Vendée

Industrie

Avec son nouveau site, Arcade Cycles va doubler sa production de vélos

Par Cyril Raineau, le 04 novembre 2022

Le fabricant vendéen de vélos Arcade Cycles investit 20 millions d’euros pour repousser ses murs près de la Roche-sur-Yon et passer de 60 000 à 120 000 voire 150 000 unités produites par an. Portée par un marché du deux-roues toujours vaillant, la PME modernise aussi son process de fabrication.

L'ambition de Frédéric Lucas, directeur d’Arcade Cycles, est de participer activement à relocaliser la production de composants, principalement ceux à faible valeur ajoutée, en Europe.
L'ambition de Frédéric Lucas, directeur d’Arcade Cycles, est de participer activement à relocaliser la production de composants, principalement ceux à faible valeur ajoutée, en Europe. — Photo : Cyril Raineau

Tout va vite, très vite pour Arcade Cycles, concepteur et assembleur de vélos de ville, sur le chemin vers la croissance. La PME de la Roche-sur-Yon (Vendée) se développe fortement : son chiffre d’affaires, qui s’établissait à 25 millions d’euros sur l’exercice se terminant en août 2020, a progressé à 37,5 millions d’euros en août 2022. "Nous avons pris conscience en juin 2021 que nous ne tiendrions pas dans nos murs au regard de la vitesse de notre croissance, remarque Frédéric Lucas. 50 % de hausse d’activité, ce sont 30 % de volumes supplémentaires."

Le directeur général de l’entreprise depuis août 2022, successeur de son père François qui avait repris Arcade Cycles en 2010 et qui en est désormais le président, se souvient de cette période agitée. "Nous avons alors étudié différents scénarios, comme sous-traiter ou créer une deuxième usine en France ou à l’étranger." La Roche-sur-Yon Agglomération se positionne alors et accepte de vendre un terrain de 5 hectares, situé à moins de 500 mètres des locaux actuels d’Arcade Cycles.

Le site actuel d’Arcade Cycles s’étend sur 6 500 m². L'espace sera plus que doublé avec le nouveau bâtiment.
Le site actuel d’Arcade Cycles s’étend sur 6 500 m². L'espace sera plus que doublé avec le nouveau bâtiment. - Photo : Cyril Raineau

Un bâtiment flambant neuf de 15 000 m² 

Un nouveau bâtiment de 15 000 m², se substituant à l’actuel de 6 500 m², va y être érigé. La construction débutera au premier trimestre 2023, pour un transfert d’ici à début 2024. En parallèle, Arcade Cycles va "innover dans (son) process de fabrication et optimiser le stockage des vélos", précise le dirigeant. 20 millions d’euros sont nécessaires à la concrétisation de ce projet qui ouvrira de nouvelles perspectives pour la PME.

À ce jour, 60 000 vélos sortent des usines Arcade Cycles chaque année, pour moitié à assistance électrique. À l’avenir, "ce sera entre 120 000 et 150 000", estime Frédéric Lucas. Aux 131 collaborateurs actuels, une centaine se greffera pour répondre à l’augmentation de la production. Une future extension du prochain bâtiment est d’ores et déjà imaginée. Si elle devait sortir de terre, "nous serions alors en mesure de fabriquer 200 000 vélos dans 25 000 m²", appuie le dirigeant.

Un marché du vélo en croissance depuis des années

À court terme, les perspectives sont déjà positives puisque le chiffre d’affaires projeté pour l’exercice qui s’achèvera en août 2023 pourrait s’établir à 42 millions d'euros, en hausse de 10 %. "Ce qui correspond à la progression du marché", constate Frédéric Lucas. Marché qui connaît un tassement après le Covid, certes, mais qui demeure vaillant. "Cette croissance, c’est une tendance de fond, remarque le directeur général d’Arcade Cycles. Depuis 2017, pour le vélo à assistance électrique, elle oscille entre 5 et 15 % par an." La pandémie a produit un effet accélérateur. "Dès mai 2020 et la fin du premier confinement, la demande a explosé, et elle a perduré en 2021".

Selon l’Union des entreprises de la filière du sport, des loisirs, du cycle et de la mobilité active (Union Sport & Cycle), avec un marché français total de plus de 3,4 milliards d’euros, les ventes de vélos ont connu l’an passé une hausse de 4 % en volume et de 15 % en valeur par rapport à 2020. 660 000 vélos à assistance électrique se sont vendus en 2021 contre 515 000 en 2020 (+28 %). Côté production, 800 000 cycles ont été fabriqués dans l'Hexagone en 2021, soit 140 000 de plus que l’année précédente.

Si 2022 marque un tassement, ce marché devrait afficher malgré tout une progression de l’ordre de 5 à 10 %. D’autant que les politiques publiques font de plus en plus de place aux deux roues. "Que ce soit en termes d’aménagements urbains ou de positionnement du cycle comme mode de transport, les villes concourent à créer un écosystème plus favorable à la pratique du vélo", constate Frédéric Lucas. Dans leurs démarches, les collectivités sont appuyées par l’État, dont le deuxième plan Vélo dévoilé en septembre est doté de 250 millions d’euros. Avec plusieurs objectifs : continuer à investir dans les infrastructures cyclables et faire émerger une filière, de l’assemblage au recyclage en passant par la réparation. "Qu’Élisabeth Borne, Première ministre de la sixième puissance mondiale, tweete que le vélo doit devenir l'un des piliers de la politique de mobilité du pays, je trouve cela fabuleux", se félicite Frédéric Lucas.

Arcade Cycles fabrique chaque année 60 000 deux roues dont la moitié à assistance électrique.
Arcade Cycles fabrique chaque année 60 000 deux roues dont la moitié à assistance électrique. - Photo : Cyril Raineau

Présent dans 200 villes de 28 pays

Arcade Cycles, qui dispose de quinze collaborateurs dans son bureau d’études, se singularise sur le marché du deux-roues par son positionnement : "Nous ne faisons que du vélo de ville à destination de la location". Autrement dit, la PME s’adresse à des gestionnaires de flottes, que ce soit pour de la location touristique ou les entreprises qui louent des vélos ensuite mis à disposition de leurs collaborateurs. La PME nantaise Starbolt en est l’une des illustrations.

Surtout, Arcade Cycles est le leader français auprès des collectivités locales. Le vendéen est présent dans 200 villes réparties dans 28 pays, que ce soit en Australie comme à Barcelone, Oslo ou Anvers. Ces débouchés imposent à Arcade Cycles de "penser les vélos dans une logique qui n’est pas nécessairement destinée aux magasins avec des effets de mode ou de saison, explique Frédéric Lucas. Nous cherchons à produire avant tout des vélos durables."

Une dépendance à l’Asie

La PME vendéenne conçoit grâce à son bureau d’études les vélos qui sont assemblés dans son usine de la Roche-sur-Yon.
La PME vendéenne conçoit grâce à son bureau d’études les vélos qui sont assemblés dans son usine de la Roche-sur-Yon. - Photo : Cyril Raineau

Reste que le produit fini est composé à 80-90 % de pièces provenant d’Asie. Batteries et moteurs sont importés et, selon le dirigeant, les fabricants de cadres en Europe répondent à moins de 10 % de la demande européenne. "Notre ambition est de participer activement à relocaliser la production de composants, principalement ceux à forte valeur ajoutée, en Europe." La crise du Covid avait en effet douloureusement mis en exergue la question de l’approvisionnement en composants.

La création de Cygo en mai 2022 va dans ce sens. L’Union des entreprises du Cycle Grand Ouest (Bretagne, Centre-Val de Loire et Pays de la Loire), regroupe une cinquantaine d’adhérents en lien avec un pool de 200 entreprises. Sa vocation : accélérer la relocalisation industrielle dans la filière en s’affranchissant notamment des fournitures asiatiques, accélérer l’innovation et développer la formation et l’emploi. En son sein, se retrouvent notamment François Lucas, président d’Arcade Cycles (tout comme de Cygo), David Jamin, directeur général de la Manufacture Française du cycle à Machecoul (Loire-Atlantique), et Pierre Regnier, président de la start-up nantaise Velco. 

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition