Loire-Atlantique

Industrie

Bene Solutions accélère sa diversification vers le spatial et la défense

Par Olivier Hamard, le 30 mars 2021

Affectée par la crise du Covid-19, Bene Solutions veut repartir de l'avant en poursuivant une diversification. La PME installée à Besné, en Loire-Atlantique, et spécialisée dans l'usinage de pièces et l'intégration industrielle, souhaite réduire sa dépendance à l'aéronautique pour retrouver de la croissance.

Loïck Anger, directeur général de Bene Solutions, veut poursuivre une diversification entamée il y a cinq ans pour retrouver la croissance.
Loïck Anger, directeur général de Bene Solutions, veut poursuivre une diversification entamée il y a cinq ans pour retrouver la croissance. — Photo : Olivier Hamard

Il y a cinq ans, Bene Solutions était dépendant à 85 % du secteur aéronautique et réalisait un quart de son chiffre d’affaires auprès d’Airbus. "Nous étions devenus trop petits et nous n’étions plus fournisseur de rang 1, raconte Loïck Anger, directeur général de Bene Solutions (10,5 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2020, 70 salariés), située à Besné, en Loire-Atlantique. Nous avions alors commencé notre diversification vers d’autres secteurs. Avant la crise du Covid, nous étions encore à 55 % dans l’aéronautique."

L’entreprise, qui travaille à la fois dans l’usinage et l’assemblage de pièces à l’unité ou en petites séries jusqu’à de grandes dimensions, mais également dans l’intégration industrielle de systèmes mécaniques et automatisés, s’est développée aussi dans la défense, le spatial et le secteur de l’énergie pour des clients français. Pour l’intégration industrielle, elle compte même des clients dans la production de biens de consommation et un peu dans le secteur agroalimentaire.

Soutenue par le plan de relance

Mais la crise a rebattu les cartes et Bene Solutions veut encore réduire cette dépendance en accélérant sa diversification. La PME va pour cela investir environ un million d’euros cette année, et autant en 2022, dans son parc machine pour aller chercher de nouveaux marchés, principalement dans les secteurs du spatial et de la défense. Elle est soutenue en cela par le plan de relance dans le cadre du fonds de modernisation du secteur aéronautique.

"Une partie de ces investissements étaient envisagés avant la crise, confie Loïck Anger, d’autres l’étaient à plus long terme. Le soutien du plan de relance va nous permettre d’aller plus vite sur certaines technologies pour accélérer dans ces secteurs de la défense et du spatial, autour du produit et dans le process industriel."

20 à 25 % de l’activité par secteur

L’objectif pour Bene Solutions est de rapidement retrouver de la croissance, après une année 2020 où l’entreprise a été fortement affectée. De 15 millions d’euros en 2019, son chiffre d’affaires est passé à 10,5 millions d’euros. "Stratégiquement, nous étions sur une tendance à aller vers 20 millions d’euros, indique Loïck Anger, et nous comptons sur un redémarrage pour revenir à notre chiffre d’affaires d'avant crise."

La PME de Besné compte aussi sur ses atouts, à la fois dans son métier d’usineur et dans celui d’intégrateur : "Nous avons beaucoup d’armes, plaide Loïck Anger. Nous avons de très fortes compétences dans la fabrication de pièces pour des clients qui ont des exigences importantes, et nous avons une grande complémentarité sur la partie études, réalisation et montage. Nous pouvons assurer la gestion de projets, aussi bien dans la fabrication de pièces que dans l’intégration."

Avec les compétences complémentaires qu’elle a intégrées et les investissements qu’elle va réaliser, la PME voudrait à terme ne pas atteindre plus de 20 à 25 % d’activité dans chacun des secteurs où elle intervient, sans que la dépendance à un client n’excède 15 %. Outre l’orientation vers le spatial et la défense, Bene Solutions compte aussi accompagner le mouvement de modernisation de l’industrie en France. "On sent un élan fort dans ce domaine et cette volonté de moderniser, analyse Loïck Anger, et nous sommes entre autres bien positionnés dans l’intégration de la cobotique et de la robotique."

Loïck Anger, directeur général de Bene Solutions, veut poursuivre une diversification entamée il y a cinq ans pour retrouver la croissance.
Loïck Anger, directeur général de Bene Solutions, veut poursuivre une diversification entamée il y a cinq ans pour retrouver la croissance. — Photo : Olivier Hamard

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail