Communication et médias

Rivacom s’installe dans de nouveaux locaux à Rennes et annonce des revenus records

Par Baptiste Coupin, le 21 septembre 2022

L’agence de communication brestoise Rivacom s’est bien remis du Covid. La Route du Rhum aidant, le spécialiste breton de l’organisation d’événements et de la communication d’entreprise, prévoit de clôturer son exercice comptable sur un chiffre d’affaires record de 13 millions d’euros en 2022. La PME vient par ailleurs de prendre pied dans de nouveaux bureaux à Rennes.

Régis Rassouli, PDG fondateur de Rivacom, posant devant la nouvelle agence rennaise. L'agence de communication bretonne prévoit d'atteindre un chiffre d'affaires record en 2022.
Régis Rassouli, PDG fondateur de Rivacom, posant devant la nouvelle agence rennaise. L'agence de communication bretonne prévoit d'atteindre un chiffre d'affaires record en 2022. — Photo : Nicolas Averty

La plus grande agence de communication indépendante du Grand Ouest, la société Rivacom (86 collaborateurs, 7,5 M€ de CA en 2021), basée à Brest (son siège social) et Rennes, vient d’emménager dans de nouveaux bureaux de 400 m² en centre de Rennes, rue Jean-Marie Duhamel, près de la gare. Plusieurs mois de travaux et 800 000 euros d’investissement auront été nécessaires pour configurer les nouveaux lieux à son image. Dans une jolie maison, avec sa cour arborée, l’entreprise fondée par Régis Rassouli s’est aménagée des espaces ouverts conviviaux, ainsi que des salles de réunion, des pièces fermées et un studio vidéo. Une dépendance permet aussi de loger sur site les équipes événementielles, sur le pont de jour comme de nuit pour répondre aux besoins en visibilité de ses clients. "Cette agence nous correspond, parce qu’elle est verte et au pied de la gare. La qualité de vie au travail, c’est ce qui nous permet de garder nos forces vives", souffle le dirigeant, très affairé en cette rentrée entre les tournois de tennis que porte son entreprise (L’Open de Rennes puis l’Open de Brest) et les préparatifs de la Route du Rhum, début novembre, à Saint-Malo. "C’est notre plus gros événement sportif individuel", souligne Régis Rassouli. Il représente 20 % du chiffre d’affaires annuel de la PME.

Virage sur le digital

Chez Rivacom, qui fête ses 25 ans cette année, tout ramène au monde maritime. "La naissance de notre business est née de l’activation de sponsoring dans le monde de la voile", rappelle le Malouin d’origine. Poussé par des vents porteurs, l’expert en organisation d’événements sportifs est allé plus loin en proposant ses services aux PME-ETI dès 2003. "Nous avons adapté l’événementiel à la vie de l’entreprise", résume le chef d’entreprise, qui insiste sur les valeurs de proximité de sa société. "Nous sommes à une heure de tous nos clients. Nous les connaissons parfaitement." Rivacom accompagne aujourd’hui les entreprises, du conseil stratégique jusqu’à la mise en œuvre de plans de relations presse, en passant par la production de contenus et la réalisation d’opérations de relations publiques clés en mains. Derrière l’événementiel, la communication d’entreprise représente la moitié de ses revenus. Et la PME innove sans cesse sur de nouveaux métiers (réseaux sociaux, webmarketing, diffusion vidéo…) pour rester performante. La venue de Gwenaëlle Quénaon-Hervé, cofondatrice de HelloWork (ex-RegionsJob), arrivée fin 2020, a notamment permis à Rivacom d’opérer "un virage très fort sur le digital", salue le PDG. La dirigeante pilote la nouvelle offre de la PME qui allie brand content (production de contenu) et digital. Cela concerne huit prestations sur dix au sein de l'agence désormais.

Douze recrues en 2022

Après deux années Covid chahutées, la société brestoise carbure à plein. Elle prévoit d’atteindre 13 millions d’euros de chiffre d’affaires à la fin 2022 - un record. Depuis le début de l’année, elle a procédé au recrutement de 12 nouvelles personnes, entre Brest et Rennes. Régis Rassouli mise sur la croissance organique pour poursuivre l’aventure Rivacom, avec de fortes ambitions. L’ouverture de bureaux dans d’autres territoires que la Bretagne, "à fort tissu de TPE-PME", est à l’étude. Les régions ligériennes et normandes sont notamment dans son viseur.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition