs, etc., étudié ce qui se faisait dans notre domaine aux niveaux national et mondial, Imbrikation a passé toutes ces données dans la moulinette de ses algorithmes pour nous présenter des pistes de diversification », relate Vanessa Comont. Il a fallu ensuite à Chronoflex choisir et s'approprier la piste de diversification retenue, faire monter les équipes en compétences sur ce nouveau métier pour lancer l'offre en 2016.

L'objectif attendu de Chronoflex et d'Imbrikation est une augmentation de l'ordre de 15% du chiffre d'affaires dans les trois ans suivant le lancement de la nouvelle offre.

Alexandre Gérard, dirigeant de Chronoflex
Alexandre Gérard, dirigeant de Chronoflex — Photo : Caroline Scribe