ZI Sud-Est : La « zone » devient l'Écopôle Sud-Est

Par G.B., le 04 septembre 2015

Le Journal des Entreprises, l'économie en régions — Photo : Le Journal des Entreprises

Ne dites plus « ZI Sud-Est », mais « Écopôle Sud-Est » ! Nouveau nom, nouveau logo, nouvelle dynamique... L'immense parc d'activités rennais de 213 ha, qui draine 14.000 emplois dans 700 sociétés à cheval sur Rennes, Cesson-Sévigné et Chantepie opère sa mue. Une volonté de l'association Activ'Est (140 membres) mais aussi des élus, de redorer l'image de cette « zone » qui n'a jamais eu de nom hormis le terme « ZI », assez péjoratif et dépassé. « Plusieurs problématiques nous remontaient dont un problème d'image, une signalétique has been, un côté labyrinthe... », confie Alban Kerboeuf, conseiller municipal à Chantepie et président du syndicat intercommunal de la ZI, impliqué dans ce dossier avec Jean-Luc Jouan, président d'Activ'Est (notre photo). « La ZI s'est banalisée. Elle est bien plus qu'industrielle. C'est un site d'échanges au coeur de la métropole qui marque une entrée de ville centre en venant de Paris. Nous avions besoin d'identifier ses atouts autour d'une nouvelle image, d'une marque forte. Ce parc se rénove avec de nouveaux services. »
La concession Citroën doit libérer 3 ha C'est chose faite en cette rentrée. « L'idée de l'Écopôle est d'élargir le champ en ayant une vraie logique de développement. L'Écopôle est aussi en harmonie avec d'autres pôles rennais comme la Technopôle », note le duo qui justifie le maintien du terme « sud-est » par une optique géographique et de trait d'union avec d'autres secteurs à lui greffer comme les zones des Peupliers, du Bordage... « Une logique de secteur qui pourrait essaimer au-delà de nos frontières actuelles. » Et dans une logique de service, une souscription « raisonnable » est ouverte aux entreprises pour harmoniser leur signalétique et numéros postaux sur de nouveaux totems. On parle aussi de requalification thermique de bâtiments et du Chêne Morand à redévelopper sur les hauteurs où se trouvent des concessions autos. Celle de Citroën doit d'ailleurs libérer 3 hectares en se regroupant aux couleurs de PSA avec son homologue de Peugeot, rue de Rennes. Un permis est déposé.



G.B.

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture