Ille-et-Vilaine

Télécoms

Provectio quitte son "Fauteuil" et affiche de nouvelles ambitions

Par Virginie Monvoisin, le 22 juin 2022

Le fournisseur de services informatiques Provectio, installé à Noyal-sur-Vilaine depuis 2015, va rejoindre la capitale bretonne en septembre. Elle a besoin d’espace pour poursuivre son développement, qui passe notamment par l’ouverture d’agences, comme à Plérin dans les Côtes-d’Armor depuis mai.

Le bretillien Provectio ouvre une agence à Plérin dans les Côtes-d’Armor. Thierry Giangrande en est le responsable d’agence (à droite). Ici avec le chef de projet Infrastructures.
Le bretillien Provectio ouvre une agence à Plérin dans les Côtes-d’Armor. Thierry Giangrande en est le responsable d’agence (à droite). Ici avec le chef de projet Infrastructures. — Photo : Provectio

Quand Provectio a fait construire son siège social à Noyal-sur-Vilaine en 2015, qu’elle baptise son "Fauteuil" pour y être à l’aise, l’entreprise de services informatiques comptait 18 collaborateurs et réalisait 1,7 million d’euros de chiffre d’affaires. Aujourd’hui, la société dirigée par Maxime Charlès emploie 50 personnes et atteindra les 7 millions d’euros en 2022 (clôture de l’exercice en septembre). Contre 5,7 millions en 2021, voilà qui en dit long sur sa croissance. "Nous avons relevé de nombreux challenges depuis deux ans en cybersécurité, cloud, visioconférence, constate Maxime Charlès. L’informatique est devenu une fonction stratégique dans les entreprises, plus qu’une fonction support. Et en même temps, nos clients, qui ont de plus en plus de mal à recruter des informaticiens car les profils sont très recherchés, nous sous-traitent davantage cette partie. Nous, nous essayons d’être plus attractifs pour ces talents-là en proposant une diversité de missions du fait de notre activité."

Ouverture d’une agence à Plérin

Dans ce contexte, le développement de Provectio s’est donc encore accéléré. L’entreprise bretillienne a construit son développement, depuis 2004, en proposant infogérance, gestion de parc, sécurité informatique, hébergement de données dans un "cloud breton" et services en télécommunication (liens Internet et téléphonie). Provectio compte aujourd’hui à son portefeuille autour de 460 clients, dans le Grand Ouest essentiellement. Pour se rapprocher d’eux, il a déjà entamé un maillage du territoire, disposant d’agences à Nantes et Caen. Il vient aussi d’ouvrir une antenne à Plérin, dans les Côtes-d’Armor. "Nous y avons déjà quelques clients (comme le Centre Armoricain de Radiothérapie, le Grand Hôtel de Perros-Guirec, Concept-Ty Groupe…) , qui représentent 5 % de notre activité aujourd’hui. Avec cette implantation, nous allons pouvoir grossir dans ce département et nous rapprocher aussi de clients du Finistère", explique Maxime Charlès. Le dirigeant vise l’ouverture d’une nouvelle agence par an d’ici à 2026, qui se feront "en fonction des opportunités et des envies de l’équipe".

Objectif : 10 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2026

Pour 2026, Provectio affiche en effet de nouvelles ambitions, visant les 10 millions d’euros de chiffre d’affaires. "Nous devrions alors être 80 collaborateurs", estime le dirigeant, qui recrute déjà actuellement 6 personnes supplémentaires en comptabilité, cybersécurité (notamment en alternance). Pour les accueillir, le "Fauteuil" de l’entreprise est trop petit (500 m²). Maxime Charlès l’a donc vendu (à un investisseur, mais les futurs occupants ne sont pas encore connus, NDLR). L’ensemble de l’équipe va rejoindre en septembre des locaux deux fois plus grands à Rennes, loués par Giboire sur la zone Atalante Champeaux. "Pour recruter, il faut être attractif et nous rapprocher des moyens de transport et de l’écosystème", justifie Maxime Charlès, expliquant aussi ce choix dans un souci de RSE. "Nous réemployons un lieu existant plutôt que d’en construire un nouveau, cela va dans le sens de la démarche de green-IT dans laquelle nous accompagnons nos clients." Dans ses nouveaux locaux, Provectio va aussi disposer d’un espace pour récupérer et reconditionner des matériels et des logiciels.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition