Nantes

BTP

Charier réalise trois croissances externes pour se diversifier dans les espaces verts et se renforcer dans la voirie

Par Caroline Scribe, le 30 août 2021

Charier a réalisé trois opérations de croissance externe en 2021. En se diversifiant dans le domaine des espaces verts et en se renforçant dans celui de la voirie, le groupe de TP nantais se positionne comme un aménageur global et étend son maillage géographique.

Charier a réalisé deux croissances externes pour développer son offre dans le domaine du paysage.
Charier a réalisé deux croissances externes pour développer son offre dans le domaine du paysage. — Photo : Gaël Arnaud

Après une année 2020 morose marquée par cinq mois d’arrêt des chantiers et une chute de 25 % des appels d’offres dans les Pays de la Loire, le groupe de TP Charier, basé à Couëron près de Nantes, repart de l’avant. Depuis le début de l’année 2021, il a réalisé trois croissances externes répondant à ses objectifs stratégiques de diversification métier et d’extension de sa couverture géographique.

Développement de l’offre paysage

En février 2021, Charier a, d’abord, repris la société Pépinières Environnement Services à Saint-Nazaire. Spécialisée dans les métiers du paysage, celle-ci emploie 25 salariés pour un chiffre d’affaires de deux millions d’euros. Le 1er août, Charier a, ensuite, fait l’acquisition du groupe Effivert à Pontchâteau qui intervient dans le domaine des espaces verts. Fort d’une centaine de collaborateurs répartis dans un bureau d’études et six agences implantées en Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Ille-et-Vilaine et Morbihan, il réalise un chiffre d’affaires de 9 millions d’euros. "Ces acquisitions correspondent à notre souhait de devenir un aménageur global en proposant une offre complète. Nous faisons, en effet, le constat que les collectivités sont de plus en plus confrontées aux conséquences du réchauffement climatique : îlots de chaleur dans les villes, précipitations violentes… Les réponses à ces aléas climatiques se situent à la croisée des métiers de la voirie, sur lesquels nous sommes déjà présents, et du paysage, sur lequel nous nous positionnons désormais. Nous voulons ainsi être capables d’innover sur ce terrain pour apporter des solutions innovantes aux collectivités en termes de revégétalisation des villes, gestion des eaux de ruissellement, etc.", expose Paul Bazireau, président du directoire de Charier.

Renforcement de l’offre voirie

Charier a, enfin, finalisé le 1er juillet dernier une troisième croissance externe en rachetant SNGTP à Angoulême en Charente. Cette entreprise de 35 salariés génère un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros à travers une agence de travaux publics et une usine d’enrobés. "Ce rachat correspond à l’autre volet de notre stratégie décidée en 2015. Il s’agit de renforcer notre positionnement sur notre métier traditionnel de voirie, travaux routiers et urbains. En nous permettant de prendre pied en Charente, cette acquisition répond également à notre stratégie d’expansion géographique par tache d’huile autour des sept départements où nous sommes implantés (Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Vendée, Ille-et-Vilaine, Morbihan, Deux-Sèvres et Charente-Maritime)", décrypte le dirigeant. Ces sociétés seront intégrées progressivement dans le groupe Charier, en conservant le management des sociétés Effivert et SNGTP.

Création d’une filiale au Cameroun

L’expansion géographique du groupe familial nantais ne se limite pas aux frontières hexagonales. Charier crée également une filiale au Cameroun. "Nous essayons de développer nos ventes à l’étranger en commençant par l’Afrique francophone", indique Paul Bazireau.

Forte croissance organique

Ces développements portent les effectifs de Charier à 1 600 salariés. Le chiffre d’affaires 2021 devrait, pour sa part, progresser d’environ 15 % pour s’établir aux alentours de 320 millions d’euros contre 278 en 2020. Cette progression ne résulte pas uniquement des acquisitions récentes. L’entreprise de Couëron a également renoué avec une solide croissance organique. Au premier semestre 2021, l’activité d’aménageur local a progressé de 13 % par rapport à 2019, déjà une bonne année, et de 48 % pour les grands travaux. Dans ce secteur, la croissance est portée par quelques gros chantiers comme le contournement ferroviaire de Donges, le port de la Turballe ou encore la construction du centre d’entraînement du PSG à Poissy qui mobilise, à lui seul, 80 salariés. "Les craintes que je nourrissais fin 2020 n’étaient pas justifiées. Nous avons retrouvé un bon niveau d’activité et les perspectives sont correctes. Le point de vigilance concerne l’érosion des marges sous le double effet du renchérissement des matières premières et de la baisse du niveau des prix de vente pendant la crise", expose Paul Bazireau. Pour soutenir la dynamique positive de l’ETI, ce dernier entend pousser les feux sur l’innovation. Celle-ci se matérialisera à travers plusieurs offres, comme le développement d’un enrobé au liant végétal, les chantiers à faible impact, les voiries perméables via des enrobés très drainants ou encore les voiries à énergie positive. Autre grand projet pour l’entreprise : son passage au statut d’entreprise à mission attendu en juillet 2022.

Charier a réalisé deux croissances externes pour développer son offre dans le domaine du paysage.
Charier a réalisé deux croissances externes pour développer son offre dans le domaine du paysage. — Photo : Gaël Arnaud

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail