Loire-Atlantique

BTP

Charier trace sa route malgré la crise

Par Caroline Scribe, le 18 mai 2018

Après des années difficiles liées au dévissage du secteur des travaux publics, Charier, l'ETI de Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique), renoue avec les bénéfices et récolte le fruit des investissements lancés en pleine crise. 

Depuis 2017, le groupe Charier enregistre un rebond de son activité.
Depuis 2017, le groupe Charier enregistre un rebond de son activité. — Photo : Charier

Historiquement basé à Montoir-de-Bretagne, Charier s’apprête à donner le coup d’envoi de la construction de son nouveau siège social à Couëron. Livrable fin 2019, ce projet signe la fin d’une période très chahutée pour l’entreprise familiale. Intervenant sur 5 métiers (carrières et recyclage de matériaux, grands terrassements, routes et travaux urbains, génie civil, déconstruction et désamiantage), l’ETI de 1 260 salariés a connu des années difficiles. « A partir de 2014, nous avons connu une conjonction d’éléments défavorables : les élections municipales, la réduction des dotations de fonctionnement aux collectivités locales, la loi Notre qui avait pour ambition de supprimer les départements, nos premiers clients. Il faut y ajouter l’abandon de l’écotaxe. En quelques mois, le marché a dévissé de 25% », se souvient Paul Bazireau, président du directoire.

Redémarrage des embauches

Dans cette conjoncture difficile, l’entreprise a fait le choix de conserver tous ses salariés au prix d’une érosion du résultat, sans toutefois subir de pertes. Depuis 2017, l’entreprise enregistre une croissance de 14% du CA à 228 M€ qui se traduit par un redémarrage des embauches au rythme de 60 par an. Cette embellie est due à une amélioration du marché, mais aussi aux actions mises en place pendant les années de vaches maigres.

Déploiement en Afrique

« Nous avons investi pendant la crise pour constituer une équipe commerciale tous métiers, indépendante des agences, et chargée de travailler sur des plans d’action spécifiques, comme le développement du métier de la déconstruction ou de la clientèle privée », indique Paul Bazireau. Stratégie qui semble porter ses fruits, à l’image de l’emblématique chantier remporté par Charier de la déconstruction, des terrassements et des fondations de la maison d’Arrêt de Nantes. Pour sa part, l’activité clientèle privée est passée de 33% du CA en 2016 à 37% en 2017. Autre axe de progression prévu en 2018 : le déploiement à l’international, essentiellement en Afrique, des activités de travaux maritimes.

Des chantiers "participatifs"

Parallèlement, l’entreprise a investi dans l’innovation. Innovation dans les produits, tout d’abord, illustrée par le chantier de la « Route Verte » à Etampes. Il met en œuvre une sous-couche routière à base de chanvre et une piste cyclable photovoltaïque. L’innovation a également porté sur les process de production. Une démarche de lean management a ainsi permis d’améliorer de 5% les rendements industriels en 2017. Enfin, côté RH, un système de chantier participatif a été expérimenté avec succès. « Le fait d’impliquer le conducteur de travaux et son équipe en amont du chantier a suscité de bonnes idées. Nous avons dans l’idée de le généraliser », annonce Paul Bazireau. Autre exemple, l’entreprise a organisé un prix de l’innovation interne, doté de 2 000 € pour le gagnant et de 2 000 € pour l’association caritative de son choix. Le concours a généré 50 initiatives réalisables, dont la moitié sont en cours de développement.

Depuis 2017, le groupe Charier enregistre un rebond de son activité.
Depuis 2017, le groupe Charier enregistre un rebond de son activité. — Photo : Charier

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail