Nantes

Industrie

Armor-Iimak va investir 80 millions d’euros à La Chevrolière en Loire-Atlantique

Par Caroline Scribe, le 05 mai 2022

Après le rachat par le groupe industriel nantais Armor de son principal concurrent américain Iimak, le closing de l’entrée d’Astorg au capital d’Armor-Iimak va permettre de soutenir un important plan d’investissement dont 80 millions d’euros sont fléchés vers le site de la Chevrolière en Loire-Atlantique.

Hubert de Boisredon, PDG d’Armor.
Hubert de Boisredon, PDG d’Armor. — Photo : © OIOO studio - OIOO studio - BOISSAYE LIONEL -

En rachetant Iimak, son principal concurrent sur le marché américain à l’automne 2021, le groupe industriel nantais Armor avait la volonté de renforcer son activité Transfert Thermique, qui représente 80 % de son chiffre d’affaires.

À présent, avec le closing de l’entrée d’Astorg, comme actionnaire minoritaire (40 %), au capital de la nouvelle entité Armor-Iimak ainsi formée, c’est une nouvelle étape qui s’ouvre pour cette filiale du groupe Armor. En effet, l’ETI (2 450 salariés, 403 M€ de CA en 2021) spécialisée dans la conception et la fabrication de rubans transfert thermiques pour l’impression de données de traçabilité sur les étiquettes et emballages souples (code-barres, numéros de lot…) a détaillé les premiers jalons de sa feuille de route 2022-2026. L’apport en capital d’Astorg (dont le montant n’est pas précisé) va permettre de soutenir un plan d’investissement de 150 millions d’euros sur 2022-2026. " Au nom du groupe Armor, je suis extrêmement satisfait d’envisager l’avenir aux côtés d’Astorg. Ce rapprochement s’inscrit dans une démarche de renouvellement de l’actionnariat et de déploiement de la stratégie d’Armor-Iimak dans le domaine de la traçabilité", explique Hubert de Boisredon, président-directeur général du groupe Armor, qui, en qualité de président exécutif d’Armor-Iimak accompagne sa stratégie et sa gouvernance, dont la relation avec Astorg.

80 millions d’euros pour le site de la Chevrolière

80 millions d’euros de cette enveloppe seront investis dans le site de la Chevrolière, au sud de Nantes. L’usine, qui emploie 600 salariés, bénéficiera en 2023 d’une nouvelle machine d’enduction grande vitesse, associée à un atelier dédié à la fabrication des encres. "Ce projet stratégique apportera 20 % de capacité supplémentaire à l’usine française pour la fabrication des encres et leur enduction sur films minces", détaille Christian Lefort, directeur général d’Armor-Iimak.

Les autres investissements seront affectés aux autres sites d’Iimak-Armor dans le monde. Une ligne d’enduction additionnelle a ainsi été installée en Chine pour augmenter la capacité dans la gamme cire et une nouvelle unité de transformation sera inaugurée à Shanghai au deuxième semestre 2022. Sur le site d’enduction américain, une nouvelle machine d’enduction doit être intégrée en 2024. Enfin, un programme de robotisation est lancé, qui inclura neuf cellules robotisées additionnelles dans les ateliers de transformation (découpe produits finis).

18 sites dans le monde

La filiale dispose désormais de 18 sites dans le monde : 3 sites d’enduction (production de semi-finis et transformation en produits finis) et 15 sites de découpe (transformation en produits finis), à proximité de ses différents marchés. Depuis l’automne, de premières synergies se sont également concrétisées avec le lancement d’un premier produit Armor-Iimak, avec APX 8, un ruban de spécialité cire résine (impression étiquettes pharmaceutiques, cosmétiques, cartonnettes…) pour les imprimantes à tête plate.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition