Pays de la Loire

Innovation

Interview CES 2018 : "Les entreprises commencent à coconstruire ensemble"

Entretien avec Tristan Piron, référent numérique pour La Poste dans les Pays de la Loire

Propos recueillis par Amandine Dubiez - 15 janvier 2018

Intelligence artificielle, objets connectés, et nouvelles collaborations. De retour du Consumer Electronics Show de Las Vegas avec la délégation de la Région Pays de la Loire, Tristan Piron, le pilote de la transformation numérique du Groupe La Poste dans les Pays de la Loire, fait le point sur les tendances observées lors de cette 51e édition du CES, le plus grand salon au monde consacré aux innovations dans l'électronique grand public.

Isabelle Cambreleng, directrice marketing du groupe d'électronique médicale Visiomed Group, et Tristan Piron, référent numérique du Groupe La Poste en Pays de la Loire.
Isabelle Cambreleng, directrice marketing du groupe d'électronique médicale Visiomed Group, et Tristan Piron, référent numérique du Groupe La Poste en Pays de la Loire. — Photo : Tristan Piron-Groupe La Poste

Le Journal des Entreprises : Quelles innovations ont marqué selon vous cette 51e édition du salon CES ?   

Tristan Piron : J’ai été marqué par l’assistant holographique qu’a présenté Bosch. Il projette sur le poignet ou sur le sol une holographie. On parle toujours beaucoup d’intelligence artificielle. Les assistants vocaux d’Amazon et de Google sont partout. Mais sinon, je n’ai pas eu d’effet « waouh ». J’ai le sentiment qu’il y a plutôt une pause dans les innovations d’usage. Il y avait eu beaucoup d’annonces les années précédentes. Cette fois-ci, on sent un peu plus de maturité de la part des entreprises par rapport à ces innovations, par exemple tous les drones fonctionnent, il y a moins de prototypes.

Autre tendance observée? 

T. P. : Les entreprises commencent à coconstruire des choses ensemble. Plus concrètement, si je prends l’exemple du coffre-fort numérique individuel : jusqu’ici, toutes les entreprises, que ce soient des banques, assurances ou autres, proposaient un coffre-fort numérique à leurs clients. Mais trop de propositions finissaient par compliquer plutôt que simplifier la vie du client. Les entreprises commencent à comprendre qu’il serait plus utile de mutualiser certains services. Il y a une logique de collaboration qui se met en place.  

C'est-à-dire ?

T. P. : J’ai vu par exemple IBM discuter avec la start-up nantaise Novyspec pour voir comment ils pourraient travailler ensemble sur l’intelligence artificielle avec Watson (NDLR, le système d'intelligence artificielle d'IBM). On sort d’une logique de silo. A l’instar de La Poste, qui s’associe à la Fédération Hospitalière de France ou de Visiomed-Bewell sur le stand du Groupe La Poste, les entreprises proposent des solutions convergentes. Et même les Américains s’y mettent. On voit qu’ils présentent des choses en commun sur les stands. Ce qui est plutôt étonnant ici à Las Vegas, dans l’une des capitales mondiales du libéralisme et du jeu.

Une autre tendance que vous avez observée, c’est le coût en forte baisse des produits électroniques...

T. P. : La santé, tout comme les objets connectés ou l’intelligence artificielle, sont les trois grandes tendances de ce CES 2018. La grande question de cette édition est d’anticiper la baisse des composants électroniques. Cela a commencé sur les petits composants, et cela laisse augurer une forte baisse du coût des produits électroniques dans les mois à venir.

La France était encore une fois très présente au CES.  Et les Pays de la Loire ?

T. P. : Le salon vient à peine de se terminer pour moi mais les contacts commerciaux, qui avaient pu être pour certains un peu déceptifs les années précédentes, semblent cette fois-ci plus constructifs pour les entreprises exposantes. La French Tech est vraiment présente dans le salon notamment avec sa composante French IoT pour la filière des objets connectés. On sent qu’il y a une logique de filières qui est peut-être en train de se mettre en place, où l’on mettrait en valeur les entreprises par secteur, à l’instar de la santé cette année avec la French Health Care. La délégation ligérienne a bien anticipé cette tendance car si nous restons l’une des principales représentations entrepreneuriales, ce sont bien les entreprises qui sont représentées en leur nom propre comme la cité de l’objet connecté d’AngersTech.

Isabelle Cambreleng, directrice marketing du groupe d'électronique médicale Visiomed Group, et Tristan Piron, référent numérique du Groupe La Poste en Pays de la Loire.
Isabelle Cambreleng, directrice marketing du groupe d'électronique médicale Visiomed Group, et Tristan Piron, référent numérique du Groupe La Poste en Pays de la Loire. — Photo : Tristan Piron-Groupe La Poste

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture