Santé

Vivalto Santé double de taille en s’implantant dans cinq pays d’Europe

Par Virginie Monvoisin, le 17 novembre 2022

Le groupe de cliniques privées Vivalto Santé, né à Rennes en 2009 et présent un peu partout en France, a passé un nouveau cap dans sa croissance en 2022. Il a repris trois groupes hors de France, en Suisse, au Portugal et en Espagne. Il pèse désormais 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Emmanuel De Geuser, DG de Vivalto Santé.
Emmanuel De Geuser, DG de Vivalto Santé. — Photo : Jean-christophe Hecquet - HECQUET Jean-Christophe

Après avoir éprouvé son modèle particulier de gestion d’établissements privés - où des médecins sont au capital, avec un droit de veto sur les décisions - Vivalto Santé passe à l’échelle européenne. Le groupe de cliniques privées créé à Rennes en 2009 par Daniel Caille a dépassé en 2021 la cinquantaine d’établissements entrés dans son giron. Situés dans toutes les régions de France, ils comptent autour de 3 000 praticiens et emploient 10 400 salariés pour un chiffre d’affaires de 1,1 milliard d’euros. "Nous nous sommes développés jusqu’alors en médecine, chirurgie, obstétrique (MCO), souligne Emmanuel de Geuser, directeur général de Vivalto Santé. En juillet, nous avons également réalisé l’acquisition d’une clinique de santé mentale dans l’Yonne, ce qui nous permet de nous diversifier". Cette vision stratégique a suscité de nombreux intérêts à l’étranger. "Nous avons été contactés début 2022 par beaucoup de groupes indépendants, qui cherchaient un repreneur, poursuit le DG. Nous avons décidé de nous concentrer sur trois d’entre eux."

Une augmentation de capital de 260 millions d’euros

Pour se donner les moyens de ses ambitions, désormais internationales, Vivalto Santé a procédé à une augmentation de son capital de 260 millions d’euros dans le courant de l’année. "Nous sommes passés de 1,04 milliard d’euros à 1,3 milliard, précise Daniel Caille, président fondateur du groupe. Tous les actionnaires ont souscrit (NDLR : médecins, salariés, Vivalto Partners, et les investisseurs financiers que sont Arkéa, MACSF, BNP, Crédit Agricole, Bpifrance, le fonds Mubadala et le fonds européen IK). À cela s’ajoute un supplément de dette (n.c.), ce qui nous a permis de faire de nouvelles acquisitions."

Suisse, Espagne, Portugal, Slovaquie, République tchèque

En juillet 2022, Vivalto Santé a ainsi pu s’offrir le groupe CIC en Suisse, qui pèse 50 millions d’euros de chiffre d’affaires avec ses 3 établissements (200 salariés, 100 praticiens). Il en devient l’actionnaire majoritaire (75 %) aux côtés du médecin fondateur de ce groupe qui exerce une dizaine de spécialités médicales.

Le 16 novembre, le groupe rennais a finalisé l’acquisition à 100 % du groupe espagnol Ribera Salud, qui compte 10 établissements en péninsule ibérique (5 600 collaborateurs, 700 M€ de CA). "C’est une pépite du secteur privé, estime Emmanuel de Geuser. Ils sont les pionniers européens du modèle de gestion privée d’un hôpital public. Nous allons apprendre de ce modèle, en étant nous-mêmes au cœur de cette entité." Vivalto Santé mise beaucoup sur l’émulation des équipes étrangères et les échanges interculturels pour proposer une approche différenciante de la prise en charge des patients. Cette acquisition en Espagne lui permet également de mettre le pied en Europe centrale, "où il y a beaucoup à construire", puisque Ribera Salud détient 14 centres d’imagerie en Slovaquie et 3 cliniques de prise en charge bariatrique (obésité) en République tchèque.

91 établissements de santé

Enfin, Vivalto Santé doit officiellement devenir fin novembre le propriétaire du groupe portugais Lusiadas Saude qui regroupe 11 établissements de MCO (3 100 salariés, 1 000 praticiens, 350 M€ de CA). À la fin 2022, le groupe français pèsera donc 2,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires avec 91 établissements de santé employant plus de 20 000 collaborateurs et 6 000 praticiens. S’il compte digérer ces nouvelles arrivées, Vivalto Santé annonce sa volonté de poursuivre sa croissance, "à un rythme moins soutenu que cette année" cependant.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition