Nantes

Vin

10-Vins lève 1,5 million d’euros

Par S.V., le 11 mai 2016

Nouveau tour de table pour la start-up nantaise 10-Vins. La machine que cette entreprise de 18 salariés se veut être la « Nespresso du vin ».

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Depuis sa création en 2012, 10-vins a déjà levé 2,5 millions d’euros, dont 830 000 l’an passé. Employant 18 collaborateurs, l’entreprise dirigée par trois passionnés d’œnologie, Thibaut Jarrousse, Luis Da Silva et Jérôme Pasquet, vient cette fois de boucler un tour de table de 1,5 million d’euros. 345.000 euros ont été collectés sur le site de crowdfunding Proximea, mis en place par la Banque Populaire. Le tour de table a aussi réuni des personnes privées, des fonds d’investissement et un family office suisse. Les trois créateurs de 10-Vins restent majoritaires au capital. 

Qu’est-ce que « la Nespresso du vin » ?

Cette levée de fonds doit permettre à l’entreprise nantaise de lancer une nouvelle vague de machine de dégustation de vins. Depuis sa création, 10-vins commercialise en ligne des flacons de vins de 10 centilitres – l’équivalent d’un verre. Elle propose aussi des web-dégustations de vin. En fin d’année 2015, elle a lancé une machine, la D-Vine, surnommée « la Nespresso du vin ». Celle-ci permet de servir en moins d’une minute un vin au verre à la bonne température et au bon niveau de carafage, grâce à une puce électronique intégrée sur le flacon. Les 500 premiers exemplaires de la machine, dont la fabrication est sous-traitée dans la région nantaise, se sont vendus comme des petits pains. A tel point que la jeune société s’est rapidement trouvée en rupture de stock.

Ambitions à l’international

Le tour de table doit également permettre de réaliser de la R&D afin d’améliorer la machine et de soutenir un développement commercial qui passera par l’étranger. Si les 500 premières machines ont quasiment toutes été vendues en France, les autres devraient aussi s’écouler à l’international, que cela soit en Suisse, en Belgique, au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis. La commercialisation continuera sur le web mais devrait également s’opérer via des distributeurs. 

Un tour de table de 5 millions en 2017 ?

Les ventes de machines doivent contribuer à l’essor du chiffre d’affaires de l’entreprise. Celle-ci a réalisé 225 000 euros de chiffre d’affaires l’an passé. Au premier trimestre, l’activité a progressé de 500%. Les créateurs de 10-Vins espèrent atteindre l’équilibre fin 2017. En attendant, pour soutenir le lancement commercial de la « Nespresso du vin », ils projettent une nouvelle fois de lever des fonds. L’année prochaine, l’entreprise devrait essayer de lever 5 millions d’euros.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition