Loire-Atlantique

Numérique

Beapp se voit en leader de l'appli mobile

Par Didier San Martin, le 04 décembre 2018

Implantée dans l'agglomération nantaise, Beapp ambitionne de devenir leader français de l'appli mobile sur-mesure. En 7 ans, elle en a conçu une centaine. Les applications Beapp permettent à Quo Vadis de doter ses clients d'un agenda électronique, au groupe Vinci de mieux gérer les stationnements dans plusieurs villes, à la SNCF d'améliorer sa communication interne ou encore à un groupement de cliniques de favoriser la pré-admission de leurs futurs patients... 

Anaïs Vivion a créé son entreprise à 23 ans.
Anaïs Vivion a créé son entreprise à 23 ans. — Photo : Didier San Martin / Le JDE

Créée en 2011, Beapp imagine des applis mobiles sur-mesure. En 7 ans, elle en a conçu une centaine. Parmi ses dernières réalisations, on notera un agenda mobile réalisé pour le compte de Quo Vadis qui trouve là un bon moyen de toucher une cible plus connectée. Ou encore ce programme pour le cabinet immobilier Lefeuvre dont l’utilisation permet à ses clients de suivre en direct les informations liées à leur immeuble.

Les applis Beapp permettent aussi au groupe Vinci de mieux gérer les stationnements dans plusieurs villes, à la SNCF d’améliorer sa communication interne, au spécialiste de photocopieurs Ricoh d’optimiser sa force commerciale ou encore à un groupement de cliniques de favoriser la pré-admission de leurs futurs patients…

Se hisser au premier rang

« Les entreprises viennent nous voir avec une idée en tête et nous la concrétisons, explique Anaïs Vivion, la fondatrice de Beapp qui affiche un chiffre d’affaires de 1,8 M€. Le secteur est porteur et notre force est d’être situé à mi-chemin entre la société informatique et celle spécialisée dans la stratégie de produits. Notre équipe est composée d’une trentaine de personnes et nous recrutons sans cesse. Nous avons besoin de davantage de développeurs informatiques web et mobile car nous ambitionnons de nous hisser prochainement au rang de leader national des applis mobiles ». Beapp met entre 6 mois et 2 ans pour créer une appli et facture sa prestation entre 50 000 et 300 000 euros.

« Désormais, nous ne travaillons plus qu’avec une ou deux start-up, précise Anaïs Vivion. Elles sont en effet très énergivores et d’une durée de vie parfois éphémère. Notre expérience nous a donné du recul et nous distinguons maintenant les projets qui seront porteurs de ceux qui risquent de péricliter. C’est pourquoi nous sélectionnons les entreprises ayant les moyens de leurs ambitions et dont nous sommes presque certains qu’elles obtiendront, avec nos applis, un retour sur investissement. Nous comptons actuellement une vingtaine de clients, essentiellement des PME et des grands comptes ».

Dirigeante à 23 ans

Impressionnant parcours pour cette jeune femme née à Auxerre d’un père enseignant et d’une mère fondatrice d’un cirque amateur. « C’est sans doute elle qui m’a donné le goût d’entreprendre », confie-t-elle. Après un BTS de communication obtenu à Dijon et un passage à Bordeaux où elle travaille en alternance au journal Sud Ouest, Anaïs s’installe à Nantes en 2011 pour suivre son mari. Elle s’entoure alors des compétences de deux amis, Yann Borissoff, designer, et Cédric Guinoiseau, développeur informatique et, à seulement 23 ans, elle fonde Beapp. Pourquoi ce nom ? « C’est pour dire : Soyez appli ! », sourit-elle. Lorsqu’on lui demande quels sont ses plus beaux souvenirs, elle balaye la question d’un revers de main : « Quand on n’a que 30 ans, l’avenir est encore devant soi. Le plus beau reste à venir ».

Anaïs Vivion a créé son entreprise à 23 ans.
Anaïs Vivion a créé son entreprise à 23 ans. — Photo : Didier San Martin / Le JDE