Nantes

Biotech

BioMAdvanced Diagnostics lève 1,7 million d'euros pour ses solutions d'aide au diagnostic

Par Caroline Scribe, le 27 septembre 2022

La medtech nantaise BioMAdvanced Diagnostics vient de boucler une levée de fonds de 1,7 millions d’euros. Cette opération doit lui permettre de finaliser ses premiers produits et de démarrer deux études cliniques sur le rejet des greffes de rein et du poumon.

La medtech nantaise BioMAdvanced Diagnostics a levé 1,7 million d'euros.
La medtech nantaise BioMAdvanced Diagnostics a levé 1,7 million d'euros. — Photo : BioMAdvanced Diagnostics

Spin-off du Centre de recherche translationnelle en transplantation et immunologie basé au CHU de Nantes, BioMAdvanced Diagnostics a finalisé une levée de fonds de 1,7 million d’euros. La start-up incubée, par Atlanpole et accompagnée par la SATT Ouest Valorisation, a pour projet de mettre à disposition des médecins des outils d’aide au diagnostic dans le cadre d’une médecine personnalisée, prédictive et préventive grâce à une utilisation de biomarqueurs du système immunitaire. La levée de fonds est menée par Sodero Gestion pour le compte de Pays de la Loire Développement. Pays de la Loire Participations, Atlantique Vendée Innovation (fonds d’investissement du Crédit Agricole Atlantique Vendée). SATT Ouest Valorisation et Bpifrance, via notamment le fonds French Tech Seed, ont aussi participé au tour de table.

Mieux prédire les risques de rejet de greffe du rein et du poumon

Les premières applications développées concerneront l’amélioration du suivi des patients ayant reçu une greffe de rein ou de poumon. L’identification de biomarqueurs pour évaluer, prévoir et diagnostiquer le risque de rejet du greffon rénal et pulmonaire permettra de mieux l’anticiper et d’adapter les traitements pour en réduire, autant que possible, les nombreux effets secondaires. L’objectif est d’optimiser la personnalisation de la prise en charge. La levée de fonds permettra à BioMAdvanced Diagnostics de finaliser le design des premiers produits et de démarrer deux études cliniques, une sur le rejet des greffes de rein et l’autre sur le poumon. La validation du test de diagnostic du rein s’appuiera sur une étude effectuée sur plus de 300 échantillons de patients ayant subi une transplantation et issus d’études nationales et internationales menées par le CHU de Nantes, avec la contribution notamment des hôpitaux universitaires de Barcelone et Oslo.

Commercialisation dans 12 pays en 2026

Cette étude débouchera sur l’obtention du marquage CE pour une mise sur le marché prévue en 2025. "Les greffes de reins sont en augmentation partout dans le monde et c’est pour les greffés du rein que nous allons développer notre premier produit. Nos objectifs sont de le commercialiser dans 12 pays dès 2026 pour en faire bénéficier 70 à 80 % des patients. Nous avons prévu un deuxième tour de table dès 2024 pour finaliser les études cliniques et préparer notre présence commerciale dans ces 12 pays et probablement, ouvrir une filiale aux États-Unis”, précise Frédéric Pette, cofondateur et CEO de BioMAdvanced Diagnostics.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition