Bretagne

Attractivité

Rennes / Brest : quelles zones choisir pour installer son entreprise ?

Par Virginie Monvoisin, le 26 mars 2018

En Bretagne, deux villes sont particulièrement attractives : Rennes et Brest. Quelles sont leurs zones d'activités et leurs zones tertiaires phares, et celles sur lesquelles il faut miser ? Où s'installer ? Eléments de réponse.

Le parc d'activités de l'Hermitage, à Brest, va connaître une nouvelle extension, avec du tertiaire.
Le parc d'activités de l'Hermitage, à Brest, va connaître une nouvelle extension, avec du tertiaire. — Photo : Jean-Yves Guillaume

Métropoles en pleine effervescence, Rennes et Brest se distinguent parmi les villes bretonnes pour leur attractivité. Mais quels sont leurs atouts ?

A Rennes, la proximité des transports en commun

A Rennes, le marché est très équilibré en tertiaire, industries et logements. D'abord, l'arrivée de la LGV a redynamisé le quartier de la gare. EuroRennes, en plein travaux, va voir sortir de terre, avant 2027, plus de 125 000 m² de bureaux. Les premiers seront disponibles dès cette année, soit 40 000 m² : Identity, Urban Quartz et Euro Square. A 1h25 de Paris, ces bureaux offrent des tarifs plus que compétitifs, comparés au prix des 2e et 3e couronnes parisiennes, avec lesquelles Rennes peut rivaliser sans rougir : 205 €/m²/an dans le neuf à EuroRennes, contre 200 € à 320 € autour de Paris.

Moins chères et tout aussi attractives pour d'autres raisons, plusieurs autres zones tertiaires attirent également en périphérie : les Champs-Blancs sont très axés services du numérique, la Courrouze, plus mixte, va encore connaître de nouvelles constructions de bureaux. Ces deux zones ont pour atout l'arrivée prochaine (en 2020) de la ligne B du métro rennais.

KerLann connaît un nouveau dynamisme, surtout depuis la construction (en cours) du Campus du Groupe Avril. Elle redevient tendance, en bordure de rocade et d'accès facile depuis le sud-ouest de Rennes. L'avenue Henri-Fréville a également renoué avec une certaine attractivité, grâce au métro et à des travaux de rénovations des immeubles, jusqu'alors très datés. Enfin, la zone Alphasis-Edonia à Saint-Grégoire, continue sa poussée, portée par l'installation récente de grands groupes (BPGO notamment), et un accès à la rocade encore privilégié par certaines PME.

Brest fait le plein

A Brest, certaines zones d'activités sont pleines, comme celle de Prat Pip-Guipavas, près de l'aéroport. Ce qui montre un dynamisme grandissant, et le besoin de nouvelles zones d'activités, qui sont d'ailleurs prévues.

La zone historique Kergaradec-L'Hermitage se porte également très bien. C'est l'une des plus grandes du Finistère (200 hectares). Jusqu'alors axée commerces (But, Ikéa...), elle va accueillir des activités de services et bureaux. Neuf hectares sont disponibles immédiatement pour venir y implanter son bâtiment. La zone bénéficie désormais d'une nouvelle bretelle d'accès vers Rennes.

« A Brest, il faut être près des grands axes pour installer son entreprise »

La zone de l'Hermitage bénéficie également d'une desserte rapide par le tramway, et reste proche de l'aéroport. Le secteur de la gare est, comme à Rennes, une localisation attractive pour ses liaisons facilitées vers le reste de la Bretagne et de la France. « Les entreprises veulent se rapprocher de la gare puisque, avec la LGV, Brest n'est plus qu'à 3h de Paris », constate Philippe Flatrès, directeur de L'Immobilière d'Entreprise. La zone du port, elle, privilégie le cadre de vie. « C'est une signature, on n'y vient pas par hasard », estime Nolwenn Lam-Kermarrec.

Le parc d'activités de l'Hermitage, à Brest, va connaître une nouvelle extension, avec du tertiaire.
Le parc d'activités de l'Hermitage, à Brest, va connaître une nouvelle extension, avec du tertiaire. — Photo : Jean-Yves Guillaume

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.