Nantes

Événement

CES 2017 : pourquoi les start-up nantaises y vont ?

Par Amandine Dubiez, le 04 janvier 2017

Le salon mondial des innovations technologiques dans l'électronique grand public (CES) se déroule du 5 au 8 janvier à Las Vegas. Six start-up de la métropole nantaise ont pris le pari d'y exposer leurs produits : le tapis actif anti-escarres Gaspard, l’éditeur de logiciel Micro EJ, l'assistant connecté pour enfants asthmatiques Hello Meyko, la plateforme de micro-learning Speach Me, les réveils olfactifs Sensorwake et les sommeliers connectés 10-Vins. Ils profitent de cette grand messe de la high-tech pour annoncer des partenariats ou lancer de nouveaux produits.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Ceux qui présentent des nouveaux produits

Pour Sensorwake et 10-Vins, c’est le deuxième voyage d’affilée à Las Vegas. Habitués des lieux, ils profitent du déplacement et de l’exposition qu’offre le CES pour présenter des nouveaux produits. Tous deux tiennent à garder le mystère jusqu’au bout..

Ceux qui viennent en voisins

Micro EJ attend le CES pour dévoiler nom du géant du cloud américain avec qui l’éditeur de logiciel nantais, qui vient d’installer une filiale à Boston, va nouer un partenariat. Un géant du cloud pour l’Internet des objets qui pourrait lui ouvrir grand les portes d'un marché à plusieurs millions d'euros. Le Nantais, basé aussi à Massy, Munich, Boston et Marseille, commercialise une plateforme applicative standard pour les fabricants d’objets connectés, utilisable par les 10 millions d’ingénieurs mobile et web. Avec déjà 40 salariés, l’entreprise joue dans la même cour que le géant Google et son système d’exploitation Android, à la différence près que MicroEJ vise tous les marchés autres que ceux du smartphone. Son avantage compétitif redoutable, c’est la toute petite taille de son produit MicroEJ OS, qui prend 1000 fois moins de place qu’Android, pour une offre de valeur identique.

Elle aussi viendra en voisine américaine. La start-up nantaise SpeachMe, qui vient d’installer un bureau avec huit personnes à Austin, au Texas compte déjà de nombreux clients américains dont le prestigieux Tesla ou Sunpower. Fondée par Najette Fellache, la société nantaise qui commercialiste des plate-formes de micro-learning vidéo a levé récemment 2, 2 millions d’euros pour financer son essor à l’international.

Ceux qui recherchent des partenaires

La start-up Mister Hector y va « l’esprit grand ouvert» pour présenter son nouveau produit Gaspard. Il aura fallu deux ans aux dirigeants pour présenter leur prototype, qu’ils dévoilent au CES de Las Vegas. Ce passage dans le Nevada est un peu devenu le passage obligé pour tout fabricant d’objets connectés. C’est l’occasion de rencontrer des éventuels partenaires américains et faire la connaissance de distributeurs. « On y va l’esprit grand ouvert pour voir comment le produit est reçu. Et puis, être sélectionné par Business France, cela fait aussi bien sur le CV », confie Morgan Lavaux, déjà un « habitué » des lieux.

L’an dernier, le dirigeant de 29 ans avait déjà fait le déplacement pour présenter la station météo connectée Hector, qui n’était alors qu’un prototype. Un voyage qui a servi de coup de projecteur et permis d’entrer en contact avec des distributeurs dont la Fnac, Nature et Découvertes et Boulanger. 7.000 cubes connectés ont été vendus, depuis le début de la commercialisation en mars dernier. Le dirigeant espère renouveler la « bonne » expérience avec son nouveau produit, Gaspard, un tapis actif capable de prévenir la formation d’escarres. Produit à Angers par Éolane, Gaspard devrait être commercialisé à la fin de l’année 2017. Prix de vente : 235 euros.

Premier voyage pour Hello Meyko. Pour la start-up nantaise créée il y a un an, le CES est une « grosse opportunité pour tester l’application auprès du marché américain et chercher des partenaires », explique Sandrine Bender, co-fondatrice de Meyko. Pour l’instant, l’objet connecté est encore un prototype. Mais on imagine facilement la bouille sympathique de ce compagnon bleu ciel sur la table de nuit des enfants. Il est capable de rappeler aux enfants asthmatiques quand ils doivent prendre leur traitement. La naissance de ce compagnon part d’un constat : plus de 50% des enfants ne suivent pas correctement leur traitement de fond contre l’asthme, principalement à cause d’oublis. Ces oublis peuvent générer des crises d’asthme. C’est ainsi que les deux cofondatrices, Sandrine Bender et Alizée Gottardo, ont eu l’idée de remédier au problème en créant Meyko. Hébergées à l’école des Mines de Nantes depuis juillet dernier, les deux cofondatrices voudraient profiter de ce passage à Las Vegas pour « ouvrir des réseaux de partenaires et acquérir de la crédibilité ». Elles prévoient une campagne de crowdfunding fin 2017 pour passer à l’industrialisation de leur produit.

Ceux qui y vont pour découvrir

Outre ces start-up exposantes, de nombreuses autres entreprises de la région font le déplacement. C’est le cas notamment de Hi qui vient de commercialiser son bijou connecté Goji, et aussi de Data for people etc. Leur but : prendre le pouls des innovations du moment mais aussi chercher des fabricants ou des distributeurs. Le voyage de la délégation nantaise est financé en grande partie par le conseil régional qui vient de débloquer une enveloppe supplémentaire de 100 000 euros pour les accompagner.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises