Loire-Atlantique

Innovation

CES 2019 : les tendances selon les Nantais présents à Las Vegas

Par Amandine Dubiez, le 11 janvier 2019

Makidoo, la filiale d'Eram E-vone, la SNCF, 4Mod Technology ou encore Emotic... Ils ont tous fait le déplacement au CES de Las Vegas, le plus grand salon tech grand public au monde qui se tient jusqu'au 11 janvier. En duplex avec l'école Ynov Nantes, ils ont livré leur premier ressenti sur les innovations présentées, que ce soit sur le boom de la commande vocale ou la qualité des écrans, mais aussi sur la maturité de la French Tech.

Soirée en direct du CES 2019 à Nantes, dans les locaux de l'école numérique Ynov Nantes.
Près d'une centaine de personnes se sont réunie au sein de l'école numérique Ynov Nantes pour écouter les retours d'expériences des entreprises nantaises présentes au CES 2019 de Las Vegas. — Photo : Francky Trichet

Il y avait du coq en stock à Las Vegas. La France est la première délégation étrangère au CES de Las Vegas 2019 avec 420 entreprises présentées, dont neuf nantaises. En tout, la France aura récolté 9 récompenses dont deux pour les représentants nantais : des prix de l'innovation "Tech for a Better World” pour E-Vone, la filiale d’Eram, qui a annoncé le lancement commercial de sa chaussure connectée qui alerte en cas de chute, mais aussi pour App-Elles, l'application qui vient en aide aux victimes de violences sexuelles, créé par Diariata N'Diaye, membre du réseau Femmes Digital Ouest.

La start-up vendéenne Dream & Achieve a profité de l'événement pour annoncer le lancement commercial aux Etats-Unis de son appli de montage vidéo Makidoo. Pour certaines entreprises, comme Beekast, le CES de Las Vegas était une première bénéfique pour la notoriété. Pour d’autres, comme les guidons connectés de Velco ou les réveils olfactifs de Bescent-Sensorwake, c’était déjà la troisième visite au plus grand salon tech grand public au monde.

À côté des Frenchies, le stand des géants qui profitent toujours du CES pour faire briller les yeux plus que pour sortir un produit. Cette année, l’effet waouh était unanime pour le drone taxi présenté par Uber.

Même impression pour les écrans incurvés ou ceux qui s'enroulent du fabricant coréen LG.

Au-delà de ces innovations marquantes, « la voix est partout : ce qui prédomine, c’est la commande vocale », souligne Romain Hué, business developer pour le fabricant d'objets connectés 4Mod Technology. Même constat pour Maxime Boennec, consultant innovation pour Emotic, la PME spécialisée des interfaces innovantes qui s'est rendu pour la dixième fois au Consumer Electronics Show. Ainsi, beaucoup d'exposants d'objets connectés profitent du CES pour annoncer un partenariat avec Amazon, Google ou Apple.  

L'année de la maturité

Autre tendance observée : « cette année, le climat fait son entrée au CES », observe Tristan Piron. Il remarque un net intérêt aussi dans les allées de l'Eureka Park - l'espace d'exposition des start-up au CES - pour les entreprises du domaine de la santé.

« C’est l’année de la maturité. Il y a beaucoup moins de start-up "early stage" avec des idées insolites, et beaucoup plus d'habitués qui reviennent », analyse-t-il. Essentiellement sur un marché BtoC dans les objets connectés, ces jeunes entreprises, âgées en moyenne de 5 ans, viennent prendre ou reprendre des contacts avec des partenaires américains, tenter une première accroche pour un financement. 

La French Tech bien présente

« On sent que la French Tech a une certaine reconnaissance désormais, le coq est bien identifié, les Français sont bien représentés et commencent à nouer des relations avec des sociétés étrangères qu’ils ont vues l’an dernier », observe Olivier Dassonville, spécialiste en communication digitale. « Je trouve qu’il faudrait ranger les allées du salon par thématique », note-t-il tout de même en habitué des lieux.

Parmi les entreprises locales au CES 2019, il y a aussi celles qui se déplacent pour prendre le pouls de l’innovation, sentir les futures tendances. C'est le cas du groupe SNCF. Quelques semaines avant d'annoncer un nouveau plan stratégique, fin janvier, en se concentrant sur la création d’une plateforme de gestion des déplacements, Laurent Eisenman, secrétaire général des relations territoriales et de la communication pour la SNCF, est venu observer les innovations nombreuses sur les véhicules autonomes, enjeu crucial de la mobilité de demain. 

Soirée en direct du CES 2019 à Nantes, dans les locaux de l'école numérique Ynov Nantes.
Près d'une centaine de personnes se sont réunie au sein de l'école numérique Ynov Nantes pour écouter les retours d'expériences des entreprises nantaises présentes au CES 2019 de Las Vegas. — Photo : Francky Trichet