Investissement

Armor : Le groupe nantais va investir 65millions d'euros

Par S.V., le 05 octobre 2012

Armor investit lourdement pour accroître ses moyens de production dans le secteur des technologies d'impression. Le groupe nantais prépare dans le même temps son arrivée sur le marché du photovoltaïque.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Spécialisé dans la chimie des encres et les technologies d'impression, le groupe nantais Armor (1.700 salariés, 199millions d'euros de chiffre d'affaires en 2011) annonce 65millions d'investissement entre2013 et2017. «Nous sommes sur un rythme de 10% de croissance annuelle. Il nous faut donc continuer à investir», explique Hubert de Boisredon, P-dg de cette entreprise contrôlée par la holding lyonnaise Orfite. Trente-six millions d'euros seront injectés au Sud de Nantes, dans l'usine de la Chevrolière, pour l'achat de nouvelles machines fabricant les rubans encrés utilisés par les imprimeurs pour réaliser des codes-barres ou des logos sur des étiquettes ou des emballages souples. Cette activité a déjà bénéficié de 50millions d'euros d'investissement depuis 2008. Cela a permis de multiplier par trois la production en huit ans. Leader mondial de ce secteur, Armor enregistre aujourd'hui de fortes croissances sur les marchés chinois et brésilien. Un dynamisme qui profite directement à la région nantaise, où de nouvelles machines à grandes vitesses pesant plusieurs centaines de tonnes vont être installées. «Nous sommes dans un modèle anti-délocalisation», appuie Hubert de Boisredon. Nantes assure en effet la fabrication de bobines de grand format qui sont ensuite envoyées à l'étranger dans des unités de découpe. Ces filiales étrangères vont bénéficier d'une enveloppe de quinze millions d'euros. De quoi conforter les moyens de production au Brésil ou aux États-Unis, tandis que deux nouvelles agences commerciales voient le jour en Chine, à Shanghai et Pékin. Une partie de cette somme renforcera aussi les moyens de R & D de la deuxième activité d'Armor, la fabrication de cartouches d'encre pour imprimantes.

La révolution solaire
Jusqu'alors totalement tourné vers les imprimeurs et les imprimantes, le groupe nantais est en train d'ajouter une troisième corde à son arc. En 2014, Hubert de Boisredon espère démarrer la fabrication de films photovoltaïques de troisième génération. Une technologie «qui va marquer l'industrie des trente prochaines années. C'est un nouveau type de révolution industriellequi s'annonce», promet le P-dg d'Armor. Ces deux dernières années, le groupe a déjà investi seizemillions d'euros en R & D, au sein d'un consortium impliquant deux établissements de recherche (le LCPO et le CEA-Ines) et deux partenaires industriels (Amcor et Plasto). Il s'apprête à injecter quatorze autres millions pour finaliser la R & D et assurer, à La Chevrolière, le lancement industriel de ces cellules photovoltaïques qu'il espère commercialiser dans deux à trois ans. Le lien entre cette activité solaire et les métiers historiques d'Armor? Il est à chercher du côté de la technologie. L'entreprise compte s'appuyer sur son «savoir-faire industriel reconnu mondialement en matière d'enduction de films souples. C'est cette expertise qui nous permettra de produire des films souples photovoltaïques», explique Hubert de Boisredon. Celui-ci compte nouer des partenariats avec des industriels susceptibles d'intégrer les films d'Armor dans leurs produits. Et les domaines d'application semblent presque infinis. «Cela va de l'automobile, à la navale, en passant par le bâtiment, les vêtements ou même des stores. On est susceptible de convertir toute surface en source d'énergie», assure le dirigeant nantais qui confie travailler également sur d'autres projets dans le domaine des énergies renouvelables.

La RSE au coeur de la stratégie
Entre2015 et2020, le photovoltaïque pourrait générer pour Armor 50 à 100millions d'euros de chiffre d'affaires. L'entreprise bénéficie déjà de bons taux de croissance. En progression de 15% en 2011, les revenus d'Armor devrait approcher les 220millions d'euros - soit 10% de croissance-cette année. «Nous ne faisons que confirmer la stratégie mise en place en 2004», explique Hubert de Boisredon. Une stratégie dont le coeur est la RSE (responsabilité sociale de l'entreprise). Modernisation de l'outil industriel, travail sur le dialogue social ou l'environnement, etc. «Tout cela apporte un plus, nous différencie de la concurrence et nous permet de gagner des marchés. Beaucoup d'entreprises préfèrent ainsi nos cartouches d'encre 100% recyclables aux produits asiatiques. Ce sont tous ces éléments qui nous donnent aujourd'hui confiance, malgré la crise».

Armor


(Nantes) P-dg: Hubert de Boisredon 1.700 salariés 199M€ de CA en 2011 02 40 38 40 00

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.