Ille-et-Vilaine

Agroalimentaire

Pouvoir d’achat : Vandemoortele France instaure la participation pour les salariés

Par Virginie Monvoisin, le 23 juin 2022

L'industriel de la boulangerie Vandemoortele, dont le siège France est à Torcé en Ille-et-Vilaine, subit comme beaucoup d’entreprises de l’agroalimentaire les hausses de coûts des matières premières. Le groupe a malgré tout choisi de poursuivre l’amélioration de sa politique salariale, avec notamment pour la première fois cette année une prime de participation.

Vandemoortele France, filiale française du groupe belge de boulangerie industrielle dont les ressources humaines sont pilotées par Eric Muller, fait évoluer régulièrement son "package salarial".
Vandemoortele France, filiale française du groupe belge de boulangerie industrielle dont les ressources humaines sont pilotées par Eric Muller, fait évoluer régulièrement son "package salarial". — Photo : Waoh

Industriel de la boulangerie, Vandemoortele fabrique des produits surgelés (pain, viennoiserie, pâtes…) pour la grande distribution, la restauration et les artisans. Basée à Torcé, à l’est de Rennes, la filiale française de ce groupe belge (4 800 salariés, 1,2 Md€ de chiffre d'affaires) emploie 1 300 collaborateurs  sur une vingtaine de sites à travers la France. Elle subit de plein fouet l’inflation du coût des matières premières (beurre, blé notamment), mais poursuit sa dynamique de soutien à ses salariés, engagée depuis plusieurs années.

"Avant la crise, nous avions déjà mis en place un package salarial qui allait au-delà des exigences de la convention collective, souligne Eric Muller, DRH de Vandemoortele France. Les minimums salariaux sont par exemple au-dessus des minimums conventionnels. Tous les ans, nous menons des négociations qui aboutissent quasiment à chaque fois à des accords avec les syndicats." L’intéressement est également un avantage présent dans l’entreprise depuis plus de dix ans. Il peut aller jusqu’à un mois de salaire pour un opérateur de production. "De plus, nous versons depuis cinq ans une prime transport, qui est de 200 euros par an, ce qui est le maximum légal. En ce moment, ce n’est pas négligeable", souligne le DRH.

Une prime moyenne de 500 euros

Après la crise sanitaire, Vandemoortele a voulu aller plus loin que l’intéressement en instituant un système de participation dans l’entreprise. Validé en 2021, ce système de prime est devenu effectif en mai 2022, les collaborateurs ayant perçu un montant moyen de 500 euros. "Avec l’inflation, cela tombe bien et apporte un peu de pouvoir d’achat aux collaborateurs, reconnaît Eric Muller. Il est important d’intéresser les salariés aux résultats économiques."

D’autant que la concurrence est relativement rude sur les recrutements dans l’agroalimentaire, a fortiori sur le territoire de Vitré Communauté, où est situé le siège de Torcé. Ici, on enregistre depuis des années le taux de chômage le plus bas de France, autour de 4 %.

Un avantage aussi pour recruter

"Tout le monde peine à trouver des candidats. Donc, puisqu’ils ont le choix, ils vont s’intéresser à ce que l’entreprise propose comme package salarial, explique Eric Muller. En ce moment, les candidats sont sensibles aux avantages du télétravail, notamment, qui permet de réduire les charges d’essence." Vandemoortele a ainsi institué deux jours de télétravail possible par semaine pour les postes administratifs. L’entreprise teste également une application de covoiturage, qu’elle paie à ses collaborateurs du site de Torcé.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition