Vendée

Mécanique

Brouzils Auto milite pour convertir les vieilles voitures à l'électrique

Par Jéromine Doux, le 28 février 2019

Passionné de voitures anciennes, Jérémy Cantin a imaginé convertir des véhicules thermiques en électriques pour répondre aux enjeux environnementaux. Mais le dirigeant de Brouzils Auto, en Vendée, doit d'abord convaincre les politiques de faire évoluer la réglementation.

Jérémy Cantin, gérant du garage Brouzils Auto en Vendée.
Le gérant de Brouzils Auto, Jérémy Cantin, a toujours roulé en Coccinelle. Pour répondre aux enjeux environnementaux, il a transformé sa voiture thermique favorite en électrique. — Photo : Jéromine Doux - Le Journal des Entreprises

Passionné de voitures anciennes, Jérémy Cantin a racheté en 2005 le garage Brouzils Auto, en Vendée, afin de pouvoir travailler avec un carrossier. Aujourd’hui, la société emploie huit salariés et réalise 870 000 euros de chiffre d'affaires grâce à son activité de rénovation de vans Volkswagen, vieilles voitures américaines et autres véhicules de collection.

En 2015, alors que le "dieselgate" et l'affaire des moteurs truqués éclatent, il imagine avec son équipe transformer des voitures thermiques en voitures électriques. Deux ans après, le pari est relevé : la première Coccinelle électrique transformée naît en 2017.

Des dizaines de voitures de collection investissent le garage Brouzils Auto, aux Brouzils en Vendée, avant d'être restaurées.
Des dizaines de voitures de collection investissent le garage Brouzils Auto, aux Brouzils en Vendée, avant d'être restaurées. - Photo : Jéromine Doux - Le Journal des Entreprises

Éviter la casse

Le premier objectif de Brouzils Auto est d’éviter la casse. Plutôt que d’acheter une nouvelle voiture, le garage veut proposer à ses clients de convertir leurs véhicules en fin de vie ou ayant des pièces défectueuses. « Nous pouvons le faire avec tout ce qui roule », assure le dirigeant, qui souhaite également rester fidèle au modèle d’origine. « Nous voulons proposer des véhicules propres et plus abordables que des neufs. » Mais le garagiste attend de pouvoir commercialiser ses produits avant d'établir des tarifs précis.

Pas de cadre légal

Pour l’instant, impossible en effet de vendre son innovation, car il n’existe pas de cadre légal en France permettant de faire passer une carte grise essence en électrique. Alors qu'il est possible de le faire avec le GPL. Ce cadre existe en Allemagne, aux Pays-Bas, en Angleterre ou en Italie, mais, pour Jérémy Cantin, l’idée n’est pas d’exporter. Il veut pouvoir vendre ses véhicules en France.

« La prime à la casse ne règle aucun problème. (...) Ceux qui roulent avec les voitures les plus polluantes n’ont pas les moyens d'en changer. »

Le dirigeant est soutenu par des entreprises comme Michelin, qui lui a prêté 30 000 euros à taux zéro pour développer son prototype. Désormais, Brouzils Auto tente d’attirer l’attention du gouvernement. « Nous mettons en évidence que la prime à la casse ne règle aucun problème. Les personnes qui en bénéficient ne sont pas celles qui ont les véhicules les plus anciens. Elles profitent seulement de cette prime pour changer de voiture, s’agace le dirigeant. Leurs anciennes automobiles se retrouvent donc à la casse prématurément et engendrent des dépenses d’énergie considérables. En revanche, ceux qui roulent avec les voitures les plus polluantes n’ont pas les moyens de changer. »

Démocratiser le concept

La Coccinelle de Jérémy Cantin est aujourd’hui la seule ancienne voiture thermique devenue électrique. Pourtant, une dizaine de garages français ont tenté de créer le même prototype. Jérémy Cantin espère que le concept se démocratise.

Chargé de l’électro-mobilité à la Fédération nationale de l’automobile, il veut créer une nouvelle branche pour la conversion thermique en électrique. Grâce à cela, tous les garages qui le souhaitent pourraient être agréés et commercialiser des voitures converties, quand la loi le permettra. Le dirigeant fédère déjà des garages autour de ce projet. « Nous serons peut-être amenés à grossir, mais notre ambition n’est pas là, confie-t-il. Nous voulons, avant tout, que cette voiture soit mise sur le marché. »

Brouzils Auto, garage multimarque qui restaure des véhicules de collection et entretient les véhicules récents et anciens, s'adapte à la mobilité de demain. En 2019, nous poursuivrons notre engagement dans le développement de l'économie circulaire et de la conversion à l'électrique notamment. #lesbrouzils #vendée #régionpaysdelaloire

Publiée par Brouzils Auto sur Vendredi 28 décembre 2018
Jérémy Cantin, gérant du garage Brouzils Auto en Vendée.
Le gérant de Brouzils Auto, Jérémy Cantin, a toujours roulé en Coccinelle. Pour répondre aux enjeux environnementaux, il a transformé sa voiture thermique favorite en électrique. — Photo : Jéromine Doux - Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.